Actualités et Publications
17/10/2016
Publications économiques

Économies européennes : le risque politique va-t-il gâcher la «fête» en 2017 ?

Coface Panorama

Référendum britannique de juin, élections législatives en Espagne de décembre 2015 et juin 2016,… Les échéances politiques aux issues inattendues et aux conséquences incertaines se sont multipliées en Europe ces douze derniers mois. Or, le tempo politique va encore s’accélérer dans l’année à venir : référendum en Italie et élection présidentielle en Autriche le 4 décembre, possibles élections législatives en Espagne le 25 décembre (la 3ème en un peu plus d’un an !), élection législative aux Pays-Bas le 15 mars, élections présidentielle et législatives en France en avril, mai et juin sans oublier le scrutin en Allemagne à l’automne 2017.

La question qui se pose face à cette accélération du tempo politique est simple : la croissance va-t-elle tenir le rythme ? Elle peut en effet être affectée de différentes manières par des incertitudes politiques accrues : report des décisions d’investissement et de dépenses des entreprises et des ménages moins confiants, repli des marchés d’actions et montée des taux obligataires pénalisant les conditions de financement des agents économiques, ainsi qu’absence de réformes et gel de dépenses publiques en cas de vacance du gouvernement. S’il est facile d’énumérer ces canaux de transmission, il est beaucoup plus difficile de quantifier l’impact de ces incertitudes politiques sur la croissance. C’est ce que nous tentons de faire ici.

Après avoir mesuré le risque politique dans 14 pays d’Europe de l’Ouest en tenant compte notamment d’indicateurs de risque spécifiques à cette région (montée de l’euroscepticisme, du sentiment anti-immigration et morcellement des scènes politiques), nous avons construit un modèle économétrique visant à mesurer l’impact d’une montée des incertitudes politiques sur la croissance du PIB dans 5 pays : Allemagne, Royaume-Uni, France, Italie et Espagne. Il nous indique que l’augmentation du risque politique observée depuis la crise a amputé la croissance de 0,2 point en moyenne, l’effet sur l’investissement (0,5 point) étant plus élevé que celui sur la consommation des ménages (0,1 point). Cette moyenne masque cependant des différences marquées, la croissance au Royaume-Uni (0,3 point), en France (0,4), et en Espagne (0,3) étant plus affectée par le risque politique qu’en Italie et en Allemagne. Et dans le cas où les 4 derniers pays cités subissaient une montée des incertitudes politiques comparable à celle observe au Royaume-Uni au moment du referendum de juin, leur croissance serait amputée d’environ 0,5 point en moyenne.

Enfin, difficile de parler d’incertitudes politiques sans évoquer les Etats-Unis en cette fin d’année 2016. Notre modèle fait état d’un impact important sur l’économie américaine d’un choc d’incertitudes politiques d’une ampleur similaire à celui du référendum britannique (1,5 point). L’effet sur les économies européennes serait encore plus marqué, confirmant ainsi le rôle systémique de l’économie américaine.

 

Télécharger la Publication
  • Économies européennes : le risque politique va-t-il gâcher la «fête» en 2017 ?
  • Le tempo politique s’accélère en Europe
  • Crise économique rime avec montée du risque politique
  • Quel effet des incertitudes politiques sur la croissance en Europe ?
Télécharger la publication : Économies européennes : le risque politique va-t-il gâcher la «fê... (287,51 kB)
Haut de page
  • English
  • Français