Coface Group
Viêt Nam

Viêt Nam

Population 90,6 millions
PIB par habitant 2051 $US
B
Evaluation des risques dans ce pays
C
Environnement des affaires
Changer de pays
Comparer les pays
Vous avez déjà sélectionné ce pays.
0 pays sélectionnés
Vider
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Comparer

Synthèse

principaux Indicateurs économiques

  2013 2014  2015(p) 2016(p)
Croissance PIB (%) 5,4 6,0 6,7 6,2
Inflation (moyenne annuelle) 6,6 4,1 2,2 3,1
Solde budgétaire / PIB (%) -7,4 -6,1 -6,9 -6,7
Solde courant / PIB (%) 5,6 4,8 3,7 2,4
Dette publique / PIB (%) 52,6  57,2 61,2 63,7

 

(e) Estimation (p) Prévisions

POINTS FORTS

  • Main-d’œuvre de qualité et peu chère
  • Solide potentiel agricole et ressources naturelles
  • Stratégie de développement fondée sur l’ouverture, la montée en gamme et la diversification de l’économie
  • Economie peu affectée par le ralentissement chinois

POINTS FAIBLES

  • Lacunes en termes d’environnement des affaires.
  • Manque d’infrastructures
  • Réforme du secteur public inachevée 
  • Creusement des inégalités
  • Système bancaire fragile 

Appréciation du risque

La croissance restera robuste

La croissance restera très dynamique en 2016. Les secteurs exportateurs continueront à bénéficier de la progression des investissements directs étrangers (IDE) et de la participation du Vietnam à plusieurs accords régionaux et bilatéraux de libre-échange. De plus, le pays profite d’une montée en gamme de ses exportations, notamment électroniques, grâce aux IDE. Le pays est désormais un hub de production pour les smartphones et tablettes d’entreprises coréennes. La demande des pays avancés devrait permettre de compenser le ralentissement de celle en provenance de Chine, 3ème récipiendaire des exportations vietnamiennes. Ainsi, les exportations devraient rester soutenues.

Par ailleurs, la consommation des ménages devraient continuer à progresser, la maîtrise de l’inflation, après des années d’inflation élevée et volatile, permettant d’améliorer la confiance des consommateurs. De plus, l’investissement devrait profiter de l’accélération de la production industrielle et d’un plan national visant à promouvoir les infrastructures. Néanmoins, il continuera de pâtir des faiblesses du système bancaire. En dépit d’une politique monétaire accommodante, la croissance du crédit devrait rester contrainte par  le niveau élevé de créances douteuses.

Par ailleurs, le secteur agricole devrait progresser après une année 2015 marquée de mauvaises conditions climatiques. Après avoir été pénalisé par les émeutes antichinoises survenues en mai 2014, le tourisme devrait confirmer le rebond initié fin 2015.

Enfin, l’économie vietnamienne restera à deux vitesses avec des entreprises à capitaux étrangers en forte croissance et des sociétés publiques endettées et peu rentables.

 

Les comptes publics demeurent fragiles

En 2016, le déficit budgétaire et la dette publique devraient continuer à progresser. Outre le manque de transparence des comptes publics, la dette publique reste très vulnérable au risque de change car elle est libellée à près de 50 % en devises. De plus, les engagements contingents pourraient remettre en cause la soutenabilité de la dette publique à moyen terme en cas de défauts d’entreprises publiques.

Par ailleurs, après avoir connu des sorties de capitaux importantes forçant les autorités à dévaluer le dong à six reprises entre 2008 et 2011, les comptes extérieurs du pays se sont depuis lors stabilisés. Les exportations se sont montrées résilientes face à la conjoncture internationale défavorable. Néanmoins, l’excédent courant devrait se réduire, en 2016, en raison de la progression des importations nécessaires pour répondre la demande intérieure. En août 2015, la banque centrale a procédé à un élargissement, de la bande de fluctuation de 1 à 2 % et le dong s’est légèrement déprécié au cours de l’année 2015. En dépit de la progression des réserves de change, celles-ci restent insuffisantes (3 mois d’importations en 2016).  En 2016, le dong restera, également, exposé aux fluctuations de l’aversion globale pour le risque notamment liées au resserrement de la politique monétaire américaine. 

Enfin, le système bancaire reste fragile car peu capitalisé et fortement dollarisé. Malgré la création d’une structure de défaisance, le risque de crédit reste important et sous-évalué. Par ailleurs, la forte exposition des banques publiques aux entreprises publiques peu transparentes constitue un facteur supplémentaire de fragilités.

 

Tensions géopolitiques et intégration commerciale accrues

Le contentieux de souveraineté en Mer de Chine qui oppose le Vietnam à la Chine s’est ravivé en 2014 avec l’installation d’une plateforme pétrolière chinoise dans les eaux revendiquées par le Vietnam. Elle a généré un fort sentiment antichinois au Vietnam allant jusqu’à des manifestations et violences contre les intérêts chinois au Vietnam. La Chine a finalement démonté la plateforme sous la pression des Etats-Unis et les pays de l’ASEAN ont décidé l’élaboration d’un code de conduite avec la Chine dans ce dossier. De plus, en novembre 2015, lors du sommet de l’APEC, le Vietnam et les Philippines ont  conclu un accord stratégique visant à accroître la coopération entre les deux pays, y compris dans la résolution de ce contentieux. En 2016, le Vietnam devrait continuer de consolider ses liens avec les Etats-Unis et le Japon.

Par ailleurs, le pays renforce son intégration commerciale tant au niveau multilatéral que bilatéral avec notamment la signature du TPP (Trans Pacific Partnership)en octobre 2015.

En outre, la gouvernance constitue un risque en termes d’attractivité pour les investisseurs étrangers. Néanmoins, en 2015, le pays a simplifié l’enregistrement des sociétés et allégé les procédures douanières. Enfin, le Parti Communiste continue de contrôler l’ensemble de la vie politique, économique et sociale du pays.

 

Dernière mise à jour : Janvier 2016

Haut de page
  • English
  • Français