Coface Group
Metallurgie

Metallurgie

Metallurgie
Amérique Latine
Amérique du Nord
Europe centrale et de l'est
Europe de l'Ouest
Asie
Moyen-Orient & Turquie
Changer de secteur

Forces

  • Poursuite de la restructuration des principales activités métalliques (nickel, cuivre, zinc, terres rares, aluminium)
  • Coûts de production réduits
  • Produits utilisés dans de nombreuses industries à travers le monde, en particulier pour la production de batteries électriques.

Faiblesses

  • Faible taux global de capacité de production
  • Pression accrue des autorités chinoises pour réorganiser les industries sidérurgique et de l’aluminium
  • Forte dépendance à l’égard de la politique économique chinoise
  • Croissance faible des ventes mondiales de véhicules

Evaluation des risques

Les faits marquants
 INDICES DES PRIX SIDÉRURGIQUES EN CHINE,  EUROPE ET AUX ÉTATS-UNIS


INDICES DES PRIX SIDÉRURGIQUES EN CHINE,
EUROPE ET AUX ÉTATS-UNIS

La métallurgie est au cœur de la guerre commerciale en cours. Les États-Unis ont imposé des droits de douane sur les importations d'acier (25 %) et d'aluminium (10 %) en provenance de plusieurs pays comme la Chine, mais aussi des alliés (Union européenne, Canada, Mexique, Japon). Ces droits supplémentaires ont soutenu les prix de l'acier américain, et s’ajoutent à ceux déjà imposés. Selon SteelHome, les prix mensuels moyens de l'acier aux États-Unis ont augmenté de 31 % entre fin décembre 2017 et octobre 2018, tandis que les prix chinois et européens ont envoyé des signaux mitigés (-5,9 % et +2,2 % respectivement).

Par ailleurs, le 24 mai 2018, la Commission européenne (CE) a ouvert une enquête antidumping sur certains produits sidérurgiques chinois, à la suite d'une plainte déposée par l'Association européenne de l'acier EUROFER. Les sidérurgistes européens craignent l’afflux de produits sidérurgiques déroutés des États-Unis, après l'imposition de tarifs supplémentaires. Mais la CE a imposé des mesures de sauvegarde qui sont entrées en vigueur en juillet 2018, et affectent, via des droits supplémentaires, les importations supérieures au niveau des importations traditionnelles

Les prix des autres métaux de base et des alliages connaissent également des tendances contrastées. Le nickel a augmenté de 6,6 % au cours de la période de décembre 2017 à octobre 2018. Le zinc, l'aluminium, le cobalt et le cuivre ont vu leurs prix diminuer (-16,5 %, -2,5 %, -16,8 % et -9,3 % respectivement).

L'acier est souvent considéré comme un baromètre de l'activité mondiale en raison de son utilisation dans plusieurs activités industrielles : le secteur de la construction, l'automobile et les biens de consommation comme les appareils ménagers. C'est pourquoi nous examinons l'acier plus en détail ci-dessous.

Demande

La consommation sidérurgique mondiale a stagné en 2018, en raison d'économies moins dynamiques et moins synchronisées. Les métaux dont la consommation devrait augmenter en 2019 sont l'aluminium (2,6 %), le cuivre (3,2 %), le nickel (5,7 %) et le zinc (3,5 %). La décision américaine d'imposer des droits de douane sur des aciers et l’aluminium importés soit entrée en vigueur en juin 2018 désavantagera les secteurs clients, notamment l'automobile et la construction, qui ont jusqu'ici bénéficié de prix bas de l'acier.

La consommation chinoise devrait diminuer (-2,8 %) en 2019, en raison d'un ralentissement anticipé de la croissance économique (6,2 %) et des investissements immobiliers, compte tenu du niveau élevé d'endettement des entreprises du secteur (55 milliards USD de dette due en 2019 selon Dealogic). Le ralentissement immobilier dans les plus grandes villes du pays a en effet conduit à une dégradation de la situation financière des entreprises concernées, comme mentionné dans l’enquête des délais de paiement de Coface de mars 2018. De plus, nous prévoyons des ventes d'automobiles léthargiques en 2019 comparativement à 2018. La consommation sidérurgique indienne devrait augmenter de 6 % en 2018 en raison d'un fort soutien public aux projets d'infrastructure et d'un secteur manufacturier stimulant la consommation intérieure, et qui devrait se poursuivre à moyen terme.

La demande d’acier en Europe de l'Ouest devrait connaître une croissance de 1,2 % en 2019. Les résultats mitigés prévus du marché automobile européen sont susceptibles de menacer les sidérurgistes européens, bien qu'ils soient mieux positionnés avec leurs produits sidérurgiques à haute valeur ajoutée. L'évolution contrastée du secteur européen de la construction en 2019 devrait aussi avoir un impact sur le secteur des métaux. La baisse des perspectives économiques de la zone euro aura un impact négatif sur la demande de logements. De plus, la fin prévue de l'assouplissement quantitatif de la BCE entraînera inévitablement une hausse des taux d'intérêt. Ces développements auront un impact à la fois sur les secteurs de l'automobile et de la construction notamment via le canal du crédit.

La consommation d'acier aux États-Unis devrait croître de 1 % en 2019. Les acteurs du secteur de la construction, principal client de l'industrie sidérurgique, semblent plutôt optimistes, malgré la hausse des prix des produits sidérurgiques due aux mesures antidumping et aux tarifs supplémentaires. Fin août 2018, 38 000 demandes d'exemption ont été déposées par les clients des sidérurgistes américains, malgré les 17 000 objections des producteurs d'acier. Le secteur de l'automobile aux États-Unis souffre de la hausse des prix de l'acier, ce qui nuit à sa rentabilité. Les fermetures prévues de certaines usines d'assemblage, associées à l’affaiblissement du marché automobile, risquent de peser sur les résultats des sidérurgistes.

Offre

La production mondiale d'acier devrait se contracter légèrement de 0,2 % en 2019, suite aux fermetures d’usines polluantes en Chine. La production d'aluminium (2 %), de cuivre (2,6 %), de nickel (5,5 %) et de zinc (5 %) devrait également augmenter.

La production chinoise devrait diminuer en 2019 en raison de la volonté des autorités chinoises de fermer des aciéries pour lutter contre la pollution, ainsi que du ralentissement de son économie. La sidérurgie chinoise se concentre principalement sur les produits à faible valeur ajoutée utilisés dans le secteur de la construction notamment. De plus, elle est largement décentralisée et les provinces sont peu incitées à réduire cette ressource fiscale relativement importante. En outre, la baisse des prix domestiques de l'acier encourage les producteurs locaux à produire moins.

La production d'acier en Europe occidentale devrait croître d'un peu plus de 1 % en 2019, contre près de 2 % en 2018, sous l'effet de perspectives économiques moins favorables. La confiance des chefs d’entreprises a reculé, provoqué par les mesures tarifaires américaines et des rétorsions prises par les pays ciblés. Toutefois, le secteur sidérurgique européen devrait continuer à bénéficier dans une certaine mesure des dispositions prises par la CE depuis août 2017, date à laquelle elle a imposé des droits de douane sur certains produits chinois.

Certains sidérurgistes d'Europe centrale, notamment en Autriche, seront en mesure de limiter les effets de la décélération de l'économie grâce à leur positionnement sur des produits à forte valeur ajoutée et à l'efficacité de leurs processus de production.

Aux États-Unis, la production d'acier devrait croître de 4,3 % en 2019, sous l'impulsion des mesures prises par l’administration Trump pour soutenir l'industrie sidérurgique américaine, mais aussi des mesures prises sous la présidence de l'ancien président Barack Obama pour limiter les importations chinoises. Selon la tendance actuelle, les prix des produits sidérurgiques devraient se maintenir en 2019 et encourager les aciéristes à produire davantage. De plus, après leur conquête de la Chambre des représentants, les dirigeants démocrates pourraient impulser la mise en œuvre d'un programme d'infrastructure, ce qui pourrait profiter aux sidérurgistes locaux.

 

Dernière mise à jour : février 2019

Haut de page
  • English
  • Français