Coface Group
Textile - Habillement

Textile - Habillement

Textile
Amérique Latine
Amérique du Nord
Europe centrale et de l'est
Europe de l'Ouest
Asie
Moyen-Orient & Turquie
Changer de secteur

Forces

  • Accroissement de la classe moyenne dans les pays émergents
  • Engouement pour le fast fashion, notamment dans les pays asiatiques

Faiblesses

  • Produit à forte élasticité prix de la demande
  • Structure des prix de vente très sensibles aux fluctuations des cours des matières premières

Evaluation des risques

Les faits marquants
PRODUCTION MONDIALE DE POLYESTER ET DE COTON (MILLIERS DE TONNES) : IMPORTANCE CROISSANTE DES FIBRES SYNTHÉTIQUES

PRODUCTION MONDIALE DE POLYESTER
ET DE COTON (MILLIERS DE TONNES) :
IMPORTANCE CROISSANTE DES FIBRES
SYNTHÉTIQUES

La production de coton représentant 77 % de la production mondiale de fibres naturelles en 2017, cette matière première est située au cœur du développement du secteur textile-habillement.

La réduction de la demande chinoise en coton devrait avoir un impact sur la demande mondiale pour la saison 2018/2019 pour deux principales raisons : la politique chinoise de limitation des importations de coton dans le but de diminuer leurs stocks qui représentaient 62 % des stocks mondiaux de coton en 2014/2015, d’une part, et les droits de douane imposées par la Chine sur les exportations américaines de coton en représailles aux droits de douanes imposés par les États-Unis à la Chine depuis le début de l’année passée et qui s’élèvent à ce jour à 25 %, d’autre part.

Les ventes du marché de l’habillement dans le monde devraient légèrement ralentir en 2019 : l’indice McKinsey Global Fashion prévoit une hausse des ventes de vêtement comprise entre 3,5 % et 4,5 % en 2019 après une estimation comprise entre 4 % et 5 % en 2018. Ce ralentissement serait dû d’une part, au ralentissement de l’économie mondiale et d’autre part, aux tensions commerciales en cours.

Le secteur du textile évolue : alors que le coton était traditionnellement largement utilisé, l’industrie fait face à l’utilisation croissante des fibres synthétiques. Par exemple, la part du coton ne représentait plus que 43 % des importations textiles aux États-Unis en 2016/2017 contre 47 % en 2011/2012, d’après l’USDA. Moins coûteux, facile à mélanger avec d’autres fibres, et ayant un impact sur l’environnement limité par rapport au coton, les fibres synthétiques concentrent les progrès techniques du secteur. La forte hausse des cours du coton (+60 % entre janvier 2016 et juin 2018) n’a fait qu’accentuer cette meilleure compétitivité des fibres synthétiques face au coton. Une baisse des cours du coton est cependant observée depuis juillet 2018 (-11 % entre juillet et décembre 2018), baisse qui pourrait ralentir la transition vers les fibres synthétiques si elle se poursuivait. La poursuite de la baisse des cours du coton semble néanmoins peu probable à cause de l’augmentation des quotas d’importations chinoises et la diminution de la production mondiale de coton en 2018/2019.

Le développement du e-commerce se fait grandement ressentir dans le marché de l’habillement principalement dans les économies avancées et en Chine : la part de ventes en ligne ne cesse de croître et met à mal les boutiques physiques. Aux États-Unis par exemple, les ventes en ligne ont augmenté de 6,7 points de pourcentage à 27,4 % des ventes totales d’habillement entre 2015 et 2017.

Demande

La consommation mondiale de coton en 2018/2019 devrait augmenter de 2,8 %. La décision de la Chine d’augmenter son quota d’importations de coton entraînerait une augmentation de ses importations en 2018/2019 pour répondre à la croissance de la demande causée par la hausse du revenu disponible, du niveau de vie, de la population et de l’urbanisation. Les droits de douane imposés par la Chine sur les importations de coton en provenance des États-Unis diminueront les exportations américaines au profit de l’Inde, 1er producteur et 2e exportateur mondial. Les États-Unis bénéficient néanmoins depuis plusieurs années de la hausse de la demande du Vietnam et du Bengladesh (qui, avec la Chine, sont les trois plus gros importateurs) dont les importations de coton en provenance des États-Unis ont augmenté à un rythme annuel moyen de 30 % et 26 % entre 2012 et 2017 respectivement.

La consommation mondiale de textile devrait être affectée par la baisse de la croissance dans les économies avancées. Aux États-Unis, la croissance économique (+2,8 % en 2018 et +2,4 % en 2019) et le taux de chômage historiquement bas devrait continuer de soutenir la demande d’habillement qui a connu un début d’année 2018 robuste cependant, l’imposition par le président Trump de droits de douane sur les importations d’un panier de biens chinois, incluant notamment les vêtements, pèsera sur la consommation américaine de biens d’habillement, 41 % de la consommation américaine d’habillement étant fabriquée en Chine. En Europe centrale et de l’Est, les performances économiques des entreprises de textiles dépendent en grande partie de leurs exportations, principalement vers l’UE. Elles devraient par conséquent, souffrir de la baisse de la croissance chez leur partenaire principal.

L’année 2018 a marqué un tournant pour le marché de l’habillement : pour la première fois les ventes situées hors Europe et Amérique du Nord représentaient plus de la moitié des ventes mondiales. Cet écart devrait croître : en 2025, 55 % des ventes seraient effectuées hors Europe et Amérique du Nord.

Par ailleurs, la demande de textile est marquée par un engouement pour le fast fashion (phénomène de production et ventes de collections constamment renouvelées, généralement bon marché) sur le marché asiatique. Répondant à la demande d’une classe moyenne en expansion, les marques clés du fast fashion s’implantent sur ces marchés sur le milieu de gamme. Le secteur devrait connaître une forte expansion, autour de 9,5 % de croissance moyenne par an, jusqu’en 2022 en Asie. La croissance démographique dans la région devrait renforcer cette tendance sur le plus long terme.

Offre

La surface de terres cultivées de coton dans le monde en 2017/2018 devrait rester stable en 2018/2019 selon l’USDA. La production mondiale de coton devrait cependant légèrement diminuer en 2018/2019. Cette baisse serait liée à une diminution du rendement. La contraction de la production sera grandement causée par de moins bonnes récoltes aux États-Unis prévue pour 2018/2019, comparativement à la saison 2017/2018, en partie à la suite de la sécheresse au Sud-Est des États-Unis en début de saison. La diminution de l’offre américaine de coton s’accompagne d’une dégradation de la qualité de la récolte par rapport à la saison passée due aux mauvaises conditions climatiques du pays en 2018.

La hausse relative du coût du travail en Chine ainsi que les politiques de développement durable mises en place ont poussé de nombreux fabricants textiles mondiaux à s’orienter vers d’autres pays de la région pour établir leurs centres production. Le Bangladesh et le Vietnam sont ainsi devenus les 2e et 3e fournisseurs mondiaux en 2017. Le Bangladesh est d’ailleurs susceptible de dépasser la Chine sur le marché européen à l’horizon 2020, favorisé par son statut préférentiel. De la même façon, le Vietnam, second fournisseur des États-Unis, a connu une croissance forte de ses exportations textiles vers les États-Unis (17 % au 1er semestre 2018 par rapport à la même période l’année précédente). Les exportations du Cambodge (5e fournisseur de textile de l’Union européenne) sont toutefois soumises au risque d’une possible révocation de son statut préférentiel par l’UE en raison des violations des droits de l’Homme.

 

Dernière mise à jour : février 2019

Haut de page
  • English
  • Français