Coface Group
Slovaquie

Slovaquie

Population 5,5 millions
PIB par habitant 19 145 $US
A4
Evaluation des risques pays
A2
Environnement des affaires
Changer de pays
Comparer les pays
Vous avez déjà sélectionné ce pays.
0 pays sélectionnés
Vider
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Comparer

Synthèse

principaux Indicateurs économiques

  2019 2020 2021 (e) 2022 (p)
Croissance PIB (%) 2,6 -4,4 3,9 5,0
Inflation (moyenne annuelle, %) 2,8 2,0 3,0 4,3
Solde public / PIB (%) -1,3 -5,5 -7,3 -4,2
Solde courant / PIB (%) -2,0 -0,8 -1,6 -1,1
Dette publique / PIB (%) 48,1 59,7 62,1 60,4

(e) : Estimation (p) : Prévision

POINTS FORTS

  • Membre de la zone euro
  • Plate-forme de production pour les industries européennes de l’automobile et de l’électronique
  • Des comptes publics et extérieurs satisfaisants
  • Système financier robuste dominé par des groupes étrangers

POINTS FAIBLES

  • Une économie petite et ouverte qui dépend des investissements et des marchés européens
  • Forte concentration sectorielle des exportations : automobile et électronique grand public
  • Inégalités de développement selon les régions : l'est du pays est en retard (infrastructures et formation)
  • Niveau insuffisant de l’activité R&D, exportations reposant sur des activités d'assemblage (à faible valeur ajoutée)
  • Pénurie de main-d'œuvre qualifiée et chômage de longue durée élevé

Appréciation du risque

Une reprise affaiblie par des contraintes d'approvisionnement

La reprise économique de la Slovaquie devrait progresser en 2022. L'an dernier, son activité économique a repris de la vigueur, mais la croissance slovaque a moins accéléré que dans la plupart des autres Pays d’Europe centrale et orientale (PECO). Cette situation résulte des mesures restrictives liées à la pandémie qui ont été mises en œuvre au début et à la fin de l'année 2021 (confinement et fermeture des commerces non essentiels), ainsi que des pénuries d'approvisionnement. En effet, les perturbations de la chaîne d'approvisionnement nuisent à l'économie slovaque, qui est tirée par le secteur manufacturier. La production de véhicules représente 36 % des exportations du pays et 13,9 % du PIB. Si le secteur automobile a d'abord bénéficié de la reprise de la demande après l'impact initial de la pandémie, il a ensuite souffert d'une pénurie de semi-conducteurs. Ce problème a entraîné pour toutes les grandes entreprises automobiles de Slovaquie, dont Volkswagen Slovaquie, KIA Motors Slovaquie, Stellantis (anciennement PSA Peugeot-Citroën) et Jaguar Land Rover, une interruption de la production pendant plusieurs jours, une réduction des équipes de travail ou un abandon de certaines lignes de production. Les pénuries mondiales de semi-conducteurs devraient persister tout au long de 2022 et, par conséquent, la croissance des exportations sera limitée par cette contrainte d'approvisionnement. Cela dit, il convient de noter que l'effondrement de la contribution des exportations nettes à la croissance du PIB sera limité par une baisse de la demande d'importations car de nombreux intrants intermédiaires contenus dans les exportations sont importés.

 
La demande intérieure restera un moteur de la croissance en 2022. La consommation des ménages devrait s'accélérer malgré une inflation qui restera élevée (principalement en raison des prix de l'énergie et de la hausse des prix des intrants transférés par les entreprises). Bien que les indicateurs du marché du travail se soient affaiblis pendant la pandémie, les mesures de soutien ont limité l'ampleur de la détérioration. Les pénuries de main-d'œuvre sont redevenues flagrantes, en particulier pour la main-d'œuvre hautement qualifiée.

 
Les investissements privés ont déjà accéléré, la demande croissante ayant incité les entreprises à augmenter leur taux d'utilisation des capacités. Les investissements publics seront stimulés par le fonds NextGenerationEU non seulement en 2022, mais aussi au cours des années suivantes.

 

Le creusement des comptes publics devrait se réduire

Le déficit public devrait se réduire en 2022 grâce à la progression de la reprise économique et à la suppression progressive des mesures de soutien liées à la pandémies, qui ont creusé le déficit, tant en 2020 qu'en 2021. La Slovaquie bénéficiera de 6,3 milliards d'euros dans le cadre de la facilité de relance et de résilience de l'UE. Les dépenses prévues comprennent, dans un premier temps, le financement de la santé (hôpitaux), du système judiciaire (réorganisation des tribunaux) et de l'éducation (modification du financement et de l'évaluation des universités). Les dépenses publiques seront consacrées de plus en plus à la transformation verte et numérique. La modération des déficits primaires (c'est-à-dire avec les paiements d'intérêts déduits), l'accélération de la croissance du PIB et les faibles coûts de financement contribueront à réduire la charge de la dette publique et à reprendre les mesures d’assainissement budgétaire qui avaient été décidées avant l’apparition de la COVID-19.

 
La balance courante restera légèrement déficitaire, car les exportations progresseront moins vite que les importations en raison de problèmes d'approvisionnement. La vigueur de la consommation privée favorisera également la croissance des importations. La Slovaquie reste fortement dépendante des marchés extérieurs, les exportations de biens et de services représentant 85,4 % de son PIB en 2020. En outre, les entreprises de divers secteurs sont incluses dans les chaînes d'approvisionnement mondiales et, par conséquent, indirectement tributaires de la demande mondiale.

 

Changements sur la scène politique

La militante anticorruption Zuzana Caputova a prêté serment en tant que première femme présidente de la Slovaquie en 2019. Elle a promis de lutter contre l'impunité et de défendre la justice. Le public a été particulièrement sensibilisé à la défense de ces valeurs après le meurtre d'un journaliste en 2018. En effet, le meurtre de Jan Kuciak - qui enquêtait sur des affaires de corruption de haut niveau, et de sa fiancée à leur domicile, a déclenché des manifestations de rue massives. Les dernières élections législatives ont eu lieu en février 2020. Le parti anti-corruption, Peuple ordinaire et personnalités indépendantes (OL'aNO), a remporté les élections. Succédant au précédent gouvernement dirigé par Peter Pellegrini, un gouvernement de coalition composé de quatre partis de centre-droite dirigé par Igor Matovic a prêté serment à la fin du mois de mars 2020. Cependant, en mars 2021, Matovič a démissionné à la suite d'un scandale politique déclenché par un accord secret pour acheter le vaccin russe Sputnik V malgré le désaccord des alliés de la coalition. Plusieurs membres du cabinet ont également démissionné de leur poste. L'ancien vice-premier ministre et ministre des Finances du pays, Eduard Heger, a repris le poste de premier ministre. En mai 2021, les dirigeants de l'opposition, dont le parti Smer-SD, qui gouvernait auparavant, ont recueilli suffisamment de signatures pour demander un référendum sur des élections législatives anticipées, les sondages d'opinion montrant une forte baisse de popularité de l'OL'aNO. Toutefois, la présidente Caputova a transmis la requête à la Cour constitutionnelle, qui a déterminé qu'un référendum sur des élections anticipées n'était pas conforme à la constitution slovaque. Selon la Cour, cela violerait les articles constitutionnels, selon lesquels la période électorale est de quatre ans et il incombe au président de dissoudre le conseil national.

 

Dernière mise à jour: Février 2022

Haut de page
  • English
  • Français