Coface Group
Algerie

Algerie

Population 39,5 millions
PIB par habitant 5406 $US
C
Evaluation des risques dans ce pays
B
Environnement des affaires
Changer de pays
Comparer les pays
Vous avez déjà sélectionné ce pays.
0 pays sélectionnés
Vider
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Comparer

Synthèse

principaux Indicateurs économiques

  2013 2014  2015(p) 2016(f)
Croissance PIB (%) 2,8 3,8 3,7 1,9
Inflation (moyenne annuelle) 3,3 2,9 4,2 4,1
Solde budgétaire / PIB (%) -0,4 -7,3 -13,7 -11,2
Solde courant / PIB (%) 0,4 -4,3 -13,2 -10,8
Dette publique / PIB (%) 8,3 8,8 10,2 13,6

 

(e) Estimations (p) Prévisions

POINTS FORTS

  • Importantes réserves de pétrole et de gaz.
  • Potentiel dans les domaines des énergies renouvelables et du tourisme.
  • Situation financière extérieure solide (très faible endettement extérieur, importantes réserves de change).

POINTS FAIBLES

  • Forte dépendance aux hydrocarbures et problèmes d’utilisation de cette rente.
  • Lignes de fracture entre le pouvoir et la population.
  • Taux de chômage des jeunes élevé.
  • Poids excessif du secteur public.
  • Lourdeurs bureaucratiques, faiblesses du secteur financier et environnement des affaires problématique.

appréciation du risque

Un ralentissement de la croissance en raison de la faiblesse du prix des hydrocarbures.

 Le faible prix des hydrocarbures continuerait à peser sur l’activité algérienne en 2016. L’Algérie reste très dépendante du secteur de l’énergie qui assure 30 % de son PIB. Les difficultés rencontrées par le secteur en raison du manque de compétitivité et de l’obsolescence du capital productif laissent à penser que si la conjoncture du marché pétrolier se maintenait ce dernier continuerait d’observer des performances négatives en 2016. L’Etat devrait poursuivre son appui à l’activité bien que ses marges de manœuvre budgétaires soient de plus en plus limitées. Certains projets d’infrastructures seraient reportés mais le soutien à la consommation à travers les subventions aux produits alimentaires ne serait pas remis en cause. La demande des ménages demeurerait l’un des moteurs de l’activité en 2016. Le pouvoir d’achat des ménages pourrait cependant être contraint par la hausse du niveau général des prix et dans une moindre mesure par la mise en place de nouvelles règles fiscales liées à la consommation d’énergie. Dans ce contexte, la croissance hors hydrocarbures montrerait en 2016 des signes de diminution. Les secteurs manufacturiers qui ont observé un ralentissement en 2015 en particulier dans les ISMMEE (industries sidérurgiques, métalliques, mécaniques électriques et électroniques) et les matériaux de construction pourraient voir leur activité davantage décélérer en 2016.

L’inflation a significativement augmenté en 2015 et devrait se maintenir à un niveau similaire en 2016. Les effets de la baisse des prix des matières premières à l’échelle mondiale ont été annulés par la dépréciation de près de 20 % du dinar algérien par rapport au dollar depuis le début de l’année 2015. Les biens alimentaires restent les principaux contributeurs à l’inflation. La banque centrale algérienne devrait laisser le dinar  se déprécier par rapport au dollar en 2016. Ce parti pris bien qu’il génère de l’inflation importée permet d’absorber les effets d’un faible prix du baril de pétrole sur les recettes pétrolières libellées en dollars.

 

Vulnérabilité des comptes publics face aux tendances du marché pétrolier

Le déficit public s’est aggravé en 2015 du fait de la contraction des recettes pétrolières et du maintien des dépenses publiques à un niveau élevé (40 % du PIB). En 2016, des ajustements budgétaires devraient être entérinés. Les mesures envisagées sembleraient cibler la diminution des subventions sous couvert d’une augmentation des impôts indirects. Les principales mesures sont une augmentation de la taxe sur les produits pétroliers et une hausse de la TVA sur le gasoil. De même, le budget alloué à certains ministères a été revu à la baisse, les plus affectés étant ceux du tourisme et de l’agriculture. En dépit de ces mesures, les comptes publics enregistreraient un déficit budgétaire conséquent qui serait en partie financé par des transferts issus du fond de régulation. Les importantes réserves de change et le faible endettement public ont permis aux autorités de faire face au choc induit par la baisse du prix des hydrocarbures en 2014 et 2015. Cependant, la fonte des réserves de change et la diminution de moitié du fond de régulation en 2015 limiterait les perspectives de financement en 2016 et conduirait à une augmentation de la dette publique estimée à 30 %.

Les comptes extérieurs continueraient de souffrir de la baisse des recettes d’exportations en 2016. Le déficit du compte courant devrait toutefois se résorber quelque peu suite à une baisse des importations. Cette dernière serait imputable au ralentissement de l’activité en 2016 et à l’entrée en vigueur de la loi sur les licences d’importation à partir de janvier 2016. Elle viserait notamment les importations de véhicules de tourisme neufs. D’autres mesures protectionnistes ciblant les produits sidérurgiques et informatiques pourraient également être introduites.

 

Remaniement ministériel en mai 2015

Le remaniement ministériel d’envergure auquel a procédé le président Bouteflika en mai 2015, soit le premier depuis 2011, témoigne de la difficulté de la situation algérienne face à la crise économique qui pourrait se profiler. Dans la continuité de ce qui a été observé en 2015, de nouveaux changements dans l’équipe dirigeante devraient être opérés en 2016 avec un recentrage autour de personnalités proche du cercle présidentiel. Un changement à la tête de la primature pourrait également avoir lieu.  En outre, le pays devrait procéder à une réforme constitutionnelle en janvier 2015 qui aurait pour visé une modification du processus électoral en préparation des élections parlementaires de 2017.  

Si la situation sécuritaire semble s’être relativement améliorée, l’activisme de groupes islamistes radicaux et l’instabilité se sont intensifiés aux frontières tunisiennes et maliennes. Les récents troubles ethniques (affrontements entre gangs rivaux berbères et arabes) semblent également avoir été contenus.

 

Dernière mise à jour : Janvier 2016

Haut de page
  • English
  • Français