Coface Group
Hong Kong

Hong Kong

Population 7,3 millions
PIB par habitant 40,033 $US
A3
Evaluation des risques dans ce pays
A2
Environnement des affaires
Changer de pays
Comparer les pays
Vous avez déjà sélectionné ce pays.
0 pays sélectionnés
Vider
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Comparer

Synthèse

principaux Indicateurs économiques

  2013  2014 2015(p) 2016(p)
Croissance PIB (%) 3,1 2,6 2,4 1,2
Inflation (moyenne annuelle) 4,3 4,4 3,0 2,5
Solde budgétaire / PIB (%) 1,1 3,8 3,5 1,5
Solde courant / PIB (%) 1,5 1,3 3,1 2,8
Dette publique / PIB (%) 0,5 0,1 0,1 0,1

 

(e) Estimations (p) Prévisions

POINTS FORTS

  • Spécialisation réussie dans les services (92% du PIB)
  • Système bancaire robuste et transparent
  • Infrastructures de qualité
  • Maintien du principe « un pays, deux systèmes » compte tenu de la complémentarité des deux économies
  • Environnement des affaires favorable

POINTS FAIBLES

  • Economie vulnérable à un ralentissement de l’activité chinoise et du commerce mondial
  • Industrie totalement délocalisée en Chine continentale
  • Concurrence croissante de la Chine continentale dans le secteur des services
  • Forte exposition au secteur immobilier
  • Montée des inégalités sur le territoire
  • Manque de transparence des données financières

Appréciation du risque

L’activité devrait ralentir en 2016

En dépit du ralentissement de l’économie chinoise, la croissance hongkongaise s’est montrée résiliente en 2015 en raison de la robustesse de la demande interne. En 2016, l’activité devrait souffrir de la dégradation de la confiance des consommateurs dans un contexte de baisse des prix de l’immobilier. Les prix des actifs immobiliers devraient subir des pressions baissières importantes qui affecteront la demande interne. Le gouvernement a annoncé la construction de nombreux logements. Néanmoins, les mesures prises pour contenir la bulle immobilière sont progressivement assouplies. Par ailleurs, les incertitudes relatives à la politique monétaire de la Réserve Fédérale américaine pénalisent l’activité. En effet, une éventuelle hausse de taux devrait être répercutée par l’autorité monétaire de Hong Kong en raison de l’ancrage du dollar hongkongais au dollar américain. La consommation des ménages restera le principal moteur de l’activé mais devrait ainsi ralentir malgré la bonne tenue de l’emploi, la baisse de l’inflation et la progression des salaires. De plus, l’investissement devrait marquer le pas, la contraction des prix de l’immobilier et des liquidités pesant sur le secteur de la construction. 

En 2016, les exportations de biens et services (200 % du PIB) continueront à souffrir du ralentissement chinois. Les secteurs liés au tourisme tels que les ventes au détail seront parmi les plus affectés. Les touristes en provenance de Chine continentale, qui représentent 75 % des entrées, devraient continuer à réduire leurs dépenses. La politique anti-corruption mise en place en Chine continentale pénalise les ventes de biens haut de gamme et les quotas d’entrée initiés par l’île ont conduit certains touristes chinois à privilégier d’autres destinations. De plus, le port de Hong Kong servant de hub au commerce de la Chine continentale, son activité devrait également être affectée alors qu’il subit la concurrence croissante des ports de Chine continentale.
Enfin, la croissance des services financiers devrait rester dynamique, la bourse de Hong Kong est la seconde place financière en Asie en termes de capitalisation et l’île est un point d’entrée des capitaux en Asie. Néanmoins, elle souffrira de la concurrence accrue des places voisines.

 

Système financier solide

Les finances publiques de Hong Kong resteront solides : en 2016, le pays devrait continuer à afficher un excédent budgétaire significatif et la dette publique restera quasiment nulle. Toutefois, la modération des prix de l’immobilier affecte les comptes publics en réduisant les revenus générés par la vente de terrains. Par ailleurs, l’excédent courant devrait rester significatif en raison de la modération des importations. Dans ce contexte, le niveau des réserves de change restera satisfaisant (près de 8 mois d’importations).
Par ailleurs, même en cas d’éclatement de la bulle immobilière, les banques devraient rester solides en raison des limites imposées en termes d’endettement des ménages et des tests de résistance réguliers réalisés par les autorités de supervision.
Le marché offshore du yuan pour non-résidents mis en place par les autorités chinoises est resté dynamique au premier semestre 2016. Ce marché s'accompagne d'un marché obligataire offshore en yuans, appelé le Dim Sun Bond market. Il fait de Hong Kong le centre financier mondial des xéno-yuans, comme Londres est devenu le centre financier des eurodollars dans les années 1960, lorsque des contrôles avaient été instaurés sur les sorties de capitaux bancaires des États-Unis. De plus, le Hong Kong-Shanghai Stock Connect lancé en novembre 2014 permet une connexion entre les bourses de Hong-Kong et de Shanghai. Sous réserve du respect de certains quotas, les investisseurs de l’île peuvent ainsi échanger des titres côtés à Shanghai et inversement. Un projet similaire avec la bourse de Shenzhen a été approuvé en mars et devait être mis en place au second semestre 2016.

 

Statu quo sur la loi électorale

Le Congrès National du Peuple a proposé, en août 2014, de nouvelles modalités relatives à l’élection du chef de l’exécutif en 2017. Bien que celles-ci prévoient une élection au suffrage universel direct, les militants pro-démocratie considèrent qu’il s’agit d’un recul, les candidats autorisés à se présenter devant être préalablement validés par un comité composé de 1200 membres, appartement majoritairement au Parti Communiste Chinois. Les militants pro-démocratie, qui ne seront ainsi plus en mesure de présenter un candidat, ont lancé d’importantes manifestations. Le mouvement, appelé « La Révolution des parapluies » en raison des parapluies utilisés par les manifestants pour se protéger des gaz utilisés par la police, a occupé les rues de Hong Kong entre fin septembre et début décembre 2014 afin de réclamer le départ de Leung Chun-ying, chef de l’exécutif, et une « vraie démocratie ». Début 2015, la situation s’est progressivement stabilisée et le Conseil Législatif a, très largement, rejeté cette réforme en juin. La loi électorale devrait, ainsi, rester la même jusqu’aux élections de 2017. Néanmoins, le parti au pouvoir a remporté la majorité des sièges lors des élections locales de novembre 2015. 

Enfin, malgré un manque de transparence des données financières, Hong Kong bénéficie d’un climat des affaires favorable.

 

Dernière mise à jour : Juillet 2016

Haut de page
  • English
  • Français