Actualités et Publications
17/06/2016
Risque pays et études économiques

Défaillances d’entreprises en Europe du Nord : Tendances favorables aux Pays-Bas, en Suède et en Allemagne

image d'un camion et d'un navire pour illustrer le transport de marchandises
  • Coface prévoit moins de défaillances d’entreprises en 2016 : -11,1 % aux Pays-Bas, -8,0 % en Suède, -2,5 % en Allemagne
  • Néanmoins, le recul des défaillances sera plus lent qu’en 2015, en raison du léger ralentissement de la croissance du PIB
  • Danemark : les défaillances devraient augmenter considérablement, de plus de 60 %
  • Allemagne : le niveau des défaillances, en repli régulier depuis 2010, est désormais inférieur de 30 % à celui de 2009

 

Quatre pays, deux scénarios en 2016

L’embellie de la situation macroéconomique en Europe s’est accompagnée de répercussions favorables sur les entreprises dans la plupart des pays européens. En 2015, elle a conduit à une amélioration dans les quatre pays d’Europe du Nord auxquels Coface s’intéresse dans sa nouvelle étude : Pays-Bas (-20,7 %), Suède (-11 %), Allemagne (-4 %) et Danemark (-0,5 %). Cette tendance positive concerne la plupart des secteurs d’activité de ces pays, à l’exception du Danemark où les évolutions sont plus contrastées. Dans ces pays, les défaillances ont touché davantage les secteurs du commerce, du transport, de l’hébergement et du bâtiment – tant en termes de part du total des défaillances qu’au regard de leur part dans l’activité économique. À l’inverse, elles ont été moins fréquentes dans l’industrie manufacturière.

Dans un contexte de croissance du PIB légèrement moins élevée au cours de l’année, la tendance à la diminution du nombre de défaillances devrait se poursuivre dans trois des quatre pays, même si le rythme de cette baisse sera moindre. C’est aux Pays-Bas (-11,1 %), en Suède (-8%) et en Allemagne (-2,5 %) que l’on attend les plus forts reculs. Le Danemark, en revanche, affiche une image contrastée. Apparu en 2015 en bas de l’échelle avec un recul limité de -0,5 %, cette année, le pays peut s’attendre à un bond spectaculaire des défaillances, de plus de 60 %.

Outre l’Europe du Nord, on observe des tendances positives en matière de défaillances d’entreprises dans de nombreux autres pays d’Europe, à mesure de l’amélioration de la situation macroéconomique au cours des derniers trimestres. Coface table sur plusieurs baisses en 2016 : France (-3,2 %), Italie (-5 %) et Espagne (-22 %).

 

Allemagne : Bonne santé des entreprises

En Allemagne, le nombre de défaillances d’entreprises en 2015 a été au plus bas depuis la mise en place en 1999 du nouveau régime d’insolvabilité. Avec une nouvelle baisse d’environ -4 % l’an dernier, le nombre d’entreprises défaillantes a reculé pour s’établir à 23 000. Ce chiffre s’inscrit en baisse régulière depuis 2010. L’an dernier, il a atteint un niveau inférieur d’environ 30 % à celui de 2009 (en plein pic de la crise financière et de l’effondrement du commerce mondial). La solidité du cadre macroéconomique allemand se reflète dans la bonne santé de ses entreprises.

Quasiment tous les secteurs d’activité ont affiché un recul de leurs défaillances en 2015. La finance et l’assurance est la seule exception, avec une progression des défaillances de plus de 5 %. La tendance à la diminution des défaillances a été particulièrement marquée dans le secteur de l’information et de la communication (-11,1 %), ainsi que dans celui de l’agriculture, de la sylviculture et de la pêche (-9,1 %). Des améliorations ont également été observées dans le commerce, le transport et l’hébergement : autant de secteurs où, malgré une sinistralité traditionnellement élevée, les défaillances ont diminué de près de -6 %. S’agissant de l’industrie dans son ensemble, hormis le bâtiment, les défaillances ont reculé de plus de -4 %. Dans le sous-secteur des mines et carrières, elles ont augmenté de plus de 40 % - même si en valeur absolue, on n’en compte que 10 sur l’ensemble de l’année 2015.

D’après Coface, en 2016, la diminution du nombre de défaillances continuera mais sera limitée. Cette prévision s’appuie sur les données de défaillances enregistrées aux deux premiers mois de l’année qui affichent une baisse ralentie. Les défaillances comptabilisées jusqu’en février n’ont fait apparaître « qu’une » baisse de -2,3 % sur 12 mois précédents. Selon le modèle de prévisions de Coface, la variation annuelle oscillera autour de ce taux au cours des prochains mois. Par conséquent, sur l’ensemble de 2016, les défaillances d’entreprises en Allemagne devraient diminuer de -2,5 %.

 

Pays-Bas : Amélioration du scénario macroéconomique

En 2015, aux Pays-Bas, les défaillances d’entreprises ont considérablement reculé, de près de -21 %, dans la continuité d’une tendance positive de 2014 (-20 %). Il est indéniable que le recul des défaillances suit l’amélioration de la situation macroéconomique aux Pays-Bas : en 2015, les défaillances ont été inférieures de 37 % au niveau de 2013. Presque tous les secteurs ont été concernés, à l’exception de la culture, des sports et des loisirs.

La fabrication manufacturière et les services spécialisés enregistrent la meilleure amélioration. Ces deux secteurs ont en effet connu une baisse de -30 % environ, soit nettement plus que la moyenne de l’économie dans son ensemble. Le marché de l’immobilier et du logement néerlandais a également vu une amélioration considérable, avec un recul des défaillances supérieur à la moyenne d’environ -25 %. Dans le bâtiment, les défaillances d’entreprises ont reculé d’environ -18 %. Les entreprises insolvables se concentrent davantage dans quatre secteurs qui représentent, en cumul, 70 % environ du volume total : le commerce, le transport et l’hébergement, les services financiers et les services spécialisés, le tertiaire y figure donc en première ligne.

Le premier trimestre 2016 a été marqué par les défaillances d’entreprises aux Pays-Bas orientées à la baisse. Depuis le début de l’année, leur nombre a baissé de -19,4 %, légèrement en deçà des taux enregistrés ces dernières années. Au cours des prochains mois, toutefois, Coface prévoit un ralentissement de cette tendance baissière. Selon son modèle de prévisions, les défaillances d’entreprises diminueront de -11,1 % en 2016.

Suède : Soutien de la Riksbank aux secteurs du logement et du bâtiment

2015 a été la deuxième année consécutive de baisse des défaillances d’entreprises en Suède. Le recul (-11 %) a été plus marqué qu’en 2014 (-6,3 %) et aussi inférieur d’environ 17 % au pic observé en 2013. Le niveau n’en reste pas moins supérieur de 13 % à son niveau d’avant-crise enregistré en 2007. Le repli a été le plus marqué dans le bâtiment (-17 %), d’où une situation en nette amélioration pour les secteurs du logement et de l’immobilier en général. Les investissements immobiliers ont progressé de manière impressionnante en 2015, de +17 %, soutenus par la politique monétaire plus expansionniste de la Banque de Suède (Riksbank).

Le recul des défaillances dans l’industrie manufacturière a été plus accentué qu’au niveau national. Les divers segments tertiaires du pays ont été quelque peu à la traîne, la diminution du nombre de leurs entreprises défaillantes ayant été inférieure à la moyenne : « seulement » -4% dans le commerce, -6 % dans le secteur de l’hébergement. La finance, l’immobilier et la location ont atteint un recul de -9 %. Même si le recul des défaillances, tous secteurs tertiaires confondus, a été moins élevé, les défaillances survenues dans les sous-secteurs tertiaires les plus importants (commerce, hébergement, finance, immobilier, location et autres) représentent près de 52 % de l’ensemble des défaillances enregistrées en Suède. En outre, en comparaison avec le poids dans l’économie, la surreprésentation de ces secteurs est significative. Le même constat s’opère pour le bâtiment dont la part des entreprises défaillantes se situe à plus de 16 % alors que son poids dans l’économie n’est que de 6,5 %. Inversement, les défaillances du secteur de l’industrie manufacturière représentent environ 6 % de l’ensemble alors que le poids de ce secteur dans l’économie est de 16,8 %.

En Suède, les défaillances ont à nouveau diminué de -10 % au 1er trimestre 2016. Coface prévoit que la légère décélération de l’amélioration des défaillances d’entreprises se poursuivra dans les mois prochains, pour atteindre une diminution d’environ -8 %.

 

Danemark : augmentation des défaillances de petites entreprises

Au Danemark, les défaillances ont baissé de seulement -0,5 % l’an dernier. A première vue, c’est un « mauvais élève » en Europe du Nord. Il convient cependant d’être prudent dans cette évaluation pour les raisons suivantes. Premièrement, les défaillances danoises affichent une tendance continue à la baisse depuis 2010. Deuxièmement, leur nombre a été inférieur d’environ 38 % au pic qu’a connu le pays en 2010. Le niveau de défaillances a donc été plutôt faible au Danemark en 2015. Contrairement aux autres économies étudiées, les tendances sectorielles affichent un écart important en 2015 : allant d’une baisse de -25,4 % pour la finance et l’assurance à une hausse de +50,9 % dans l’agriculture, soumise à de fortes pressions sur fond de concurrence intense, du poids de la dette et des difficultés d’accès au financement. D’autres secteurs importants, comme l’industrie manufacturière, le commerce, le transport et l’hébergement, ont connu une hausse de +5 %, voire plus, de leur nombre d’entreprises défailantes.

Au cours des quatre premiers mois de 2016, les cas de défaillances ont fortement augmenté, de +83 %, comparé à la même période de 2015. Au mois de janvier en particulier, les défaillances se sont envolées. Il est difficile de comprendre, dans le détail, les raisons d’une telle dynamique haussière. Néanmoins, une part importante de cette évolution est imputable à la forte augmentation des défaillances dans les sous-secteurs non spécifiés (« Autres activités » et « Activités non déclarées »). Même en excluant ces activités (principalement exercées par des indépendants), les défaillances affichent toujours une progression de près de 70 %, et cette envolée concerne tous les sous-secteurs d’activité.

Il convient cependant de tenir compte de certaines différenciations dans les statistiques relatives aux défaillances d’entreprises au Danemark. La hausse concerne majoritairement des entreprises non assujetties à la TVA (environ +130 %) ainsi que des entreprises dont le chiffre d’affaires ne dépasse pas 1 million de couronnes danoises (environ +140 %). Inversement, les défaillances des entreprises avec un chiffre d’affaires élevé ont reculé au cours des quatre premiers mois de 2016 : -0,2 % pour les entreprises avec un chiffre d’affaires compris entre 1 et 15 millions de couronnes danoises et -61 % pour celles dont le chiffre d’affaires dépasse les 15 millions de couronnes danoises (28 cas au total).

Au cours des prochains mois, on s’attend à une certaine accalmie dans l’augmentation du nombre de défaillances. Néanmoins, sur l’ensemble de l’année, le modèle de prévisions de Coface table sur une augmentation de plus de 64 %, compte tenu des entreprises inactives et des petites entités fragiles, comme cela apparaît dans les données déjà disponibles pour les premiers mois de 2016.

 

Télécharger le Panorama

 

  • Northern Europe region: Insolvencies continue their downwards trend in 2015
  • Germany: low-bankruptcies in 2015
  • The Netherlands: Pressure on insolvencies
  • Sweden: Manufacturing and construction top
  • Denmark: Decline in insolvencies in 2015
  • Insolvencies in the Northern Europe Region 2016: a mixed picture

 

 

 

 

 

 

 

 

Télécharger le communiqué : Défaillances d’entreprises en Europe du Nord : Tendances favorables... (184,93 kB)

Contact


Contact Journalistes

Maria KRELLENSTEIN
Tel : +33 1 49 02 16 29
Mail : maria.krellenstein@coface.com 
 
Justine LANSAC
Tel : +33 1 49 02 24 48 
Mail : justine.lansac@coface.com

Haut de page
  • English
  • Français