Coface Group
Cambodge

Cambodge

Population 15,543 millions
PIB par habitant 1144 $US
C
Evaluation des risques pays
D
Environnement des affaires
Changer de pays
Comparer les pays
Vous avez déjà sélectionné ce pays.
0 pays sélectionnés
Vider
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Comparer

Synthèse

principaux Indicateurs économiques

  2014  2015  2016 (e) 2017 (p)
Croissance PIB (%) 7,1 7,0 7,0 6,9
Inflation (moyenne annuelle) 3,9 1,2 2,1 2,8
Solde budgétaire / PIB (%) -1,3 0,1 -2,7 -1,9
Solde courant / PIB (%) -9,9 -10,2 -8,6 -7,2
Dette publique / PIB (%) 33,4 33,6 33,4 33,0

 

(e) Estimations (p) Prévisions

POINTS FORTS

  • Industrie textile dynamique et secteur touristique au fort potentiel
  • Potentielles réserves en hydrocarbures offshore (pétrole et gaz)
  • Soutien financier des donneurs bilatéraux et multilatéraux
  • Intégration régionale (ASEAN)

POINTS FAIBLES

  • Part importante de l’agriculture dans le PIB et vulnérabilité aux aléas climatiques
  • Sous-développement de la filière électrique et des réseaux de transports
  • Manque de main d’œuvre qualifiée
  • Dépendance aux financements concessionnels en raison de la faiblesse des revenus budgétaires
  • Lacunes importantes en termes de gouvernance
  • Niveau de pauvreté élevé

Appréciation du risque

La croissance devrait rester élevée en 2017

Après avoir légèrement augmenté en 2016, la croissance devrait se stabiliser à un rythme soutenu en 2017. L’économie cambodgienne devrait continuer à profiter d’une demande interne dynamique favorisée par une croissance rapide du crédit, une inflation modérée et la hausse du salaire minimum. Par ailleurs, les exportations de produits textiles continueraient à profiter de l’intégration croissante du pays à l’économie mondiale. Les secteurs du textile, de la construction, de l’immobilier et du tourisme devraient continuer à soutenir l’activité. Le secteur de la construction profite de l’essor du marché immobilier et du développement des infrastructures touristiques. Le développement du tourisme, notamment en provenance d’Asie, est rapide. Les investissements directs étrangers devraient rester élevés, notamment dans le secteur textile, en dépit des hausses régulières du salaire minimum dans le secteur. En effet, celui-ci s’établira à 153 USD par mois (+9,3 %) en janvier 2017. Cette nouvelle augmentation vient dégrader la compétitivité-prix du pays, notamment par rapport aux pays voisins tels que le Bangladesh et le Myanmar, alors que la forte dollarisation de l’économie pourrait pénaliser les exportations cambodgiennes en cas d’appréciation du dollar. Néanmoins, cette augmentation devrait permettre d’assurer une relative stabilité sociale alors que le pays connaît régulièrement des épisodes d’instabilité politique et sociale qui pénalisent l’activité.
Par ailleurs, les investissements resteront contraints par les lacunes du pays en termes d’infrastructures, notamment énergétiques, et des carences dans le système éducatif. Le secteur agricole, qui emploie les deux tiers de la population active, devrait continuer à souffrir de la faiblesse du prix des matières premières.

 

Le pays reste dépendant de l’aide extérieure alors que le solde courant sera toujours déficitaire.

En 2017, la balance commerciale du pays restera déficitaire mais elle devrait se redresser légèrement. La valeur des importations de biens d’équipement et de produits pétroliers reste importante malgré la faiblesse du prix du pétrole. Cependant, l’achèvement de projets de construction devrait permettre de contenir les importations de biens d’équipement. Le niveau élevé de l’aide internationale et les transferts de revenus des travailleurs expatriés compenseront les rapatriements de dividendes des sociétés étrangères, prépondérantes dans le secteur du textile. Les IDE sont en progression constante et permettent de financer le déficit courant. Les réserves devraient, ainsi, continuer à progresser pour atteindre près de 6 mois d’importations.
S’agissant des comptes publics, le déficit budgétaire devrait se redresser, le pays ayant amélioré sa collecte de l’impôt. De plus, le gouvernement a mis en place une politique de consolidation budgétaire et les comptes publics bénéficient du dynamisme de l’économie. Dans ce contexte, la dette publique resterait stable. Néanmoins, les finances publiques resteront fortement dépendantes des financements extérieurs.
Par ailleurs, la croissance du crédit est rapide et le secteur bancaire reste fragile en raison d’une supervision lacunaire. Dans le même temps, l’économie dans son ensemble est très dollarisée et les dépôts en devises représentent la quasi-totalité des dépôts. Ainsi, les banques sont fortement exposées au risque de change.

 

Le calme est fragile sur la scène politique à l’approche des élections de 2018.

Lors des élections législatives de juillet 2013, le Parti du Peuple Cambodgien (PCC) dirigé par le premier ministre Hun Sen a vu son nombre de sièges fortement reculer et le Parti du Sauvetage National du Cambodge (PCNC) a contesté les élections et refusé de siéger au parlement pendent près d’un an. L’opposition bénéficie de la lassitude à l’égard de Hun Sen et des tensions sociales importantes, concernant les expropriations abusives et les conditions de travail dans le secteur textile. Le pays a ainsi fait face à des manifestations de grande ampleur, fortement réprimées par le pouvoir en place.
En juillet 2014, un accord fragile a été trouvé entre le PCC et PCNC et les candidats de l’opposition siègent depuis lors au parlement. Cet accord prévoyait notamment l’attribution de la place de vice-président du parlement à un député du PCNC et un engagement du gouvernement à lutter contre la corruption endémique mais les oppositions entre le gouvernement et l’opposition sont fréquentes. Sans consulter l’opposition, le premier ministre a décidé de reporter de cinq mois les élections. Elles se tiendront en juin 2018. De plus, alors qu’une augmentation de la répression politique est observée, on pourrait assister à de nouvelles manifestations de masse.
Enfin, l’environnement des affaires reste marqué par un manque de transparence, une forte instabilité juridique et un niveau élevé de corruption.

 

Dernière mise à jour : Janvier 2017

Haut de page
  • English
  • Français