Actualités et Publications
21/03/2017
Risque pays et études économiques

Nouvel indice du risque politique de Coface dans 159 pays

Nouvel indice du risque politique de Coface dans 159 pays

 

La hausse* généralisée du risque politique cache des dynamiques régionales contrastées

 

 

 

  • L’indice s’accroît depuis 2013
  • Deux grands risques sont distingués : le risque sécuritaire (conflits et terrorisme) et la fragilité politique et sociale. Si le premier empêche directement les entreprises d’exercer leur activité, le second a souvent un effet plus indirect, via la confiance
  • Le risque de conflits a été multiplié par deux entre 2007 et 2015
  • Augmentation du risque terroriste (multiplié par 2,8 depuis 2008) : les conflits s’internationalisent
  • Une mesure spécifique pour les pays avancés  face à la montée du populisme

 

Un indice complet global pour quantifier le risque politique au cœur de l’actualité

 

cp-pol-indice

 

Après la publication des indices des risques politiques propres à l’Europe de l’Ouest (2016) et aux émergents (2013), Coface lance un indice global pour 159 pays. La combinaison de deux grandes dimensions - les risques sécuritaires (conflits et terrorisme) et les risques politiques et sociaux - permet ainsi de présenter un classement du risque politique complet.

 

Le score duMoyen-Orientetdel’Afrique du Nordaffiche un niveau élevé (Afghanistan, Irak, Libye, Nigeria : 100%) et en augmentation depuis 2010 (+22 points pour le Liban, +20 points pour l’Egypte). EnAfrique subsaharienne,le risque s’accroît depuis 2013, notamment à cause des conflits qui découragent les investisseurs : +36 points au Nigeria (-30 % d’IDE depuis 2013), +28 points en République centrafricaine (à noter que la Côte d’Ivoire s’améliore légèrement : -6 points).

 

Les pays de laCommunauté des États Indépendantssont aussi nettement au-dessus de la moyenne. La dégradation des scores de la Russie (+2 points) et de l’Ukraine (+41 points) n’est pas la seule raison. Une hausse des fragilités politiques et sociales au Tadjikistan (+10 points) et en Azerbaïdjan (+8 points) est également constatée.

EnAmérique latine, où les fragilités sociales s’amplifient, le niveau de risque est pareillement sur une pente ascendante : le Mexique (+25 points) et le Venezuela (+9 points).

 

Les tendances sont contrastées enAsie : à l’exception des deux mastodontes, Chine (+ 10 points) et Inde (stabilité), le risque politique s’améliore doucement depuis 2010 (-60 points pour le Sri Lanka, -25 points pour le Népal).

 

Les trois composantes de l’indice confirment que le risque se répand

 

  • L’indice de conflits

L’indice de conflits s’appuie sur l’occurrence des conflits, leur intensité et les types d’acteurs impliqués. Les pays en guerre figurent en tête du classement : l’Afghanistan, l’Iraq, le Soudan, le Nigeria et la Syrie. Le Mexique, en raison de la guerre des cartels, la Colombie, l’Algérie ou l’Inde ressortent aussi avec un niveau de risque élevé.

 

  • Le risque terroriste

On ne peut désormais plus mesurer le risque sécuritaire sans prendre en compte l’indice du terrorisme qui a été multiplié par 2,8 depuis 2008 et est susceptible d’affecter la confiance des entreprises, des ménages et des investisseurs étrangers. La majeure partie des pays de l’OCDE engagés dans la lutte contre l’Etat Islamique ont vu leur résultat augmenter entre 2011 et 2015 : la France est la première économie avancée dans le classement avec un score de 77% (en progression de +24 points). Le risque augmente de même aux Etats-Unis (+23 points), en Australie (+27 points) et en Allemagne (+27 points).

 

  • L’indice de fragilité politique et sociale

Les indices de fragilité politique et sociale tiennent compte, d’une part, de la nature du régime politique, de la fragmentation ethnique et linguistique et des libertés politiques et droit civique, d’autre part, des pressions et instruments du changement. Entre 2007 et 2015, la hausse est particulièrement marquée dans les pays de la CEI et en Amérique latine.

 

Les pays avancés au défi de la vague populiste

 

Pour les pays avancés, afin de tenir compte de la montée du populisme, les données du projet «Manifesto» sont inclues. Celui-ci recense la part des manifestes politiques allouée à un thème électoral tels que le protectionnisme, la sécurité, l’ordre public et les valeurs nationales. L’analyse de Coface montre que les pays où la pression du populisme atteint le niveau le plus élevé sont le Royaume-Uni (73%) et la France (70%), avec une part significative de thèmes liés à l’ordre public. Ensuite viennent l’Autriche (64%) et les Pays-Bas (63%), avec une part importante liée à la méfiance vis-à-vis du multiculturalisme.

 

 

[*] Pour la période 2007-2015

 

Infographie : Nouvel indice du risque politique de Coface dans 159 pays

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

LEs publications économiques de coface

 

 

 

 

PANORAMA: 

Le risque politique dans tous ses États

 

 

 

 

 

 

 

Télécharger le communiqué : Nouvel indice du risque politique de Coface dans 159 pays (422,93 kB)

Contact


Pour nous écrire, nous poser une question, ou simplement pour vous informer :

Contactez-nous au
Tel. : +33 (0)1 49 02 20 00
 
Contact Journalistes :
Maria KRELLENSTEIN
Tel : +33 (0)1 49 02 16 29
Mail : maria.krellenstein@coface.com 

Haut de page
  • English
  • Français