Coface Group
Jamaïque

Jamaïque

Population 2,814 millions
PIB par habitant 5 052 $US
B
Evaluation des risques pays
B
Environnement des affaires
Changer de pays
Comparer les pays
Vous avez déjà sélectionné ce pays.
0 pays sélectionnés
Vider
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Comparer

Synthèse

principaux Indicateurs économiques

   2014 2015(p)  2016 2017*(p)
Croissance PIB (%) 0,5 1,0 1,5 2,0
Inflation (moyenne annuelle) 8,2 3,6 4,4 5,2
Solde budgétaire / PIB (%) -0,4 -0,2 -0,6 0,2
Solde courant / PIB (%) -7,7 -3,4 -3,3 -3,6
Dette publique / PIB (%) 136,7 120,3 118,8 111,1

 

(e) Estimations (p) Prévisions

(1) Année fiscale = 1er avril au 31 mars

POINTS FORTS

  • Ressources naturelles (bauxite, sucre, banane, café) et touristiques
  • Soutien financier des organismes multilatéraux
  • Importants transferts de la diaspora
  • Stabilité du cadre démocratique

POINTS FAIBLES

  • Economie peu diversifiée
  • Vulnérabilité aux chocs externes (climat, conjoncture américaine, matières premières)
  • Dette publique très élevée et service de la dette inhibant la croissance
  • Forte criminalité, pauvreté

Appréciation du risque

Des perspectives de croissance favorables tirées par le dynamisme de la consommation privée

La Jamaïque présente un niveau de croissance relativement modeste affecté notamment par la faiblesse de la demande intérieure (consommation et investissement). Celle-ci est inhibée par la politique d’austérité que mène le gouvernement depuis quelques années et par le niveau élevé du chômage (autour de 13 %). En 2016, l’activité a néanmoins bénéficié du dynamisme du secteur touristique et des bonnes performances du secteur agricole. En 2017, la croissance devrait s’améliorer grâce à la hausse attendue de la consommation privée. Cette dernière serait soutenue par le relèvement du seuil de l’impôt sur le revenu qui permettrait à près de 120 000 travailleurs jamaïcains d’en être exonérés, selon le gouvernement. Sur le plan du commerce externe, les exportations de bauxite et d’aluminium devraient rester pénalisées par la faiblesse des prix des métaux, mais seraient en partie compensées par la hausse attendue du prix du sucre sur les marchés internationaux. Le potentiel de croissance restera par ailleurs obéré par les insuffisances en matière d’infrastructure, par la faible productivité liée à la main d’œuvre peu qualifiée ainsi que par le taux de criminalité élevé. L’inflation devrait augmenter en raison du dynamisme de la demande interne et de la progression, bien que modeste, du prix du pétrole.

 

Poursuite d’une politique d’austérité budgétaire malgré la suppression de l’impôt pour les ménages à plus faibles revenus

Le nouveau gouvernement en place depuis février 2016 a promis de poursuivre la politique d’austérité budgétaire initiée en 2013 en contrepartie de l’aide du Fonds Monétaire International. Grâce aux progrès déjà réalisés en matière de stabilisation de l’économie, le FMI a approuvé en novembre 2016 un nouvel accord, Stand-by-Arrangement (SBA), d'un montant de 1,64 milliards d’USD valable pendant 3 ans à partir de 2017. Bien que la consolidation budgétaire semble indispensable pour la réduction de la dette publique, qui se situe parmi les dix plus élevées au monde, le gouvernement semble vouloir épargner la population la plus pauvre. Il a ainsi fait voter la suppression de l’impôt pour les ménages à plus faibles revenus (jusqu’à 1,5 millions de dollars jamaïcains/an). Cette mesure est déjà entrée en vigueur, en juillet 2016, pour les ménages dont les revenus atteignent jusqu’à 1 million de JMD/an. La deuxième vague d’exonération est prévue en avril 2017. Le manque à gagner en termes de recettes fiscales pour l’Etat devrait être en partie compensé par la hausse du taux d’imposition (compris entre 25% et 30%) sur les ménages aux revenus supérieurs à 6 millions de JMD/an. Le gouvernement compte aussi sur la hausse des taxes sur les carburants, le tabac, la réduction de la masse salariale du secteur public à 9% du PIB à l’horizon de 2017 (contre 10,1% du PIB en 2015) et une meilleure collecte des impôts liée aux mesures de simplification du système fiscal. Le gouvernement a par ailleurs souligné l’engagement de son pays de ramener le taux d’endettement public en dessous de 100% du PIB à l’horizon 2019-20.

 

Un déficit courant en légère progression tiré par la hausse des importations énergétiques

Le déficit courant en Jamaïque est en nette amélioration depuis 2015 grâce notamment à la baisse de la facture énergétique, du pétrole importé, et de la hausse des transferts des migrants, vivant pour la plupart aux Etats-Unis. En 2017, le déficit devrait légèrement augmenter tiré par la progression, bien que modeste, du prix de l’énergie. La dépréciation de la monnaie locale face au dollar devrait néanmoins contribuer à la hausse de compétitivité des exportations agricoles, dont une reprise de la production est attendue suite aux dissipations du phénomène climatique El Nino. La balance de services devrait encore bénéficier du dynamisme du secteur touristique et celle des transferts, des remises des travailleurs expatriés.

 

Un an après son élection, le premier ministre demeure très populaire

Après avoir remporté de justesse les élections générales du 25 février 2016, grâce aux 33 sièges sur 63 obtenus par les membres du parti travailliste jamaïcain (JLP), le premier ministre Andrew Holness demeure très populaire. L’une des raisons de son succès est la mise en application effective de sa promesse de campagne phare de supprimer l’impôt sur le revenu des ménages à plus faible revenu tout en préservant le soutien financier du FMI. Sur le plan géopolitique, le gouvernement devrait privilégier les relations avec les Etats-Unis, son principal partenaire commercial et source de transferts de fonds des travailleurs expatriés. Il devrait également concentrer ses efforts sur la coopération régionale pour lutter contre le trafic de drogue et la criminalité qui affectent l’environnement des affaires en raison du coût important que cela engendre pour les entreprises.

 

Dernière mise à jour : Janvier 2017

Haut de page
  • English
  • Français