Coface Group
Transports

Transports

Transports
Amérique Latine
Amérique du Nord
Europe centrale et de l'est
Europe de l'Ouest
Asie
Moy-Orient & Turquie
Changer de secteur

Forces

  • Bonnes perspectives de croissance du secteur dans l’ensemble sur le long terme
  • Utilisation croissante des transports aériens en Asie, grâce à l’émergence des classes moyennes
  • Progrès techniques qui permettent de diminuer les coûts, notamment pour les transports aérien et maritime

Faiblesses

  • Secteur dépendant des fluctuations des cours du pétrole
  • La santé du secteur est fortement liée à la conjoncture économique

Evaluation des risques

Les faits marquants
PRIX DU PÉTROLE, BALTIC DRY INDEX (BDI) ET PROFITABILITÉ DES ENTREPRISES DE TRANSPORT MARITIME ET AÉRIEN (BASE 100 = T1 2014)

PRIX DU PÉTROLE, BALTIC DRY INDEX (BDI)
ET PROFITABILITÉ DES ENTREPRISES
DE TRANSPORT MARITIME ET AÉRIEN
(BASE 100 = T1 2014)

Dans l’ensemble, le secteur du transport – aérien, routier, maritime, et ferroviaire – devrait bénéficier de perspectives positives pour 2019 et à plus long terme, principalement en raison de l’émergence de la classe moyenne de la Chine et l’Inde et de la réduction des coûts liée aux progrès techniques notamment dans les secteurs des transports aérien et maritime.

Le trafic aérien mondial a en effet augmenté de 7 % en 2018, ralentissant légèrement par rapport à 2017 (+8,1 %) et atteignant la plus faible croissance depuis 2014. Le fret aérien (mesuré en tonnes – kilomètres) a décéléré en 2018 par rapport à la moyenne sur cinq ans (2,3 % en septembre 2018 en glissement annuel comparé à une moyenne sur cinq ans de 5,1 %). L’indice de débit des conteneurs, qui est un indicateur du commerce maritime mondial, a augmenté de 1,5 % en septembre 2018 par rapport à septembre 2017, sa plus faible hausse depuis juillet 2016, ce qui semble montrer une stagnation du commerce maritime mondial.

D’après l’Association internationale du transport aérien (IATA), les perspectives du secteur sur le long terme sont positives. Cette dernière prévoit en effet que le nombre de voyageurs aériens aura doublé et atteint 8,2 milliards en 2037, ceci principalement grâce à la croissance du nombre de passagers en Asie-Pacifique, qui enregistrerait à cet horizon la moitié du nombre total de passagers au niveau mondial.

Par ailleurs, le processus de digitalisation en œuvre dans le secteur du transport maritime permet aux entreprises de réduire leurs coûts de production.

Demande

Après avoir doublé sur les douze dernières années, le nombre de passagers aériens devrait à nouveau être multiplié par deux à l’horizon 2037 selon IATA. Ce secteur continue de profiter de la baisse des coûts des billets divisés par deux en 20 ans (en termes réels). Cependant, le ralentissement à prévoir de l’activité économique (principalement de la zone euro), la guerre commerciale en cours entre les États-Unis et la Chine, ainsi que les cours du pétrole plus élevé devraient peser sur la demande de transport en 2019.

Aux États-Unis, la guerre commerciale avec la Chine devrait peser sur la demande de fret. Cependant, la croissance de l’économie américaine, attendue par Coface à 2,3 % en 2019 après 2,9 % en 2018, devrait, dans une certaine mesure, amortir la baisse de la demande liée aux tensions avec la Chine.

En Europe, la baisse de la croissance du PIB (2,1 % en 2018 et 1,8 % en 2019 après 2,7 % en 2017) devrait peser sur la consommation des ménages et donc, la demande de fret. Néanmoins, les bonnes perspectives économiques des États-Unis et la Chine, qui sont les principaux partenaires commerciaux de l’Union européenne, devraient soutenir le transport de marchandises de la région. Les compagnies aériennes britanniques pourraient subir une forte baisse du nombre de passagers en amont des incertitudes liées au Brexit. Le transport aérien au Royaume Uni pourrait être affecté, d'une part, par un « hard Brexit » et, d'autre part, par une diminution de la consommation des ménages liée à une croissance du PIB britannique plus faible (Coface prévoit 1,2 % en 2019). De grandes entreprises, dont Airbus, ont déclaré qu'elles avaient besoin de plus de certitude pour continuer à investir et qu'elles pourraient être obligées de quitter le Royaume-Uni si le pays optait pour un « hard Brexit ».

Concernant l’Amérique latine, le redressement de la situation économique du Brésil (Coface prévoit 2,8 % de croissance du PIB en 2019 après 1% en 2018) devrait être bénéfique aux entreprises du secteur ; de plus la hausse de la demande chinoise de soja brésilien suite aux tensions commerciales avec les États-Unis augmentera la demande de fret adressée au Brésil.

En Asie, l’émergence des classes moyennes est favorable au secteur aéronautique. Par exemple en Chine, la part des ménages gagnant plus de 35 000 USD par an devrait tripler d’ici 2022 et tirer la croissance du secteur.

Offre

Les prix du pétrole, qui ont fortement augmenté en 2018, bien que volatiles, devraient se maintenir à des niveaux élevés en 2019 (Coface prévoit un prix moyen du baril de Brent à 75 USD en 2019). De tels cours contraindraient les entreprises du secteur à rogner leurs marges dans un premier temps, puis à augmenter leurs prix. Cette hausse des cours du pétrole s’illustre notamment dans le BDI, un indicateur du coût du fret maritime, dont la valeur moyenne entre janvier et octobre a augmenté de 32 % entre 2017 et 2018. La profitabilité des entreprises du transport aérien et maritime évoluant dans le sens contraire des cours du pétrole et du BDI (cf. graphique), les hausses du BDI et du Brent devraient entraîner une diminution de la profitabilité des entreprises du secteur des transports aérien et maritime au niveau mondial.

Concernant l’Amérique du Nord, les transporteurs aux États-Unis souffrent d’une part, de la hausse des prix du pétrole et d’autre part, de la hausse des coûts liés aux droits de douane sur les importations d’acier (25 %) et d’aluminium (10 %) chinois, qui impactent les coûts de construction des engins. IATA estime que le profit des compagnies aériennes a diminué de 18 % en 2018 pour l’ensemble de la région. Le transport de marchandises par camions aux États-Unis (qui représente 70 % du fret domestique) se porte bien : ATA, l’association américaine de camionnage, estime que l’augmentation du volume de fret routier de 3,4 % par an entre 2018 par rapport à 2017 et elle estime que cette tendance devrait perdurer jusqu’en 2023.

En Europe, le secteur devrait subir la diminution de la croissance du PIB domestique. L’année 2018 a vu de nombreuses difficultés pour de nombreuses entreprises du secteur. Ce fut le cas par exemple pour l’entreprise irlandaise Ryanair : la hausse des prix du pétrole ainsi que les grèves des employés de la compagnie l’ont conduite à revoir à la baisse ses prévisions de profits. L’entreprise européenne Air France – KLM reflète bien notamment les difficultés liées à la forte concurrence dans l’aérien avec également une année difficile pour le groupe. Le sous-secteur du transport ferroviaire pourrait être marqué par une éventuelle fusion entre les groupes internationaux Alstom et Siemens, fondés respectivement en France et en Allemagne. À l’heure où nous publions cet article, la commission européenne semble avoir des réserves par rapport à cette fusion qui réduirait de fait la concurrence du secteur en Europe.

L’émergence de la classe moyenne en Inde et en Chine est favorable aux compagnies aériennes. En Chine, l’augmentation du revenu par habitant accroît le transport aérien domestique. Le secteur de l’aviation en Inde est en pleine croissance : IATA estime que le nombre de passagers devrait croître de 6,1 % par an sur les 20 prochaines années. En Inde, Le transport aérien de marchandises a crû de 16,9 % en 2017.

Les compagnies aériennes d'Amérique latine ont enregistré de bonnes performances en 2018 : le transport de passager a augmenté de 5,1 % de janvier à septembre 2018 en glissement annuel et le fret aérien (mesuré en tonnes-kilomètres) de 8,7 % sur la même période. En Argentine, le secteur a souffert d’une augmentation des coûts (+45 % entre janvier et septembre 2018) due à la dépréciation de la devise et à l’augmentation des cours du pétrole.

 

Dernière mise à jour : février 2019

Haut de page
  • English
  • Français