Coface Group
TIC

TIC

TIC (Technologies de l'information et de la communication)
Asie-Pacifique
Europe centrale et de l'est
Amérique Latine
Moy-Orient & Turquie
Amérique du Nord
Europe de l'Ouest
Changer de secteur

Forces

  • Mondialisation de l’accès à l’Internet et des possibilités de pénétration du marché, notamment dans les économies en développement
  • Forte innovation avec un impact croissant de l’intelligence artificielle sur tous les secteurs et implantation progressive de la technologie 5G
  • Croissance exponentielle du marché des biens connectés

Faiblesses

  • Saturation des segments matériels informatiques (tablettes, smartphones, PC) dans certaines économies
  • Défis à long terme en ce qui concerne les réserves de minéraux rares
  • Environnement réglementaire à venir plus strict pour les « géants » des TIC, notamment en matière de fiscalité et de protection des données

Appréciation du risque

Synthèse de l’appréciation du risque

La méthodologie d’évaluation sectorielle de Coface sur le secteur des Technologies de l'information et de la communication (TIC) comprend plusieurs segments : les télécommunications, l’électronique, les médias ainsi qu’un dernier segment composé des ordinateurs, logiciels et matériels informatiques. Empiriquement, il y a de moins en moins de frontières entre les différents produits et services offerts par les entreprises du secteur par rapport à leurs respectifs métiers historiques.

 

Les TIC constituent un secteur concentré. Ses principaux acteurs sont les « géants » américains et chinois qui dominent le marché, respectivement dénommés FAANG (Facebook, Amazon, Apple, Netflix et Google ; plus précisément Alphabet, sa holding) auxquels s’ajoutent Microsoft et les BATX (Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi). Ce sont les entreprises ayant les niveaux de capitalisation boursière parmi les plus élevés au monde et présentant également des revenus en augmentation (Au titre des données financières disponibles pour le 3e trimestre 2019).

 

Cet environnement concurrentiel est exacerbé par les tensions commerciales entre les États-Unis et la Chine. Les sanctions américaines subies par certaines entreprises technologiques chinoises, notamment Huawei, un des leaders chinois des télécommunications à la pointe concernant le déploiement de la technologie 5G, en sont un exemple. En effet, de nombreux pays, en particulier les États-Unis, sont préoccupés par le plan Made in China 2025. Dans ce cadre, la Chine vise à devenir le leader mondial dans des secteurs économiques stratégiques et sur des marchés tels que la robotique. Ces nouvelles technologies et notamment le développement rapide de l’intelligence artificielle (IA) sont susceptibles de modifier significativement les moyens de production.

Les perspectives du secteur des TIC resteront contrastées d’une région à l’autre à travers le monde en 2020, dans un contexte de ralentissement de l’économie mondiale. Cela devrait entraîner une moindre croissance de la demande globale de biens et services TIC. Pour l’avenir, l’un des principaux défis, en particulier pour les FAANG, sera la poursuite du durcissement de l’environnement réglementaire, notamment en matière de protection des données.

ICT FR
Analyse approfondie du secteur
Le ralentissement économique mondial et l’environnement protectionniste pèsent sur les perspectives du secteur

Coface estime la croissance de l’économique mondiale à 2,4 % en 2020 contre 2,5 % en 2019 et 3,2 % en 2018. Ce ralentissement est attendu dans les principales économies mondiales comme les États-Unis, l’Europe et la Chine. Cette conjoncture économique devrait avoir un impact significatif sur la demande de smartphones notamment. Cette dernière est par ailleurs déjà impactée depuis de nombreuses années par l’arrivée à maturité du marché de certaines économies avancées et d’économies émergentes dotées de larges populations telles que l’Inde. Les produits connectés – comme les montres et les bracelets – pourraient continuer de stimuler l’intérêt des consommateurs et, selon l’International Data Corporation (IDC), l’essor des vêtements intelligents, par exemple, ne se fera pas seulement sur les marchés matures, mais aussi sur les marchés émergents.

 

En Asie, le secteur est pénalisé par le ralentissement progressif de l’activité économique en Chine, avec une croissance économique attendue à 5,7 % cette année contre 6,1 % en 2019, qui devrait continuer de pâtir des tensions commerciales. L’année passée, Huawei a été exclu du projet de déploiement de la technologie 5G aux États-Unis. La société a été placée par l’administration Trump en tête des sociétés (conjointement à d’autres entreprises chinoises du secteur des TIC) avec lesquelles les entreprises de télécommunications américaines ont interdiction de commercer, en raison du risque de cyber-sécurité. Cette mesure a été étendue en août 2019 aux agences gouvernementales américaines.

De plus, en septembre 2019, les États-Unis ont augmenté les droits de douane à 15 % (contre 10 % auparavant) d’une liste de biens chinois importés d’une valeur de 125 milliards USD, dont des écouteurs Bluetooth et des montres connectées.

Un secteur concentré et concurrentiel, dans lequel les modèles économiques des géants sont en constante évolution

Les FAANG et les BATX, parmi les leaders mondiaux dans leur cœur de métier historique, sont aujourd’hui en concurrence les uns avec les autres sur des marchés tels que le cloud, le streaming, les médias, les paiements et le commerce. Les géants des TIC étendent en effet leurs activités à différents secteurs ; c’est le cas de Google qui a lancé une voiture autonome et électrique en décembre 2018. Facebook a annoncé l’année dernière sa volonté de se lancer dans le développement d’une crypto-monnaie nommée Libra, en association avec 27 autres entreprises ; bien qu’au moment de l’écriture de cette étude, son lancement est confronté à des défis sur le front réglementaire, notamment aux États-Unis. La course à l’innovation devrait également se porter dans les années à venir sur le domaine de la santé, notamment avec les objets connectés à « portée médicale » ou encore les lunettes à réalité augmentée, pour lesquelles, Apple, par exemple, aurait déposé un brevet sur un prototype en fin d’année dernière.

 

Les innovations liées à l’IA entraînent des innovations majeures dans tous les segments du secteur

L’IA a un pouvoir de transformation important sur tous les secteurs, car elle repousse les limites dans lesquelles les machines, notamment par le biais de robots, peuvent effectuer des tâches et des travaux que les humains ont effectués jusqu’à présent. Toutes les entreprises leaders dans le secteur sont engagées dans le développement de l’IA dans leurs procès internes ainsi que leurs offres de produits et services. C’est le cas notamment dans le développement d’innovations telles que les assistants virtuels (ou « AI » Assistant).

 

Les télécommunications continueront de croître avec l’arrivée de la 5G

Coface s’attend à ce que l’industrie des télécommunications continue de croître. L’implantation de la 5G se poursuit de façon soutenue malgré des défis liés, d’une part, à la guerre commerciale et, d’autre part, à la technologie. Un exemple de défi technologique réside dans le fait qu’à ce stade, le signal 5G a une portée de seulement 10 % de celui d’un signal 4G, avec de grandes antennes (approximativement la taille d’un réfrigérateur) au coût de fabrication onéreux. Seulement 14 % de toutes les connexions à travers le monde seront probablement alimentées en 5G d’ici 2025. Par conséquent, la 5G ne devrait pas devenir la nouvelle norme de télécommunication dans le moyen terme.

 

Un environnement réglementaire plus contraignant concernant la protection des données et la fiscalité

L’environnement réglementaire des entreprises des TIC devrait être de plus en plus contraignant dans les années à venir, notamment concernant la protection des données des consommateurs, suite à plusieurs scandales impliquant des entreprises américaines (notamment l’utilisation abusive des données des utilisateurs par Facebook, qui l’a notamment conduit à être condamné à payer en 2019 une amende record de 5 milliards de dollars américains par l’agence fédérale américaine de contrôle des pratiques commerciales, la FTC). L’Union européenne a mis en œuvre le règlement sur la protection des données (RGPD) en mai 2018. Cette question fait actuellement l’objet de discussions aux États-Unis. L’État de Californie a par exemple pris des mesures en ce sens en 2018 (California Consumer Privacy Act) qui devraient entrer en vigueur cette année. Microsoft a annoncé qu’elle appliquera les principes de cette norme californienne dans tous les États américains. L’accroissement en cours des normes en la matière dans les principaux marchés pourrait avoir une incidence sur les modèles économiques des géants des TIC et contribuer à la fragmentation du marché, étant donné que les règles de protection des données pourraient différer sensiblement d’un État à l’autre aux États-Unis, ainsi que d’une région du monde à l’autre, alors que les grandes entreprises de TIC opèrent au niveau mondial.

 

En Europe notamment, les FAANG sont accusées de pratiquer l’évasion fiscale. Par exemple, en France, Google a payé une amende de 1 milliard d’euros l’année passée, pour mettre un terme à toutes les poursuites judiciaires en matière fiscale engagées par l’État français à l’encontre de l’entreprise. Le durcissement de l’environnement fiscal pourrait en effet s’amplifier dans un contexte où de nombreuses discussions sont en cours au niveau international. Par exemple, lors d’une réunion du G7 Finances l’année passée, les gouvernements des pays représentants les principaux marchés ont exprimé leur intention de travailler à un régime fiscal commun à appliquer aux « géants » du secteur.

 

Dernière mise à jour : février 2020

Haut de page
  • English
  • Français