Actualités et Publications
09/08/2016
Risque pays et études économiques

Chine, une économie à deux vitesses : des secteurs gagnants et perdants

Chine, une économie à deux vitesses : des secteurs gagnants et perdants

L’économie chinoise a progressé de 6,9 % en 2015, son rythme de croissance le plus lent depuis 25 ans. Ce taux de croissance devrait continuer de ralentir en 2016 et 2017 et sera inférieur à l’objectif de croissance annuelle moyenne de 6,5 % fixé par les autorités dans le plan quinquennal de 2016-2020. Les réformes structurelles en cours se concentrent davantage sur les services et la consommation, accentuant les contrastes dans le pays. La fracture entre les secteurs gagnants et perdants est liée à leur potentiel de croissance à moyen et long terme, aux politiques publiques et à la demande structurelle. 

 

Secteurs affichant un potentiel de croissance

Globalement, les risques attribués aux secteurs gagnants susceptibles de bénéficier de meilleures perspectives de croissance à plus long terme, comme les produits pharmaceutiques et la distribution, sont faibles ou moyens selon les évaluations. Le segment destechnologies de l’information et de la communication (TIC)constitue une exception, lerisqueattribué à ce secteur étantélevé. Cela indique que les risques de crédit des entreprises chinoises dans le secteur des TIC sont élevés en raison d’une concurrence plus vive à l’échelle régionale, malgré un solide potentiel de croissance à long terme du marché (voir tableau 1).

 

Le secteurpharmaceutiquereste le plus performant et affiche des marges bénéficiaires stables. Outre une nette amélioration de la situation en termes de paiement en 2015, les sociétés pharmaceutiques sont moins tributaires du crédit pour le financement de leurs activités et de leurs investissements en immobilisations. Les perspectives à moyen terme sont favorables, avec une augmentation structurelle de la demande soutenue par le développement croissant de la classe moyenne et le vieillissement de la population. 

 

Secteurs perdants affichant des risques de crédit élevés

 

Les secteurs perdants susceptibles de rencontrer des difficultés en termes de croissance à long terme, comme lesproduits chimiqueset lesmétaux, se voient attribuer une évaluation derisqueélevé, voiretrès élevé. Du point de vue des risques de crédit, les entreprises chinoises évoluant dans ces secteurs font face à une plus forte probabilité de défaillance ou d’insolvabilité liée à une conjoncture difficile. Les secteurs neutres, c’est-à-dire ceux qui ne bénéficient pas directement des réformes structurelles menées par l’État (commel’agroalimentaire, les secteurs papier/boisettextile/confection), sont considérés comme présentant un risque moyen ou élevé. 

 

Parmi les 12 secteurs, seuls lebâtimentet lesmétauxsont assortis d’unrisque très élevé. Les risques relatifs à ces deux secteurs sont liés à des sujets d’actualité (problèmes d’endettement dans un contexte de hausse subite des créances douteuses, diverses défaillances d’obligations d’entreprises, surcapacités industrielles et entrepriseszombies). Face à des investissements privés atones et au ralentissement des investissements des entreprises publiques et dans un contexte de faible rentabilité, la croissance des secteurs de la construction et de l’installation devrait fléchir au second semestre. Cela risque de jeter une ombre sur le secteur de la construction et de réduire la demande en faveur des matériaux du bâtiment, en particulier du ciment et des métaux qui souffrent déjà d’un problème de surcapacités. Ces risques pourraient être atténués par les réformes des entreprises publiques, dont les mesures concernant la « Fermeture », la « Réorganisation » et les « Partenariats Public/Privé (PPP) » devraient être mises en œuvre. Malgré quelques signes de désendettement et de réformes de l’État, les risques de crédit des entreprises de la construction (y compris des fabricants de matériaux) semblent augmenter et les perspectives sont négatives.

 

« Il est probable que les autorités chinoises continueront à prendre des mesures favorables concernant l’offre. Elles viseront davantage à stimuler la croissance potentielle du secteur tertiaire et à soutenir les activités de fabrication à valeur ajoutée à moyen et long terme. Toutefois, dans un contexte de réformes à la fois structurelles et axées sur les entreprises publiques, le ralentissement de l’économie chinoise devrait se poursuivre en 2016 et en 2017, avec une augmentation globale des risques de crédit pour les entreprises chinoises »a déclaré Jackit Wong, économiste Coface pour la région Asie Pacifique.

 

 

table-fr

 

 

TÉLÉCHARGER LA PUBLICATION

  • Sector winners and losers
  • Sector risk assessment: Construction, Metals, Pharmaceuticals
  • China’s state-owned enterprise reforms
  • Appendix: Prices of new homes in China's largest 70 cities (YoY, %)

 

 

 

 

 

Télécharger le communiqué : Chine, une économie à deux vitesses : des secteurs gagnants et perda... (320,53 kB)

Contact


Contact Journalistes

Maria KRELLENSTEIN
Tel : +33 1 49 02 16 29
Mail : maria.krellenstein@coface.com 
 
Justine LANSAC
Tel : +33 1 49 02 24 48 
Mail : justine.lansac@coface.com

Haut de page
  • English
  • Français