Liban

Asie

PIB / Habitant ($)
3 283,4 $
Population (en 2021)
6,6 Millions

Evaluation

Risque Pays
D
Climat des affaires
D
Précédemment :
D
Précédemment :
D

suggestions

Résumé

Points forts

  • Emplacement géopolitique stratégique, situé au carrefour de trois continents
  • Possibilité d'attirer une aide internationale en cas d'engagement du gouvernement dans des réformes
  • Potentiel gazier en offshore
  • Potentiel touristique

Points faibles

  • La défaillance d'un État souverain en mars 2020 rend problématique l'accès au financement extérieur, ce qui oblige à utiliser des réserves de change qui s'amenuisent.
  • Les banques commerciales restent insolvables en raison de la défaillance de l'État
  • La pénurie chronique de devises étrangères pèse sur les importations de carburant et de denrées alimentaires, contribuant à l'hyperinflation.
  • L'absence d'une base manufacturière diversifiée entraîne une dépendance à l'égard des importations.
  • Un bourbier politique persistant, avec des divisions confessionnelles, sectaires et familiales qui paralysent la scène politique et entravent les réformes.
  • Le Hezbollah chiite armé, contrôlé par l'Iran, est un État dans l'État, ce qui contribue à l'impasse politique et aux tensions avec Israël, avec lequel le Liban est toujours officiellement en état de guerre.
  • Environnement commercial faible avec des procédures juridiques médiocres, un système judiciaire sous influence, une forte perception de la corruption.
  • Perte d'une partie importante de l'infrastructure locale après l'explosion du port de Beyrouth en 2020
  • Difficulté à rétablir les flux touristiques en raison des tensions sociales résultant de la crise et des problèmes de sécurité qui dissuadent les visiteurs étrangers

Echanges commerciaux

Export des biens en % du total

Émirats arabes unis
21%
Europe
11%
Syrie
9%
Irak
5%
Égypte
4%

Import des biens en % du total

Europe 28 %
28%
Chine 14 %
14%
Turquie 12 %
12%
États-Unis d'Amérique 5 %
5%
Émirats arabes unis 4 %
4%

Perspectives

Cette rubrique est un véritable outil pour le directeur financier ou le credit manager dans l'entreprise. Elle informe sur les moyens de paiement à utiliser et sur la façon de mener des actions de recouvrement.

Toujours au bord du précipice

L'économie libanaise continuera de subir de fortes pressions malgré une modeste reprise de la croissance attendue en 2024, qui sera due en grande partie à des effets de base favorables. Mais la guerre entre le Hamas et Israël aura des effets dépressifs, principalement en raison de la baisse des recettes touristiques et des envois de fonds des expatriés (38 % du PIB à partir de 2022). Même si notre principale attente concernant l'ampleur de la guerre est qu'elle reste contenue dans la bande de Gaza, elle pèsera lourdement sur les recettes touristiques du Liban, qui ont augmenté d'environ 25 % en glissement annuel en 2023, car les problèmes de sécurité auront un impact sur la décision des touristes étrangers de visiter le pays et le nombre de vols sera réduit. La croissance de la consommation privée (environ 100 % du PIB), qui contribue traditionnellement le plus au PIB du Liban, restera faible en raison d'un manque de confiance et d'une inflation toujours élevée. L'étroitesse de la marge de manœuvre budgétaire pèsera sur la consommation publique (environ 15 % du PIB) et l'investissement (10 % du PIB). La faiblesse des infrastructures (approvisionnement limité en électricité par Electricité du Liban) et le mauvais environnement des affaires, dominé par un niveau élevé de corruption perçue et une bureaucratie pesante, auront un impact négatif sur l'investissement privé. Les exportations souffrent de l'instabilité régionale et de difficultés opérationnelles et logistiques persistantes. Les exportations de produits alimentaires et de boissons vers la Syrie restent limitées par une capacité de production restreinte. La crise économique actuelle, d'autre part, exerce une pression sur la demande intérieure, qui dépend fortement des importations, évitant ainsi que la contribution négative du commerce extérieur à la croissance ne s'accentue.

L'inflation restera extrêmement élevée en raison de l'absence de politique monétaire efficace, de la hausse des prix des denrées alimentaires (importées) et de la poursuite de la dépréciation de la livre : en août 2023, son taux officiel avait perdu environ 90 % depuis que l'économie a commencé à s'effondrer en octobre 2019, tandis que le taux Sayrafa administré par la banque centrale et utilisé pour les douanes et le taux parallèle étaient environ 6 fois plus élevés que le taux officiel. Le triplement des taxes douanières, des frais et des droits sur tous les biens importés en mars 2023 (les taxes douanières sont calculées à 45 000 livres libanaises pour un dollar, contre 15 000 livres pour un dollar auparavant) a également ajouté aux pressions inflationnistes, mais son impact s'estompera progressivement, ce qui ne sera pas le cas pour les pénuries de produits de base. L'incertitude politique persistante et l'augmentation du sentiment négatif due aux conditions de la guerre continueront à accroître la dollarisation. Dans ces conditions, et sans unification des taux de change, la politique monétaire devrait rester inefficace pour contrer l'inflation.

Des déficits jumeaux et un stock de dette insoutenables

Le déficit de la balance courante restera important, même s'il devrait se réduire en 2024 en raison d'une baisse de la demande intérieure et d'un gonflement du PIB. L'activité de production limitée pèsera sur les importations de biens intermédiaires et de biens d'équipement. En outre, l'inflation élevée et la pauvreté (80 % de la population) pèseront sur les importations de biens de consommation. Toutefois, le déficit des échanges de biens (environ 60 % du PIB) restera l'élément clé du niveau insoutenable du déficit de la balance courante, car l'excédent des échanges de services (environ 10 % du PIB) ne peut pas le compenser. Les envois de fonds, qui ont augmenté d'environ 1,5 % en glissement annuel en 2022 pour atteindre 6,4 milliards d'USD, devraient continuer à augmenter car la crise économique a provoqué un exode massif de travailleurs instruits et hautement qualifiés qui quittent le pays. Le déficit de la balance courante restera volatile et sera principalement financé par la diminution des réserves internationales de la banque centrale, qui s'élèveront à environ 15 milliards d'USD en mai 2023. Un niveau insoutenable du taux de change sur le marché parallèle entraînerait des interventions accrues de la Banque du Liban (BdL) sur sa plateforme de taux de change Sayrafa gérée, car elle cherche à les maintenir proches l'un de l'autre.

Les résultats budgétaires resteront médiocres en raison de la faible croissance et de l'absence de mise en œuvre des réformes fiscales. La masse salariale continuera de peser sur les finances publiques (environ 25 % des dépenses budgétaires totales). Cependant, en l'absence d'un budget 2023 ratifié, les dépenses fiscales resteront limitées à un douzième du montant annuel alloué dans le dernier budget approuvé, selon la Banque mondiale. De plus, l'effondrement des institutions limitera la capacité du gouvernement à dépenser. D'autre part, en l'absence de réformes de restructuration, la dette publique restera insoutenable, en partie financée par des subventions et des crédits nationaux.

La fragmentation de la scène politique pèsera sur les réformes

Le parlement fragmenté, un gouvernement attentif depuis les élections de 2022 et l'absence de président continueront à peser lourdement sur le processus de réforme. Le fait que la banque centrale soit dirigée par un gouverneur intérimaire continuera à peser sur l'efficacité de la politique monétaire. La dynamique politique du Liban continuera d'être influencée par des puissances régionales telles que l'Iran (par l'intermédiaire de son représentant local, le Hezbollah) et l'Arabie saoudite, ce qui peut exacerber les divisions internes et compliquer les efforts visant à trouver des solutions.

La guerre entre Israël et le Hamas devrait s'aggraver en raison de l'effondrement politique actuel, les autorités ayant indiqué qu'elles ne pouvaient pas exclure une escalade de la guerre. La situation dépendra de l'implication du Hezbollah dans le conflit. En outre, la situation politique et sécuritaire dans le Moyen-Orient élargi, en particulier dans la Syrie voisine, pourrait également avoir des répercussions sur la stabilité et la sécurité du Liban. Malgré la présence de la Force intérimaire des Nations unies au Liban (FINUL), les tensions récentes dans le sud du Liban pourraient s'aggraver au cours de la période à venir. La présence de nombreux réfugiés syriens met à rude épreuve les ressources et les infrastructures du Liban, entraînant des troubles sociaux et des difficultés économiques. Le financement insuffisant de la production d'électricité et des importations de denrées alimentaires contribue également au mécontentement social.

Dernière mise à jour : janvier 2024

Autres pays avec le même niveau de risque