Coface Group
Trinité-et-Tobago

Trinité-et-Tobago

Population 1,4 million
PIB par habitant 21375 $US
A4
Evaluation des risques dans ce pays
A4
Environnement des affaires
Changer de pays
Comparer les pays
Vous avez déjà sélectionné ce pays.
0 pays sélectionnés
Vider
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Comparer

Synthèse

principaux Indicateurs économiques

  2013  2014 2015(p)  2016(p)
Croissance PIB (%) 2,3 -1,0 -1,8 -2,3
Inflation (moyenne annuelle) 5,2 7,0 8,1  6,8
Solde budgétaire / PIB (%) 1 -2,0 -3,9 -5,9 -6,9
Solde courant / PIB (%) 7,0 5,6 0,7 -0,7
Dette publique / PIB (%) 36,0 39,2 43,8 50,6

 

(e) Estimations (p) Prévisions

1  Année fiscale débutant au mois d’octobre

POINTS FORTS

  • Cinquième producteur mondial de gaz naturel liquéfié (GNL)
  • Industrie pétrochimique (1er exportateur mondial de méthanol et d’ammoniac)
  • Taille importante du fonds souverain et des réserves de change
  • Pays leader du Caricom, la communauté caraïbe
  • Main d’œuvre bien formée et anglophone

POINTS FAIBLES

  • Economie de petite taille dépendante des hydrocarbures
  • Secteur hors énergie (dont agriculture et tourisme) peu dynamique
  • Déclin prévisible des ressources énergétiques
  • Manque d’efficacité de l’action publique
  • Supervision insuffisante du secteur financier
  • Répartition inégale de la richesse et criminalité liée au trafic de drogue

Appréciation du risque

Une économie affectée par la baisse persistante du prix des hydrocarbures

Après trois années de faible croissance, le pays est entré en récession en 2015 et a peu de chances de voir une reprise s’amorcer en 2016. Le secteur de l’énergie (gaz naturel, pétrole et industrie pétrochimique) qui représente près de 40 % du PIB du pays est affecté par la baisse persistante du prix des hydrocarbures. La dépendance de l’économie aux hydrocarbures est massive. Le budget de l’Etat dépend substantiellement des recettes fiscales provenant du secteur de l'énergie (et du commerce extérieur, les exportations d’hydrocarbures représentant près de 85% des ventes totales à l’étranger. La production locale de gaz naturel alimente d’ailleurs les centrales électriques du pays et la production de pétrole les raffineries. La politique de consolidation budgétaire initiée par le nouveau premier ministre, en place depuis septembre 2015, devrait d’ailleurs ralentir l’investissement public dans les infrastructures de transport, d’éducation, de santé et d’assainissement. L’investissement privé devrait aussi se tasser en l’absence de rebond du prix des hydrocarbures. Enfin, la hausse attendue du chômage et le ralentissement du crédit devraient limiter la consommation des ménages et contribuer à la diminution de l’inflation.

 

Hausse du déficit budgétaire et apparition du déficit du solde courant

En 2015, l’augmentation des dépenses dans le cadre d’une politique budgétaire expansionniste menée par le gouvernement jusqu’en septembre (période électorale), conjuguée à la baisse des recettes du secteur de l’énergie avait conduit au creusement du déficit public. En 2016, la faiblesse du prix des hydrocarbures continuerait à freiner la collecte des recettes de l’Etat. Les taxes, redevances, royalties versées par les intervenants du secteur de l’énergie représentent en effet près de 50% des recettes budgétaires. Bien que des efforts aient été fournis pour éviter un déséquilibre majeur des finances publiques (ventes de certains actifs à l’étranger, cession partielle d’entreprises publiques), ainsi qu’une hausse prévue des taxes et de l’impôt sur les bénéfices, ces dernières mesures semblent vouées à l’échec en raison de la contraction de l’activité. Les recettes devraient d’ailleurs diminuer avec l’entrée en vigueur de la nouvelle TVA en janvier 2016 qui passerait de 15 % à 12,5 %. Le déficit des comptes publics contribuera à la hausse de l’endettement.

Sur le plan du commerce extérieur, le pays devrait afficher son premier déficit du solde courant depuis près de quinze ans. La baisse persistante du prix des hydrocarbures (pétrole et gaz) combinée à la baisse de la demande de pétrole en provenance des Etats-Unis (principal client à l’export) en est le principal contributeur. Les exportations agricoles pâtissent de l’ancrage de la monnaie locale au dollar alors que la plupart des monnaies régionales ont tendance à se déprécier ce qui les rend plus compétitives. Les recettes touristiques concentrées sur l’Ile de Tobago devraient aussi être pénalisées par la récession au Venezuela qui fournit une bonne partie des visiteurs en raison notamment de leur proximité géographique. Les IDE concentrés dans le secteur de l’énergie devraient ralentir.

Dans ce contexte, la banque centrale n’écarte pas la possibilité d’une nouvelle hausse de son taux directeur afin de maintenir la stabilité du taux de change de la monnaie locale, le dollar trinidadien (TT$) face au dollar. La marge de manœuvre de la banque centrale est favorisée par un stock de réserves en devises confortable (couvrant 11 mois d’importations). Celui-ci devrait néanmoins se réduire en raison de la baisse des exportations d’hydrocarbures. Enfin, la politique monétaire pourrait également être mise à contribution afin d’éviter une augmentation importante de l’inflation.

 

Retour au pouvoir du Mouvement National Populaire   

Donnée comme favorite par les sondages, la coalition dirigée par la première ministre, Kamla Persad Bissessar du People’s Partnership (PP) a finalement cédé sa place à l’opposition. Le parti adverse, le People’s National Movement (PNM) dirigé par Keith Rowley a ainsi remporté 23 sièges contre 18 pour le PP lors des élections qui se sont tenues en septembre 2015. L’une des priorités du nouveau gouvernement consistera en l’ajustement des finances publiques afin d’atténuer le dérapage budgétaire observé en 2015, mais l’exercice s’annonce difficile face à la baisse persistante des recettes en provenance du secteur de l’énergie. L’environnement géopolitique est marqué par la proximité immédiate du Venezuela avec lequel les relations sont bonnes. Les deux pays ont d’ailleurs entamé des discussions au sujet de l’exploration du champ de gaz de Loran-Manatee situé aux frontières maritimes entre les deux pays, dont la liquéfaction devrait être réalisée  sur l’Ile de Trinité.

 

 

Dernière mise à jour : Janvier 2016

Haut de page
  • English
  • Français