Coface Group
République dominicaine

République dominicaine

Population 10,1 millions
PIB par habitant 7114 $US
B
Evaluation des risques pays
C
Environnement des affaires
Changer de pays
Comparer les pays
Vous avez déjà sélectionné ce pays.
0 pays sélectionnés
Vider
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Comparer

Synthèse

principaux Indicateurs économiques

  2015 2016 2017(p) 2018(p)
Croissance PIB (%) 7,0 6,6 4,8 4,6
Inflation (moyenne annuelle, %) 0,8 1,6 3,0 3,6
Solde public / PIB (%) -0,2 -2,9 -2,5 -2,2
Solde courant / PIB (%) -1,9 -1,5 -1,6 -2,6
Dette publique / PIB (%) 33,0 34,9 36,7 37,9

 

(p) : prévision

POINTS FORTS

  • 1re destination touristique des Caraïbes
  • Transferts de la diaspora
  • Accord de libre-échange avec les États-Unis (CAFTA-DR)
  • Zones franches (51 % des exportations)
  • Stabilité politique

POINTS FAIBLES

  • Dépendance à la conjoncture américaine
  • Dépendance au cours de l’or
  • Approvisionnement électrique défaillant
  • Défaillances éducatives et sanitaires
  • Pauvreté et inégalités élevées
  • Criminalité liée au trafic de drogue
  • Corruption élevée

Appréciation du risque

Une atténuation de la croissance qui continue en 2018

L’affaiblissement de la croissance observé en 2017 devrait continuer en 2018. Cela s’explique par une réduction des dépenses et de l’investissement publics dans le cadre des efforts de consolidation budgétaire du gouvernement. La croissance devrait toutefois rester soutenue, stimulée par une hausse des arrivées touristiques et une forte consommation privée. Cette dernière sera nourrie par le dynamisme des flux de remises des travailleurs expatriés, dans un contexte économique relativement favorable aux États-Unis. La production manufacturière (notamment textile) devrait croître, les États-Unis étant le premier marché d’exportation dominicain. Par ailleurs, la baisse du taux directeur de la banque centrale en juillet 2017 devrait favoriser l’expansion du crédit et donc stimuler l’investissement.

De plus, le faible niveau du peso dominicain, relativement aux monnaies des autres destinations touristiques de la région, renforcera la compétitivité du secteur touristique qui devrait attirer de nombreux investissements étrangers. Particulièrement concentrés au niveau des infrastructures, ces investissements devraient stimuler le secteur de la construction. Cependant, les faibles performances du pays en matière énergétique constituent toujours un frein à la croissance, le climat politique dominé par des affaires de corruption ne laissant pas présager la mise en place des réformes structurelles nécessaires à une amélioration.

Enfin, conséquence de la hausse de 20 % du salaire minimum adoptée au premier semestre 2017 et de la hausse des prix des carburants et des denrées alimentaires, l’inflation devrait continuer d’augmenter en 2018. La fourchette basse de la cible définie par la Banque centrale (4 +/- 0,5 %) devrait être ainsi atteinte après plusieurs années en deça.

 

Des efforts de consolidation budgétaire mais un déficit courant qui se creuse

L’année 2017 a vu les premiers résultats des efforts de consolidation budgétaire réalisés par le gouvernement. Les recettes budgétaires sont en hausse grâce à l’amélioration de la collecte des impôts sur le revenu et des autres taxes sur la propriété et les services. Dans le même temps, le gouvernement a contrôlé l’augmentation de ses dépenses avec la fin des subventions aux secteurs des transports et de l’énergie. Le déficit public devrait donc légèrement se réduire en 2018 mais l’incertitude demeure quant à de nouvelles réformes pour continuer cette consolidation avec l’approche de l’échéance électorale de 2020. Du côté des comptes extérieurs, les exportations manufacturières devraient progresser sous l’effet du succès des zones franches et de la croissance américaine toujours modérée. Les revenus des exportations d’or devraient quant à eux se maintenir. Les importations énergétiques devraient se renchérir en raison de la reprise modérée du prix du pétrole tandis que la demande pour les importations de produits hors carburant devrait augmenter compte tenue de la dépendance locale aux biens finis importés. Ainsi, cette contre performance de la balance commerciale aurait pour effet de dégrader la balance courante en 2018. Ce déficit sera en partie financé par les flux d’investissements directs étrangers (3,2 % du PIB en 2016) dans le secteur touristique et les flux de remises des travailleurs expatriés (7,0 % du PIB). Ces flux en devise, associés à la faible exposition du pays aux marchés financiers, devrait permettre une dépréciation modérée du peso.

 

Faiblesses institutionnelles et absence d’opposition

Réélu en 2016, le président Danilo Médina bénéficie d’un important soutien populaire. Son parti, le parti de la libération dominicaine (PLD), détient la majorité absolue dans les deux chambres parlementaires et exerce une forte influence sur le pouvoir judiciaire. Dans ce contexte, la stabilité politique est assurée, au risque, toutefois, de peser sur la séparation des pouvoirs en l’absence d’une opposition forte et organisée (le Parti révolutionnaire dominicain, rival traditionnel du PLD, a été partiellement absorbé par celui-ci, ne laissant dans l’opposition que le Parti révolutionnaire moderne, en position très minoritaire). Les différents scandales de corruption liés à l’entreprise brésilienne Oderbrecht menacent néanmoins cet équilibre, provoquant une montée de la contestation populaire. Dans le but de contenir la grogne sociale, le président a remplacé le chef de la police nationale en août 2017 afin de relancer la lutte contre la criminalité.

Sur le plan des relations internationales, après une période de fortes tensions avec Haiti sur fond d’expulsions massives d’Haitiens et de représailles commerciales (blocus haitien sur les imports dominicains), les deux gouvernements ont repris le dialogue mi-2017.

Enfin, les faiblesses institutionnelles et le manque de transparence pèsent sur le climat des affaires, celui-ci étant déjà miné par l’insuffisance en infrastructures (à l’exception des télécommunications) et les problèmes dans l’approvisionnement de l’électricité, malgré quelques progrès dans ces domaines.

 

Dernière mise à jour : Janvier 2018

Haut de page
  • English
  • Français