Coface Group
TIC

TIC

TIC
Amérique Latine
Amérique du Nord
Europe centrale et de l'est
Europe de l'Ouest
Asie
Moyen-Orient & Turquie
Changer de secteur

Forces

  • Mondialisation de l’accès à l’Internet et des possibilités de pénétration du marché, notamment dans les économies en développement
  • Forte innovation avec un impact croissant de l’intelligence artificielle sur tous les secteurs et la technologie 5G à venir.
  • Croissance exponentielle des biens connectés

Faiblesses

  • Saturation de certains marchés matériels (tablettes, smartphones, PC) dans certaines économies avancées
  • Défis à long terme en ce qui concerne les réserves de minéraux rares
  • Environnement réglementaire à venir plus strict pour les « géants » des TIC, notamment en matière de fiscalité et de protection des données, en particulier dans l’UE

Evaluation des risques

Les faits marquants
 CAPITALISATION BOURSIÈRE  DES 5 PRINCIPALES ENTREPRISES INFORMATIQUES AU MONDE  (DÉCEMBRE 2018)


CAPITALISATION BOURSIÈRE
DES 5 PRINCIPALES ENTREPRISES INFORMATIQUES AU MONDE
(DÉCEMBRE 2018)

La méthodologie d’évaluation sectorielle de Coface sur le secteur des TIC comprend plusieurs segments : les biens et services de télécommunications, l’électronique, les appareils électroménagers, ainsi qu’un dernier segment composé des ordinateurs, logiciels et matériels informatiques. Empiriquement, il y a de moins en moins de frontières entre les différents produits et services offerts par les entreprises du secteur par rapport à leurs respectifs métiers historiques.

Les TIC constitue un secteur concentré et très concurrentiel, notamment entre les « géants » américains et chinois qui dominent le marché, respectivement dénommés FAANG (Facebook, Amazon, Apple, Netflix et Google, plus précisément Alphabet, sa holding) et Microsoft qui peut être ajouté à la liste, d’une part ; et BATX (Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi), d’autre part. Ce sont les entreprises ayant le niveau capitalisation boursière le plus élevé au monde ; notamment les entreprises américaines (voir graphique). Cet environnement très concurrentiel est exacerbé par le contexte de la guerre commerciale mondiale. De nombreux gouvernements d’économies avancées et en particulier les Etats-Unis sont préoccupés par le plan Made in China 2025 Strategy. Dans le cadre de ce plan, la Chine vise à devenir le leader mondial dans des secteurs économiques stratégiques qui incluent des produits des TIC tels que la robotique et la production de semi-conducteurs.Ces nouvelles technologies et notamment le développement rapide de l’intelligence artificielle (IA) sont susceptibles de modifier significativement les moyens de production.

A l’avenir, l’un des principaux défis pour les FAANG, est le durcissement attendu de l’environnement réglementaire en ce qui concerne la protection des données.

Les perspectives du secteur des TIC resteront contrastées d’une région à l’autre en 2019, et les performances globales des entreprises dépendront de la conjoncture. Coface s’attend à ce que la croissance économique mondiale ralentisse quelque peu, passant de 3,2 % en 2018 à 3 % en 2019. Par conséquent, la demande de biens et services TIC devrait se contracter dans l’ensemble.

De plus, l’accès de la population mondiale à Internet continue de se développer. Selon CISCO, l’entreprise leader en informatique et réseaux, le volume de données échangées devrait tripler d’ici 2020, date à laquelle une personne sur deux dans le monde sera un utilisateur d’Internet.

Demande

La demande mondiale de produits et services TIC devrait être affectée par le tassement des perspectives de croissance économique mondiale. En Europe, nous anticipons un ralentissement économique, notamment dans la zone euro où la croissance du PIB est attendue à 1,6 % en 2019 contre 1,9 % en 2018. Cela s’ajoute au fait que le marché en Europe de l’Ouest arrive à maturité pour certains produits TIC. Toutefois, au niveau mondial, selon l’International Data Corporation (IDC), malgré l’importance croissante des technologies innovantes, les ventes de téléphones mobiles et de cloud computing restent les piliers de la demande en produits TIC. En 2019 et moyen terme, les produits connectés (montres, vêtements…) pourraient stimuler l’intérêt des consommateurs. Selon IDC, la montée en puissance des vêtements intelligents ne se fera pas seulement sur les marchés matures, mais aussi sur les marchés émergents.

L’un des risques pour les FAANG réside dans les questions de réputation, notamment en ce qui concerne la protection des données personnelles des consommateurs à la suite de plusieurs scandales. C’est le cas de Facebook et du scandale Cambridge Analytica, dans lequel la société a été accusée d’avoir partagé les données personnelles de plus de 71 millions de personnes. Les données susmentionnées auraient alors été exploitées pour manipuler les opinions publiques, notamment lors de la dernière campagne présidentielle américaine en 2016. Ces scandales ont en effet sensibilisé les utilisateurs aux risques liés à l’utilisation potentiellement abusive de leurs données personnelles. De plus, ces scandales sont survenus à un moment où les gouvernements, l’opinion publique et les entreprises sont de plus en plus préoccupés par les questions de cybersécurité. Ces géants des TIC sont également de plus en plus perçus comme des vecteurs permettant aux gouvernements d’espionner leur population dans certains pays.

En outre, dans l’UE, ces derniers sont largement perçus comme ne remplissant pas pleinement leur responsabilité sociale. Il leurs est notamment reproché de faire beaucoup de profits dans l’EU sans être suffisamment taxés. Au niveau des institutions de l’UE, des réflexions sont en cours sur les modalités permettant d’imposer des impôts plus élevés aux FAANG.

Dans l’ensemble, de nombreux gouvernements envisagent une réglementation plus stricte en matière de protection des données, y compris aux États-Unis. Par exemple, l’UE a mis en place le Règlement général sur la protection des données (GDPR) en 2018. Il vise à renforcer les droits des personnes et à faciliter les activités économiques dans « l’ère numérique ».

Offre

Il s’agit d’un marché concentré, dominé par des géants, historiquement aux États-Unis, qui enregistrent les plus hauts niveaux de capitalisation boursière au monde (voir graphique). Les FAANG opèrent dans différents segments – médias, commerce électronique, fournisseurs d’accès Internet et télécommunications – et sont de de plus en plus concurrencés par des géants chinois, les BATX. Dans le contexte de guerre commerciale et de la prise de conscience par les gouvernements de l’aspect stratégique de ce secteur, la concurrence est encore plus vive entre les géants chinois et américains. L’administration Trump a clairement fait savoir que le plan de la stratégie Made in China 2025 Strategy, via lequel la Chine prévoit de devenir un leader mondial, notamment dans les technologies des TIC, menace les intérêts économiques et stratégiques des États-Unis ainsi que leur leadership. La décision du président Trump de bloquer la tentative de la société Broadcom, dont le siège social est à Singapour, de racheter la société américaine Qualcomm pour 117 milliards USD en janvier 2018 est une illustration emblématique de la position américaine.

L’industrie des télécommunications devrait continuer de se développer. La principale innovation à venir est l’arrivée et la mise en œuvre des technologies 5G à partir de 2019 qui permettra un accès encore plus rapide à Internet.

Les semi-conducteurs restent des matériaux clés pour la majorité des produits des TIC, en particulier dans le contexte de l’importance croissante du supercomputing. Par exemple, la Chine importe plus de semi-conducteurs que de pétrole. En 2017, les importations de semi-conducteurs de la Chine ont atteint 260 milliards USD, tandis que ses importations de pétrole brut ont atteint 162 milliards USD.

Les semi-conducteurs sont en effet essentiels lorsqu’il s’agit de développer des outils et robots d’IA. Schématiquement, l’IA est un ensemble de plusieurs technologies complexes qui nécessitent une combinaison de puissants ordinateurs et logiciels efficaces pour fonctionner. Les outils d’IA ont la capacité de repousser les frontières vers lesquelles les machines peuvent réaliser plusieurs tâches et travaux jusqu’alors effectués par des êtres humains.

 

Dernière mise à jour : février 2019

Haut de page
  • English
  • Français