Actualités et Publications
01/05/2017
Risque pays et études économiques

Pénurie de main d'œuvre en Europe centrale et orientale : une chance pour les ménages mais une menace pour les entreprises locales

Pénurie de main d'œuvre en Europe centrale et orientale :  une chance pour les ménages mais une menace pour les entreprises locales

L’évolution du marché du travail des pays d’Europe centrale et orientale (PECO) s’avère positive pour les ménages. L’augmentation des salaires et une faible inflation, combinées à l’amélioration de la confiance des consommateurs, ont conduit à une baisse du taux de chômage et à une hausse de la consommation. Mais l’embellie sur le marché du travail est telle que les entreprises sont désormais de plus en plus confrontées à la difficulté de recruter, notamment du personnel qualifié. La pénurie de main d'œuvre et l’augmentation du coût du travail qui s’ensuit suscitent des inquiétudes dans le milieu des affaires.

 

Le marché de l’emploi dans la région d’Europe centrale et orientale continue de s’améliorer. Le taux de chômage a atteint son plus bas niveau jamais enregistré et, dans la plupart des PECO, les statistiques du chômage sont meilleures que la moyenne enregistrée dans l’Union européenne. Ces chiffres se sont très nettement améliorés ces deux dernières années. La revalorisation des salaires, le faible taux d’inflation et le sentiment de confiance du consommateur ont fait de la consommation des ménages le principal moteur de la croissance économique. La plupart des PECO ont enregistré une dynamique positive des salaires ces dernières années. Depuis 2010, le salaire brut a bondi de plus de 30% en Roumanie et en Bulgarie et de plus de 20% en Hongrie et en Pologne.

 

Négociation salariale, faible taux de natalité et émigration à l’origine de cette pénurie

 

Néanmoins, alors que les ménages et l’activité économique de la région profitent de ces évolutions, les entreprises souffrent face à l’accroissement du pouvoir de négociation salariale et sont contraintes d’accepter des charges de rémunération plus élevées. Plusieurs facteurs expliquent cette pénurie de la main d'œuvre : la forte demande interne et externe, la faible croissance démographique et l’émigration vers les pays d’Europe de l’Ouest. Un nombre croissant d’entreprises affirme que cette situation est un frein à leur développement.

 

Même celles qui rémunèrent le mieux ont, elles-aussi, des difficultés à recruter. Le nombre de postes vacants atteint un niveau particulièrement élevé en République tchèque et en Hongrie. Les augmentations de salaire tendent actuellement à dépasser les gains de productivité. Un point positif toutefois : le coût de la main d'œuvre dans la région reste trois fois inférieur à la moyenne des pays d’Europe de l’Ouest.

 

Cet écart avantageux pour les PECO en termes de coûts unitaires de la main d'œuvre ainsi que leur proximité géographique et culturelle devraient continuer de favoriser leur compétitivité. Néanmoins, ces avantages pourraient être compromis à moyen terme si l’émigration des employés les plus jeunes et les plus spécialisés devait se poursuivre.

 

Plusieurs solutions possibles

 

Les entreprises continueront d’être confrontées à la pénurie de main d'œuvre, notamment des personnes qualifiées. Selon de récentes études, les professions telles que chauffeurs et ingénieurs font partie des postes les plus difficiles à pourvoir en Europe centrale et orientale.

 

Inciter les émigrés à revenir et s’ouvrir à plus d’immigration permettrait de pallier la pénurie de main d'œuvre. Ceci nécessiterait d’améliorer la gouvernance et d’aborder la question des réticences liées à l’accueil des migrants. Un retour en masse des émigrés dans leur pays natal est toutefois très peu probable. Ceux qui auront été concernés par le Brexit (ou un autre scénario similaire) seront plus enclins à rechercher du travail dans d’autres pays d’Europe de l’Ouest, vu la grande différence des revenus entre les régions.

 

Encourager les minorités, les femmes (dont le taux de participation demeure peu élevé en comparaison avec l’Europe de l’Ouest : 61% en Pologne, 59% en Hongrie, 57% en Roumanie, contre 79% en Suède, 72% en Allemagne et 71% en Autriche), et les seniors à s’engager sur le marché du travail  et développer les programmes de formation professionnelle et d’éducation supérieure pourrait aussi contribuer à remédier au problème.

 

Télécharger la  PUBLICATION  (version anglaise) "Labour shortages in Central and Eastern Europe countries: a growing concern for businesses"

 

  • UNEMPLOYMENT : set to continue to fall
  • FALLING UNEMPLOYMENT AND RISING LABOUR SHORTAGES : increase employees’ bargaining power
  • SEVERAL FACTORS have contributed to labour shortages
  • HOUSEHOLDS ARE BENEFITTING from labour shortages, while coporates are suffering
  • THE INCREASE IN WAGES EXCEEDS PRODUCTIVITY GAINS, but labour costs remain much lower than in Western Europe tactics for alleviating labour shortages

 

 

 

Télécharger le communiqué : Pénurie de main d'œuvre en Europe centrale et orientale : une chanc... (157,88 kB)

Contact


Pour nous écrire, nous poser une question, ou simplement pour vous informer :

Contactez-nous au
Tel. : +33 (0)1 49 02 20 00
 
Contact Journalistes :
Maria KRELLENSTEIN
Tel : +33 (0)1 49 02 16 29
Mail : maria.krellenstein@coface.com 
Justine LANSAC
Tel : +33 (0)1 49 02 24 48 
Mail : justine.lansac@coface.com

Haut de page
  • English
  • Français