Coface Group
Distribution

Distribution

Distribution
Asie-Pacifique
Europe centrale et de l'est
Amérique Latine
Moy-Orient & Turquie
Amérique du Nord
Europe de l'Ouest
Changer de secteur

Forces

  • Croissance de la classe moyenne chinoise
  • Forte urbanisation en Asie et en Afrique, un véritable moteur pour ce secteur

Faiblesses

  • Forte concurrence entre acteurs du secteur
  • Fortement impacté par la crise de la COVID-19
  • Fragilité des points de vente physiques face au développement du commerce en ligne

Appréciation du risque

Synthèse de l’appréciation du risque

Le secteur de la distribution, qui a souffert de la récession économique mondiale en 2020, a été confronté à plusieurs obstacles ayant entravé sa reprise en 2021. Les campagnes de vaccination, qui ont démarré à partir de début 2021 dans les économies développées, ont permis de lever les restrictions de mobilité et les confinements, ce qui a généré un regain d’optimisme et favorisé le retour aux points de vente physiques. La consommation des ménages, qui a plongé dans la plupart des économies en 2020, a donc rebondi de manière significative avec les campagnes de vaccination et les économies réalisées par les consommateurs en 2020, mais sans pour autant retrouver les niveaux d’avant-crise. Du côté de l'offre, le secteur a été impacté par la perturbation des chaînes d'approvisionnement mondiales. Cette perturbation exerce des pressions inflationnistes, qui pourraient avoir des répercussions sur la distribution en 2022. Les frais de transport, et surtout les coûts du fret maritime, ont augmenté de manière significative en raison d'une capacité insuffisante, ce qui a eu pour effet de répercuter les augmentations de coûts sur les prix, et de générer des retards de livraison considérables. La crise énergétique chinoise pourrait également nuire aux chaînes d'approvisionnement mondiales et, par conséquent, au secteur de la distribution.

 
Le commerce électronique, qui a été en plein essor ces dernières années et a largement bénéficié des confinements, n'a pas été épargné par la rupture des chaîne d'approvisionnement. Cependant, à mesure que la rupture des chaînes d'approvisionnement se résorbe, le secteur du e-commerce risque d'exercer une pression sur les acteurs traditionnels, qui ont du mal à s'adapter à ce nouveau mode de consommation. Pour faire face à ces défis, ils doivent repenser leurs stratégies, notamment en intensifiant le recours aux nouveaux outils numériques et en utilisant des systèmes logistiques plus efficaces.

 
Malgré les progrès réalisés en termes de campagnes de vaccination, la pandémie de COVID-19 reste un risque important qui pourrait bien peser sur la reprise du secteur.

 

PART DU E-COMMERCE DANS LA DISTRIBUTION
COFA_GDR_2022_Graph_Distribution_FR
Analyse approfondie du secteur
La reprise du secteur est confrontée à l'incertitude due à la pandémie et à la perturbation des chaînes d'approvisionnement

D’après Coface, le taux de croissance mondial en 2022 devrait être légèrement inférieur à celui de 2021 et passer de 5,6 % à 4,4 %. Le secteur a connu une reprise significative en 2021, grâce au rebond de la consommation des ménages, mais la croissance du secteur devrait être freinée par la perturbation continue des chaînes d'approvisionnement.

 
Au niveau mondial, le secteur de la distribution a souffert de la crise sanitaire, les ventes ayant chuté en raison de la crise économique déclenchée par la COVID-19. Ce secteur a également été touché par les fermetures de magasins et les mesures de distanciation physique, qui ont limité les achats en face à face. Les perspectives de ce secteur restent incertaines en raison du manque de visibilité sur l'évolution de la pandémie et des problèmes liés aux chaînes d'approvisionnement.

 
En Chine, point de départ de l’épidémie, la croissance des ventes au détail a été lente, atteignant 4,9 % en glissement annuel en octobre 2021. Le rythme devrait rester lent, car la politique de tolérance zéro face à la résurgence de la pandémie pourrait nuire à la demande. Les ventes en ligne (environ 23,6 % des ventes au détail en août 2021) ont également été faibles et ont chuté, la croissance en glissement annuel s’établissant à 6 % en août 2021. À l’approche de la saison hivernale, le gouvernement chinois a contraint les usines à réduire leur production pour faire face aux pénuries d’électricité. Cette décision exerce une pression supplémentaire sur les chaînes d’approvisionnement mondiales. Coface prévoit que l'économie chinoise progressera de 6,1 % en 2022 après un rebond de 7,5 % en 2021, une bonne nouvelle pour le secteur de la distribution, malgré les entraves susmentionnées.

 
Les perspectives américaines ont été positives au cours de l'année 2021 : en octobre 2021, les ventes au détail étaient en hausse de 16,3 % par rapport à octobre 2020. Alors que le taux de chômage a bondi depuis le déclenchement de la crise sanitaire, atteignant 14,7 % en avril 2020, il n'a cessé de diminuer pour atteindre 4,6 % en octobre 2021. L'économie américaine a rebondi de 6 % en 2021 selon Coface, et devrait croître de 3,8 % en 2022. Les dépenses de consommation ont augmenté de manière persistante, aidées par les aides financières gouvernementales apportées aux ménages. Toutefois, l'incapacité à répondre à l'augmentation de la demande pourrait entraîner une hausse des prix et nuire au moral des consommateurs en 2022, ce qui ralentirait la croissance domestique du secteur de la distribution aux États-Unis.

 

La croissance de la zone euro a rebondi de 5,4% en 2021, ce qui a bénéficié à la consommation des ménages, mais ce qui est insuffisant pour revenir complètement aux niveaux d'avant la pandémie. La croissance pourrait rebondir de 4,5 % en 2022 selon les estimations de Coface, ce qui pourrait renforcer le secteur de la distribution fragilisé par la pandémie. Une baisse des ventes au détail a été observée pendant les mois où la plupart des pays européens étaient sous mesures de confinement. Toutefois, une reprise globale du secteur a été perceptible après l'assouplissement des mesures de distanciation sociale et la reprise de l'économie. En septembre 2021, les volumes des ventes au détail corrigés des effets de calendrier et des variations saisonnières se situait à des niveaux supérieurs à ceux d'avant la pandémie. Néanmoins, ils ont perdu de leur élan au cours des derniers mois de 2021 et le secteur pourrait connaître des difficultés au début de 2022 à cause des perturbations des chaînes d'approvisionnement et des effets de la pandémie.

 

Le secteur est dominé par des leaders mondiaux américains : d’après le classement 2020 (sur les revenus 2018) du rapport Deloitte « Global Powers of Retailing », Walmart Inc., Costco Wholesale Corporation, Amazon.com Inc. arrivent aux trois premières places et Schwarz Group, leader européen, à la quatrième (avec des revenus atteignant respectivement environ 514, 141, 140 et 121 milliards USD). Cependant, malgré la taille de ces géants, le marché demeure tout de même très fragmenté. La fragmentation du marché est principalement géographique : les 250 plus grandes entreprises de ce secteur n’exercent leur activité que dans 10 pays en moyenne et réalisent moins d’un quart de leurs ventes en dehors de leur pays d’origine. De manière générale, le secteur recouvre des réalités très différentes selon les pays.

 

La pandémie a eu un effet considérable sur le e-commerce, mais dont l’intensité a été de courte durée

Le secteur de la distribution subit actuellement une transformation structurelle majeure, en raison de l'augmentation du commerce électronique, qui a connu un pic important pendant les confinements. Les entreprises ont dû s'adapter aux nouvelles réglementations sanitaires et aux nouvelles habitudes de consommation. Les mesures de confinement imposées dans un grand nombre de pays ont contraint les consommateurs à acheter en ligne. Parallèlement, la peur du virus a considérablement limité les déplacements physiques des individus, ce qui a de nouveau stimulé les achats en ligne. Dans l'UE des 27, la part du commerce électronique a augmenté de 2,4 points de pourcentage (pp) en 2020 après +0,6 pp en 2019, +4,8 pp après +1,6 pp en Chine, +2,7 pp après +1,3 pp aux États-Unis et +4,1 pp après +2,7 pp au Canada. Toutefois, avec la levée des confinements, la progression du commerce électronique a été légèrement perceptible : aux États-Unis, la part des ventes en ligne s'établit à 14 % en juin 2021, à peine supérieure à la moyenne de 2019 (13 %).

 
Le leader du commerce électronique Amazon a vu son résultat d'exploitation augmenter à un rythme soutenu au cours des 9 premiers mois de 2020, avec une progression de 70 % par rapport à la même période de 2019. Cependant, avec la réouverture des économies, les ventes en ligne d'Amazon ont considérablement chuté.

 
Walmart, le plus grand acteur du commerce de détail américain, est très bien positionné en ce qui concerne l'augmentation du commerce électronique, et a enregistré une croissance de 97 % des ventes en ligne au deuxième trimestre de 2020 par rapport au deuxième trimestre de 2019. Après s'être rapidement adapté et avoir mis en place des services appropriés pour faire face à la situation sanitaire, tout en diversifiant ses canaux de distribution, le leader du secteur rivalise fortement avec Amazon. Il peut déjà s'appuyer sur un réseau dense de points de vente et une chaîne d'approvisionnement très développée, ce qui permet au groupe de proposer facilement la livraison ou le retrait en magasin des commandes en ligne.

 
La Chine reste de loin le plus grand marché du commerce électronique. Alibaba, JD.com et Pinduoduo, les trois géants du commerce électronique, ont occupé 83,6 % du marché en 2020, contre 80,3 % en 2019. Leur croissance semble être due aux efforts d’adaptation et de diversification de leurs gammes de produits, couplés à une bonne logistique, qui leur ont permis de faire face à la pandémie et de s'adapter à la situation sanitaire. Plusieurs raisons expliquent que la Chine soit leader sur le secteur du e-commerce. Tout d’abord la forte densité de population et près de 700 millions d’acheteurs en ligne. De plus, la hausse du salaire moyen, la démocratisation du smartphone, l’urbanisation mais aussi l’expansion de l’application WeChat, qui permet d’effectuer de nombreux types d’achats en ligne et qui compte 1,2 milliard d’utilisateurs favorisent cette croissance. De janvier à septembre 2021, l'augmentation en glissement annuel des ventes de détail en ligne chinoises a été d'environ 18,5 %.

 
La persistance de la pandémie pourrait encore affecter favorablement le commerce électronique en cas de nouveau confinement.

 

Dernière mise à jour : février 2022

Haut de page
  • English
  • Français