Coface Group
Metallurgie

Metallurgie

Metallurgie
Amérique Latine
Amérique du Nord
Europe centrale et de l'est
Europe de l'Ouest
Asie émergente
Moyen-Orient & Turquie
Changer de secteur

Forces

  • Dynamisme accru des ventes de véhicules à travers le monde
  • Développement de l’emploi de batteries électriques (transports, objets connectés)
  • Restructuration des filières (nickel, terres rares, aluminium) et réduction des coûts de production

Faiblesses

  • Taux d’utilisation des capacités de production inférieurs à ceux d’avant-crise
  • Pressions accrues des autorités chinoises pour réorganiser la filière

Evaluation des risques

Les faits marquants
Evolution de la production Chinoise d'acier et des prix sidérurgiques

Evolution de la production Chinoise d'acier et des prix sidérurgiques

Les prix des principaux métaux étaient toujours orientés à la hausse en cette année 2017, principalement en raison de la croissance du secteur de la construction et des infrastructures en Chine d’une part, et des fermetures de plusieurs mines dans le monde d’autre part. Néanmoins, des signes de ralentissement de l’activité dans le secteur se présentent, notamment dans le sous-secteur de la sidérurgie. La Chine est le producteur et le consommateur de la moitié de l’acier mondial.

La sidérurgie chinoise a légèrement augmenté sa production de 5,4 % en moyenne annuelle à fin octobre 2017. En conséquence, la moyenne mensuelle de l’indice des principaux produits sidérurgiques SteelHome SHCPI, a crû de 17 % entre janvier et novembre 2017. Outre l’acier, les cours d’autres métaux sont également en hausse. L’aluminium a vu son cours LME spot moyen (cours en vigueur) mensuel par tonne augmenter de 17,4 % sur un an entre janvier et novembre 2017, du fait de la bonne tenue du secteur automobile en Europe et en Chine, mais aussi de la fermeture de certaines unités de production en Chine. Les cours spot mensuels moyens du LME du nickel, du zinc et du cuivre suivent la même tendance, avec de fortes hausses respectivement de 20 %, 19 %, et 19 %.

Les exportations chinoises d’acier ont continué de croître, avec une baisse de 29 % des exportations de produits finis sidérurgiques à fin octobre 2017 sur un an. Les hausses de tarifs douaniers en Europe et aux États-Unis, ainsi que la hausse de la consommation domestique ont incité les sidérurgistes chinois à se réorienter vers leur marché local.

Demande

La consommation mondiale de produits sidérurgiques devrait croître de 0,7 % en 2018. La constance d’adoption de mesures visant à imposer des droits sur les produits chinois émanant notamment de l’Europe et des États-Unis risquent de défavoriser les secteurs clients (construction et immobilier, industrie manufacturière, etc.), qui bénéficiaient d’importations sidérurgiques bon marché.

La Chine devrait voir sa consommation baisser de 1,6 % en 2018, après la hausse prévue de 6,8 % en 2016 selon le Ministère australien de l’Industrie. Cette demande serait victime de la mauvaise conjoncture du secteur de l’immobilier et des travaux publics en 2018, ainsi que du niveau d’endettement élevé (30 milliards USD arrivent à échéance durant cette année). En effet, l’investissement immobilier ralentit dans les plus grandes villes du pays, ce qui induit une dégradation de la situation financière des acteurs comme l’indique notre étude sur les délais de paiement en Asie de Coface en mars 2017. Bien que nous prévoyions une hausse des ventes automobiles en 2018, celle-ci ne sera pas suffisante pour contrebalancer les effets de la réforme en cours de la construction et des travaux publics dans le pays. La consommation indienne de produits sidérurgiques devrait croître en 2018 de 5 %. Le soutien public destiné aux projets d’infrastructure et au secteur manufacturier devrait continuer de favoriser la consommation locale.

L’Europe de l’Ouest devrait voir sa consommation croître de 1 % en 2018. Ainsi, la bonne tenue du marché automobile européen profite aux producteurs domestiques, mieux positionnés dans les aciers à forte valeur ajoutée. Les immatriculations de véhicules neufs devraient croître tandis que les bonnes conditions d’emprunt, et l’amélioration des finances des ménages continueront d’orienter le secteur de la construction à la hausse en 2018. Ce secteur devrait être robuste, avec l’indice des permis de construire des pays de l’Union européenne atteignant 110,3 points au second trimestre 2017 contre 100,6 un an auparavant.

La consommation sidérurgique aux États-Unis devrait croître de 1,2 % en 2018. Les acteurs de la construction, premier client de la sidérurgie, semblent être optimistes, comme l’indique la hausse de l’indicateur des sociétés de construction (NAHB) qui atteint 70 points en décembre 2017, son plus haut niveau depuis mars 2017. En outre, la métallurgie dans son ensemble devrait bénéficier du plan du Président Donald Trump visant à améliorer les infrastructures, si celui-ci se réalise. De nombreux ouvrages civils nécessiteraient des travaux conséquents, ce qui dynamiserait la consommation de produits sidérurgiques.

Offre

La production mondiale devrait croître de 2 % en 2018. Certaines usines sidérurgiques chinoises très polluantes seront fermées par les autorités dans leur lutte contre la pollution de l’air.

La production chinoise devrait croître en 2018 de 2 à 3 %, après une baisse de 1 % en 2017. Le pays est au centre d’une polémique, accusé de dumping sur plusieurs produits sidérurgiques. La production sidérurgique chinoise est principalement orientée vers des produits à faible valeur ajoutée pour le secteur de la construction (près de 60 % des débouchés pour l’industrie sidérurgique). En outre, elle est en grande partie décentralisée et les provinces locales sont peu incitées à réduire cette ressource fiscale assez importante. Or, les prix sidérurgiques en augmentation incitent les producteurs locaux à produire plus, alors que la consommation locale devrait décroître. La production indienne devrait croître de 7 % en 2018. Ce taux est bien en deçà des objectifs de croissance de 13 % par an entre 2015 et 2025 établis par le gouvernement. En effet, le gouvernement du Premier ministre Modi souhaite qu’à cet horizon, le pays puisse produire environ 300 millions de tonnes d’acier par an. Enfin, pour continuer à protéger ses sidérurgistes de la concurrence étrangère, le gouvernement Modi continuera à maintenir des tarifs douaniers élevés sur certains produits.

La sidérurgie d’Europe de l’Ouest devrait connaître une croissance de 3 % en 2018, entraînée par la France et l’Italie. La relative bonne tenue de la consommation a favorisé l’offre européenne et certains producteurs d’aciers à haute valeur ajoutée parviennent à tirer leur épingle du jeu sur des marchés de niche tel que Voestalpine. L’offre européenne a en partie pâti des effets de la concurrence chinoise. En outre, les mesures prises par la Commission européenne en août 2017 afin d’imposer des tarifs douaniers à certains produits devrait soutenir le secteur de l’acier européen. En outre, la sortie du Royaume-Uni de l’UE, dont le secteur est à la peine, pourrait à moyen terme laisser le champ libre à certains pays pour accentuer les mesures protectionnistes de l’acier européen vis-à-vis des produits chinois.

En ce qui concerne les États-Unis, la production sidérurgique devrait croître de 2 % en 2018, tirée par une croissance économique résiliente. En outre, les sidérurgistes locaux bénéficient des décisions prises par le gouvernement fédéral de continuer à imposer de droits de douanes sur l’acier chinois (mais aussi brésiliens, russes, japonais, etc.) à hauteur de 266 %. L’acier américain pourrait être largement utilisé si le large projet de développement des infrastructures du Président D. Trump venait à se concrétiser.

 

Dernière mise à jour : janvier 2018

Haut de page
  • English
  • Français