Coface Group
Jamaïque

Jamaïque

Population 2,8 millions
PIB par habitant 4898 $US
C
Evaluation des risques dans ce pays
B
Environnement des affaires
Changer de pays
Comparer les pays
Vous avez déjà sélectionné ce pays.
0 pays sélectionnés
Vider
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Comparer

Synthèse

principaux Indicateurs économiques

  2013  2014 2015(p)  2016 (p) (1)
Croissance PIB (%) 0,2 0,5 1,1 2,2
Inflation (moyenne annuelle) 9,3 8,2 4,6 4,1
Solde budgétaire / PIB (%) 0,1 -0,4 -0,3 -0,2
Solde courant / PIB (%) -8,8 -7,3 -4,2 -2,8
Dette publique / PIB (%) 139,6 135,6 124,8 123,0

 

(e) Estimations (p) Prévisions

(1) Année fiscale = 1er avril au 31 mars

POINTS FORTS

  • Ressources naturelles (bauxite, sucre, banane, café) et touristiques
  • Soutien financier des organismes multilatéraux
  • Importants transferts de la diaspora
  • Soutien du Venezuela par le biais du programme PetroCaribe
  • Stabilité du cadre démocratique

POINTS FAIBLES

  • Economie peu diversifiée
  • Vulnérabilité aux chocs externes (climat, conjoncture américaine, matières premières)
  • Dette publique très élevé et service de la dette inhibant la croissance
  • Déficit commercial considérable
  • Forte criminalité, pauvreté

Appréciation du risque

Une croissance qui demeure modeste

En 2016, la croissance en Jamaïque restera modeste. La demande interne devrait encore être inhibée par la politique d’austérité menée par le gouvernement dans le cadre de l’accord avec le FMI. Le taux de chômage élevé (13,5% en 2015) continue de limiter la consommation des ménages, malgré un regain de leur pouvoir d’achat grâce à la diminution de l’inflation. Le ralentissement attendu de l’activité aux Etats-Unis, principal partenaire commercial et pourvoyeur de fonds, ainsi que la première source de transferts liés à la diaspora contribuera également à la faible performance de l’économie jamaïcaine. L’ouverture de Cuba au tourisme américain devrait aussi affecter le secteur touristique jamaïcain, dont la clientèle est principalement nord-américaine. Les exportations de bauxite et d’aluminium devraient rester pénalisées par la faiblesse des prix des métaux, mais seraient en partie compensées par la hausse du prix du sucre sur les marchés internationaux. Le potentiel de croissance restera par ailleurs obéré par les insuffisances en matière d’infrastructure, par la faible productivité liée à la main d’œuvre peu qualifiée ainsi que par le taux de criminalité élevé. L’inflation devrait diminuer en raison de la faiblesse persistante du prix de l’énergie et de la fin de l’épisode de sècheresse qui a sévit dans le pays en 2015, contribuant à la hausse du prix des denrées alimentaires sur le marché local.

 

Les efforts de consolidation budgétaire devraient se poursuivre

Le nouveau gouvernement en place depuis février 2016 a promis de poursuivre la politique de consolidation budgétaire initié en 2013 en contrepartie du soutien financier du FMI, afin de limiter la progression de la dette publique. L’assainissement des comptes publics prévoit notamment la réduction de la masse salariale du secteur public à 9% du PIB à l’horizon de 2016-2017 (contre 10,1% du PIB en 2015), une meilleure collecte des impôts liée aux mesures de simplification du système fiscal ainsi que l’introduction de nouvelles taxes à la consommation. La marge de manœuvre du gouvernement reste toutefois limitée par la faiblesse de la croissance et le mécontentement de la population, déjà très touchée par la pauvreté et la précarité de l’emploi. La consolidation budgétaire semble pourtant indispensable pour la réduction de la dette publique, qui se situe parmi les dix les plus élevées au monde, d’autant plus que le FMI en a fait une des conditions pour son aide. En outre, le pays s’est fixé comme objectif de ramener le taux d’endettement public en dessous de 100% du PIB à l’horizon 2019-20. En attendant, le service de la dette publique reste conséquent et continuera d’affecter le budget de l’Etat.

 

Amélioration du déficit courant grâce à la baisse de la facture énergétique

En 2016, le déficit courant devrait encore s’améliorer grâce notamment à la baisse de la facture énergétique, du pétrole importé principalement, et de la hausse des transferts des migrants, vivant pour la plupart aux Etats-Unis. Bien que modeste, la dépréciation de la monnaie locale face au dollar devrait contraindre la demande interne pour les produits importés et contribuer à la hausse de compétitivité des exportations agricoles. Le solde courant reste cependant menacé par une éventuelle rupture des accords de livraison du pétrole vénézuélien dans le cadre du programme PetroCaribe. La Jamaïque bénéficie toujours du programme, malgré le remboursement anticipé de sa créance (2 Mds USD en juillet 2015) auprès de la compagnie pétrolière du Venezuela, PDVSA, en raison des difficultés financières rencontrées par cette dernière.

 

L’opposition remporte les élections de justesse

Donnée pour favorite d’après les sondages, la première ministre Portia Simpson-Miller du parti national du peuple (PNP) et candidate à sa propre succession, a finalement cédé sa place à son rival Andrew Holnesst, du parti travailliste jamaïcain (JLP). Il a remporté de justesse les élections générales du 25 février 2016 grâce à 33 sièges sur 63 obtenus par les membres de son parti. Le parti des travaillistes devrait gouverner pendant cinq ans ce pays au régime parlementaire officiellement dirigé par la reine d’Angleterre. La suppression de l’impôt sur le revenu pour les ménages à faible revenu (près des trois-quarts des contribuables) était une des promesses phares de la campagne électorale du nouveau premier ministre et l’une des raisons de son succès. L’objectif de cette mesure est d’inciter à la consommation privée et de stimuler la création d'emplois (chez les jeunes en particulier), mais son application effective reste incertaine dans un contexte d’austérité budgétaire. Le nouveau gouvernement devrait continuer à concentrer des efforts dans la lutte contre la criminalité, le taux d’homicide étant reparti à la hausse en 2015 (+20% par rapport à 2014). La progression de la criminalité affecte l’environnement des affaires en raison du coût important que cela engendre pour les entreprises et constitue un frein à l’investissement ainsi qu’au développement de l’activité touristique.

 

Dernière mise à jour : Juillet 2016

Haut de page
  • English
  • Français