Coface Group
Congo, République démocratique du

Congo, République démocratique du

Population 79,3 millions
PIB par habitant 453 $US
D
Evaluation des risques dans ce pays
D
Environnement des affaires
Changer de pays
Comparer les pays
Vous avez déjà sélectionné ce pays.
0 pays sélectionnés
Vider
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Comparer

Synthèse

principaux Indicateurs économiques

  2013 2014 2015 (p) 2016 (p)
Croissance PIB (%) 8,5 9,2 7,7 5,0
Inflation (moyenne annuelle) 0,8 1,0 1,0 1,6
Solde budgétaire / PIB (%)* 3,0 1,3 1,9 1,2
Solde courant / PIB (%) -10,6 -9,1 -7,6 -7,9
Dette publique / PIB (%) 18,2 19,0 20,4 21,5

 

(e) Estimations (p) Prévisions   * hors dons

POINTS FORTS

  • Ressources minérales abondantes (cuivre, cobalt, diamants, or, étain)
  • Important potentiel hydroélectrique
  • Mobilisation internationale pour résoudre les conflits dans la région des grands lacs
  • Annulation de la dette dans le cadre des initiatives PPTE et ADM

POINTS FAIBLES

  • Tensions sporadiques dans l’Est du pays avec la récurrence des rébellions
  • Relations difficiles avec le Rwanda, l’Ouganda et l’Angola
  • Faiblesse des infrastructures (transports, énergie, télécommunications) et déficit de gouvernance
  • Niveau de pauvreté élevé
  • Insuffisance des réserves budgétaires et de change

Appréciation du risque

Une forte croissance portée par la mise en œuvre de projets d’investissements dans le secteur minier et dans les infrastructures 

La croissance reste vigoureuse, soutenue par le dynamisme des secteurs minier, agricole et des services. La production de cuivre, principal atout du pays qui génère 20 % du PIB devrait se maintenir à un niveau élevé compte tenu de l’exploitation de nouvelles mines et malgré le repli du cours du cuivre congolais de près de 26 % sur un an en septembre 2015. Le déclin des cours des matières premières, notamment ceux du cuivre, n’a jusqu’à présent eu qu’un faible impact sur l’investissement minier et la production, les prix restant au-dessus des seuils de rentabilité. La production d’or a plus que doublé en 2015, tandis que celle du pétrole a légèrement reculé. L’agriculture, qui représente 21 % du PIB, devrait continuer à soutenir l’activité grâce aux bonnes récoltes de graines, de bois et de blé. Par ailleurs, le secteur des services est en expansion et demeure tiré par les télécommunications, le commerce et les transports.
La consommation restera soutenue en 2016. Une population en âge de travailler croissante et une augmentation du revenu par habitant favorisent l’émergence d’une classe moyenne avide de biens de consommations. La consommation devrait également être stimulée par une inflation et des taux d’intérêt faibles. En effet, l’inflation stagne à un bas niveau depuis 2013, notamment grâce au maintien d’une discipline budgétaire et à la stabilité du taux de change. Cette tendance devrait se poursuivre en 2016 compte tenu de la faiblesse de l’inflation importée.

Dette publique viable et balance commerciale légèrement excédentaire

Le solde budgétaire devrait demeurer en excédent en 2016. La hausse des dépenses électorales et d’équipements prévue devrait être compensée par une augmentation des recettes fiscales même si celles-ci sont vulnérables à l’évolution des cours miniers, et un rebond des dons. Cependant, les recettes issues de la TVA ont tendance à diminuer en raison des faiblesses de l’administration fiscale.
Dans ce contexte, la dette publique, considérablement réduite grâce à son allégement en 2010 par les créanciers internationaux, reste viable.
En dépit de la progression des exportations de produits miniers et de l’augmentation des transferts courants, le déficit courant demeure important. L’excédent de la balance commerciale devrait se maintenir du fait de l’entrée en production de nouvelles mines de cuivre et d’or. Cependant, il ne permet pas de compenser le déficit élevé des balances des services et des revenus au vu des rapatriements de profits des compagnies étrangères.

 

Situation sécuritaire fragile et faibles performances en termes de gouvernance

Sur le plan géopolitique, le pays a émergé de plusieurs décennies de conflits armés et la situation sécuritaire s’est améliorée avec la défaite du mouvement rebelle M23 en 2013. La situation reste toutefois fragile, du fait du maintien d’une activité résiduelle de groupes armés dans l’Est du pays et de relations toujours tendues avec le Rwanda et l’Ouganda. De plus, l’incertitude s’accroît sur le plan politique interne du fait principalement des risques de report des élections ou de modification de la constitution qui permettraient au président Kabila de se représenter pour un troisième mandat en novembre 2016. Enfin, malgré quelques améliorations portant sur la qualité de la règlementation et la corruption, la RDC continue d’afficher de très faibles performances en matière de gouvernance.

 

Dernière mise à jour : Janvier 2016

Haut de page
  • English
  • Français