Coface Group
Pakistan

Pakistan

Population 208,6 millions
PIB par habitant 1 255 US$
D
Evaluation des risques pays
C
Environnement des affaires
Changer de pays
Comparer les pays
Vous avez déjà sélectionné ce pays.
0 pays sélectionnés
Vider
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Comparer

Synthèse

principaux Indicateurs économiques

  2019 2020 2021 (e) 2022 (p)
Croissance PIB (%)* 2,1 -0,5 5,4 4,0
Inflation (moyenne annuelle, %)* 6,7 10,7 8,9 8,5
Solde public / PIB (%)* -9,0 -8,0 -7,1 -6,2
Solde courant / PIB (%)* -4,9 -1,7 -0,6 -3,1
Dette publique / PIB (%)* 85,9 87,6 83,5 80,9

(e) : Estimation (p) : Prévision *Année fiscale du 1 juillet - 30 juin. Données 2022: AF21-22.

POINTS FORTS

  • Grand marché intérieur soutenu par une démographie dynamique
  • Importants envois de fonds des travailleurs migrants
  • Main d'œuvre nombreuse et bon marché
  • Développement de corridors économiques avec la Chine et l'Asie centrale, porte sur l'océan Indien
  • Un acteur majeur de la finance islamique
  • Potentiel minier

POINTS FAIBLES

  • Voisinage tendu, fragilité politique et insécurité intérieure
  • Informalité (40 % du PIB et 60 % de l'emploi) et faibles recettes fiscales (14,5 % du PIB)
  • Insuffisance de l'éducation (40 % d'analphabètes, trois systèmes parallèles produisant trois groupes à peine connectés), de la santé, des infrastructures et de l'agriculture.
  • Développement tardif du Baloutchistan, favorisant le séparatisme, et des zones rurales, propices au développement de l'islamisme radical
  • Dépendance énergétique (pétrole = 25 % des importations), production d'électricité déficiente
  • Faiblesse de l'industrie manufacturière (20 % du PIB) et des exportations, faible diversification sectorielle
  • 20 % du PIB et 40 % de la population active dépendent du secteur agricole, sensible aux aléas climatiques et aux cours mondiaux

Appréciation du risque

L'inflation élevée compromet la croissance

Après une légère contraction au cours de l'exercice 2020 (FY20), l'économie pakistanaise a connu une solide reprise au cours de l'exercice 2021 (FY21), soutenue par des réponses budgétaires et monétaires robustes à la pandémie. Le gouvernement a mis en œuvre des mesures fiscales temporaires, élargi le filet de sécurité sociale, réduit les taux d'intérêt, accordé des prêts bonifiés et des allégements sur le service des prêts. La croissance de l'activité économique s'est accélérée au premier semestre 2021, et le PIB de FY22 pourrait maintenir un rythme solide, soutenu par les mesures fiscales de soutien annoncées dans le budget de l'exercice 2022. Toutefois, les perspectives restent assombries par l'incertitude quant à l'évolution de la pandémie et par le fait que moins de la majorité de la population était entièrement vaccinée début janvier 2022. En outre, de fortes pressions inflationnistes, dues en partie à l'affaiblissement de la monnaie, pourraient compromettre la consommation privée (80 % du PIB). Un programme de subventions alimentaires d'un montant de 120 milliards de roupies (0,9 % du PIB), ainsi que le programme de protection sociale Elsas de 260 milliards de roupies pourraient compenser une partie de l'impact de l'inflation. Le maintien d'un flux important de transferts de fonds (10 % du PIB de FY21, provenant en majorité de pays du Golfe comme l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis) devrait également soutenir la consommation privée. Le gouvernement a affecté jusqu'à 6 milliards de dollars à des dépenses de développement dans de grands projets d'infrastructure pour FY21, ce qui pourrait stimuler l'investissement public (3-4 % du PIB). Pour maîtriser l'inflation dans un contexte de forte dépréciation de la monnaie, la banque centrale a relevé son taux directeur de 150 points de base pour le porter à 8,75 % en novembre 2021 (+175 points de base en cumulé sur 2021) et porter à huit le nombre annuel de réunions de politique monétaire. 

 

Déséquilibres jumeaux

Les finances publiques du Pakistan se sont améliorées au cours de FY21. La collecte des recettes a augmenté de 19,4 %, grâce à des recettes fiscales plus importantes, contre une augmentation de 4,5 % des dépenses, ce qui a permis de réduire le déficit budgétaire. Les paiements d'intérêts ont également augmenté à un taux bien inférieur à 2 % au cours de FY21, contre une hausse de 78 % au cours de FY20. La qualification du Pakistan pour l'initiative de suspension du service de la dette (DSSI) du G20 a permis au pays de bénéficier d'un allégement temporaire du paiement de la dette de près de 2 % du PIB. La réduction du déficit budgétaire au cours de FY22 nécessitera une plus grande mobilisation des recettes, qui restent parmi les plus faibles du monde en pourcentage du PIB (14,5 %). Les mesures de réforme consisteront notamment à élargir son assiette fiscale en réduisant les exonérations et les taux préférentiels, et à améliorer le taux national de conformité fiscale. Le 21 novembre 2021, le FMI et le Pakistan sont parvenus à un accord au niveau du personnel dans le cadre du mécanisme élargi de crédit du FMI, qui permettrait de relancer le programme « suspendu » du Pakistan et de débloquer environ 1 milliard d'USD si l'accord est approuvé par le conseil d'administration du FMI, ce qui pourrait entraîner un financement supplémentaire de la part d'autres organisations multilatérales. En outre, le Pakistan a reçu un prêt de 3 milliards de dollars de l'Arabie saoudite dans le cadre d'un programme de soutien économique. Les dépenses budgétaires sont problématiques : 20 % ont été alloués à la défense, tandis que 43 % au service de la dette publique. Le déficit fédéral de FY21 a été financé principalement par des sources intérieures, comme le système bancaire local, et 24 % par des sources extérieures. La dette extérieure représentait 31,2 % de la dette publique brute en juin 2021 (contre 32,5 % en juin 2020), et 36,1 % de celle-ci était détenue par des créanciers multilatéraux.

 

Le déficit de la balance courante s'est réduit au cours de l'exercice 2021 et est le plus faible depuis dix ans, grâce à la forte croissance des envois de fonds, aux solides recettes d'exportation et à la réduction du déficit des revenus primaires due à la diminution des paiements d'intérêts étrangers après l'adhésion du Pakistan au G20 DSSI. Les envois de fonds des travailleurs ont bondi de 27 % au cours de FY21 pour atteindre le niveau record de 29,4 milliards USD. Les exportations (10 % du PIB) ont bénéficié de l'amélioration de la compétitivité liée à la faiblesse de la roupie, les principales exportations telles que les produits textiles (59 % des exportations de marchandises) ayant augmenté de plus de 30 % au cours des 10 premiers mois de 2021. Néanmoins, le déficit commercial s'est creusé car la croissance de la valeur des importations a été beaucoup plus élevée que celle des exportations en raison de la dépréciation de la roupie et de la hausse des prix mondiaux du pétrole. L'amélioration devrait s'inverser au cours de FY22, car le déficit des revenus primaires devrait se creuser à l'expiration du DSSI (décembre 2021), et la valeur des importations devrait continuer à augmenter en raison de l'amélioration de la demande intérieure et de la hausse des prix internationaux du pétrole brut.

 

Le gouvernement sous pression 

Le Premier ministre pakistanais Imran Khan, élu en 2018, subit une pression croissante de la part des principaux partis d'opposition, des groupes religieux et même de ses alliés politiques, sur fond de lutte du gouvernement du Pakistan Tehreek-e-Insaf (PTI) pour stabiliser l'économie. Le PTI, qui détient 45,6 % des sièges législatifs, s'appuie sur des partenaires de coalition juniors pour détenir une faible majorité (51,8 %) à la chambre basse. En 70 ans d'histoire, aucun premier ministre n'a tenu un mandat complet de cinq ans, et la clé de la longévité de l'administration de Khan est sa capacité à conserver le soutien de l'armée. La situation sécuritaire du pays reste ténue, avec une augmentation significative des attaques visant les minorités religieuses. Les récents développements en Afghanistan devraient amener la Chine et le Pakistan, qui entretenaient déjà des liens de longue date, à approfondir encore leur partenariat militaire et stratégique. Les tensions avec l'Inde au sujet du Cachemire restent volatiles.

 

Dernière mise à jour : Février 2022

Haut de page
  • English
  • Français