Coface Group
Iran (République islamique de)

Iran (République islamique de)

Population 84,1 millions
PIB par habitant 9 928 $US
E
Evaluation des risques pays
D
Environnement des affaires
Changer de pays
Comparer les pays
Vous avez déjà sélectionné ce pays.
0 pays sélectionnés
Vider
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Comparer

Synthèse

major macro economic indicators

  2019 2020 2021 (e) 2022 (p)
Croissance PIB (%)* -6,8 3,4 2,5 2,0
Inflation (moyenne annuelle, %) 34,6 36,4 39,3 27,5
Solde public / PIB (%) -5,1 -5,7 -6,5 -7,3
Solde courant / PIB (%) 0,6 -0,1 1,3 1,0
Dette publique / PIB (%) 47,9 39,5 33,6 33,3

(e) : Estimation (p) : Prévision *21 Mars  2021- 20 Mars 2022

POINTS FORTS

  • Deuxième plus grande réserve prouvée de pétrole et de gaz au monde
  • Économie très diversifiée, avec un secteur manufacturier solide
  • Un marché de consommation important et peu pénétré
  • Possibilité d'amélioration des relations avec la nouvelle administration américaine

POINTS FAIBLES

  • Les sanctions internationales pèsent sur le commerce, les investissements et les flux de capitaux
  • Réserves de change limitées, existence de taux de change multiples
  • Disponibilité restreinte des fonds bancaires pour les entreprises en raison de la fragilité du système financier
  • Un niveau élevé d'inflation qui réduit le pouvoir d'achat des ménages
  • Manque d'opportunités d'emploi, en particulier pour les jeunes
  • Une bureaucratie lourde

Appréciation du risque

Reprise modérée à l'horizon

Après s'être fortement contractée en 2018 et 2019 dans le sillage du rétablissement des sanctions, l'économie iranienne a été frappée par la COVID-19 en 2020. Les difficultés d'accès aux vaccins et l'infrastructure sanitaire limitée ont fait de l'Iran l'un des pays les plus touchés au monde. Début novembre 2021, le ratio de personnes entièrement vaccinées par rapport à la population totale restait de 39%, tandis que le nombre total de décès atteignait 126 000. La nature hautement transmissible du variant Delta pèse également sur les perspectives économiques pour 2022. La croissance sera soutenue par les prix élevés des hydrocarbures (environ 15% du PIB) et la hausse de la demande extérieure de produits manufacturés iraniens tels que les produits chimiques, les métaux et les plastiques. La demande privée (55% du PIB) devrait rester faible en raison du faible niveau de vaccination – qui pourrait entraîner une nouvelle série de restrictions de mobilité – et d'une inflation élevée. Les prix à la consommation ont augmenté de plus de 45% en glissement annuel (YoY) en août 2021, sur une base annuelle, en partie en raison de la hausse des prix des biens intermédiaires importés au niveau mondial et de la dépréciation de la monnaie. Ces facteurs se prolongeant en 2022, l'inflation restera supérieure à l'objectif de 22% fixé par la banque centrale pour l'année fiscale se terminant en mars 2022. Bien que le taux de chômage se soit établi à 9,6% au deuxième trimestre de l'année iranienne 2021/2022, le taux d'activité était très faible, à 41%, et le niveau d'emploi aurait diminué de plus d'un million de postes en raison de la pandémie. Cette situation pèsera également sur le pouvoir d'achat des ménages. À l'inverse, après avoir fortement chuté sur 2019-2020, les exportations de pétrole devraient remonter d'un cran sur la période à venir, principalement en raison de la hausse des prix de l'énergie. Cependant, le secteur manque encore d'investissements majeurs et d'expertise, ce qui pèsera sur ses futures performances à l'exportation. Les investissements devraient rester discrets en raison de l'environnement commercial difficile (l'Iran se classe 127e sur 190 pays dans le rapport Doing Business 2020 de la Banque mondiale), des sanctions internationales, des coupures d'électricité causées par la faiblesse des précipitations qui nuit à l'hydroélectricité, et de l'insuffisance de gaz pour faire fonctionner les centrales thermiques.

 

L'excédent de la balance courante maintenu par les prix élevés de l'énergie, le déficit budgétaire représente un défi

Pour la première fois depuis près d'une décennie, la balance des comptes courants est passée en territoire négatif en 2020. L'excédent traditionnel des échanges de biens a chuté à la suite du retrait unilatéral des États-Unis en 2018 de l'accord nucléaire avec l'Iran (connu sous le nom de Plan global d'action conjoint) et de la réimposition des sanctions sur les exportations de pétrole. Les exportations de pétrole brut ont diminué jusqu'à 200 000 barils par jour (b/j), contre environ 2,8 millions de b/j en 2018. Comme en 2021, la balance courante devrait être excédentaire en 2022 grâce aux prix élevés du pétrole, qui représente environ 60% des exportations totales de marchandises. L'investiture du président américain Biden en 2020 a été considérée comme un bon présage pour un retour des États-Unis dans l'accord et la levée des sanctions. En avril 2021, l'Iran et six puissances ont entamé des discussions. Bien que les discussions aient repris après un arrêt dû à l'élection du nouveau président iranien Ebrahim Raisi en juin, une éventuelle levée des sanctions serait peu probable avant fin 2022. Les exportations agricoles devraient rester faibles en raison du regain de tensions en Afghanistan, un marché important pour les exportations agricoles de l'Iran, suite au retour des talibans. En revanche, la demande limitée d'importations due à la dépréciation de la monnaie contribuera à l'excédent de la balance courante. En effet, le rial a perdu plus de 75% de sa valeur par rapport au dollar américain depuis 2018, oscillant autour de 280 000 en septembre 2021. Le traditionnel déficit des échanges de services demeure.

 

En ce qui concerne les comptes publics, le ratio déficit budgétaire/PIB devrait encore se creuser en raison de sources de recettes publiques non viables et du manque de discipline budgétaire. L'aversion croissante des investisseurs pour les obligations islamiques de l'Iran signifie que les autorités seront obligées de recourir à un financement monétaire plus inflationniste.

 

Risques persistants sur le front politique 

Le président Ebrahim Raisi devra faire face à des défis importants. Les mauvaises conditions économiques, telles que l'inflation élevée et le faible niveau d'emploi disponible, ainsi qu'une nouvelle vague de COVID-19 peuvent augmenter le risque de troubles sociaux. La question la plus critique est liée aux négociations quant à un éventuel retour à l'accord nucléaire en concomitance avec les États-Unis, car les dirigeants des deux pays ont déclaré leurs intentions positives sur cette éventualité, bien que sous des conditions différentes (irréconciliables ?). Toutefois, un accord n'interviendrait pas avant la fin de l'année 2022 au plus tôt, d'autant plus que la hausse actuelle de l'activité nucléaire de l'Iran accroît les tensions avec l'Occident, bien que l'Iran affirme être qu'elle relève de son droit souverain et qu'elle peut être inversée une fois que les États-Unis auront levé les sanctions.

 

Dernière mise à jour : Février 2022

Haut de page
  • English
  • Français