News Coface, leader de l'assurance credit
07/01/2022
Risque pays et études économiques

Perspectives 2022 : la jungle de l'actualité économique à la loupe

Perspectives 2022 : l'actualité économique à la loupe

Par Christiane von Berg, économiste Coface pour l'Europe du Nord, basée à Mayence, Allemagne

L'automne 2020 n'était-il pas une belle époque ? Bien sûr, un grave blocage en Allemagne se profilait à l'horizon, mais il y avait des nouvelles prometteuses concernant des vaccins plus efficaces.

Nous, économistes, avons poussé un soupir de soulagement, pensant que nous aurions une vision beaucoup plus claire de l'avenir économique à l'automne 2021.C'était sans aucun doute une erreur. Pour citer le Faust de Goethe :

"Et ici, pauvre fou, avec toutes mes connaissances / Je me tiens là, pas plus sage qu'avant."

Actuellement, avec des nouvelles de dernière minute qui arrivent chaque jour, les perspectives économiques restent incertaines. Par conséquent, certaines prévisions deviennent obsolètes plus vite que vous ne pouvez dire "analyse du produit intérieur brut". Il est donc fort probable que les prévisions "audacieuses" de cet article ne resteront pas longtemps exactes - mais, au moins, l'aperçu suivant devrait apporter un peu plus de clarté dans la jungle des nouvelles économiques.

 

hiver 2021 en Allemagne : Où en sommes-nous et où allons-nous ?

Sur le plan économique, 2021 a été une année mitigée pour l'Allemagne, qui a commencé du mauvais pied : nous avons connu un confinement sévère jusqu'en avril avec de petites interruptions, puis des petites ouvertures à contre-coeur jusqu'en juin. Ce n'est qu'à partir de juillet 2021 que la vie normale est revenue. Mais d'ici là, la forte reprise de l'industrie manufacturière des derniers trimestres a été à nouveau ralentie par une grave pénurie d'intrants et des coûts de transport élevés.

Nous avons donc commencé l'année avec une contraction de 2 % du PIB au premier trimestre (T1) de 2021, suivie de deux trimestres de croissance modérément positive. Néanmoins, cela n'a pas suffi à ramener l'économie aux niveaux d'avant la crise : Au troisième trimestre 2021, nous étions encore 1,1 % en dessous du niveau de l'hiver 2019/20, et seule une croissance modérée est à prévoir pour les trimestres à venir également, en supposant qu'un verrouillage pour les personnes non vaccinées ne se transforme pas à nouveau en un verrouillage complet. L'économie allemande ne devrait pas redémarrer de façon notable avant le second semestre 2022, en supposant que la pénurie d'intrants se dissipe lentement et que le secteur manufacturier ne soit plus ralenti.

 

Tendances mondiales : La concurrence mondiale pour les biens

La pénurie mondiale d'intrants n'est pas tombée du ciel et, rétrospectivement (comme beaucoup de choses), elle n'a pas été une surprise. À l'échelle mondiale, la pandémie de Covid-19 a entraîné la plus grande récession depuis la Seconde Guerre mondiale. Ainsi, contrairement à la crise des marchés financiers de 2009, tous les pays du monde ont été touchés par la récession actuelle, et sont donc tous (plus ou moins) en phase de reprise depuis 2021. Cela signifie que la demande mondiale atteint un niveau historique - mais que l'offre de biens intermédiaires ne peut pas être étendue aussi facilement et aussi rapidement. En outre, l'offre elle-même se resserre en raison des restrictions actuelles liées au coronavirus, les progrès en matière de vaccination variant énormément d'une économie à l'autre. À cela s'ajoutent les phénomènes météorologiques extrêmes : inondations, sécheresses, incendies de forêt, etc. Et comme si cela ne suffisait pas, il y a les problèmes concernant le transport et la Chine.

Lire notre étude La reprise mondiale entravée par la perturbation des chaînes d'approvisionnement et l'inflation pour plus d'information.

 

La Chine a mis en place une politique de "zéro Covid" - en partie, pour ne pas compromettre les Jeux olympiques d'hiver de Pékin en février 2022. Dès que quelques cas de Covid-19 sont découverts, le gouvernement chinois impose un verrouillage de villes entières comptant des millions d'habitants, y compris leurs ports. Cela crée une congestion des porte-conteneurs, qui se poursuit ensuite globalement de port en port. Et lorsque l'équipage, bien que vacciné, est interdit de débarquement parce que son vaccin n'est pas accepté dans une région donnée (par exemple, les vaccins chinois dans l'Union européenne), cela rend difficile le déchargement des marchandises.

Enfin, la Chine a mis des bâtons dans les roues en rationnant l'énergie. D'une part, pour des raisons environnementales (le ciel de Pékin est censé être bleu pour les Jeux olympiques). D'autre part, c'est à cause des blocages de la production de charbon. Cela pèse sur la production industrielle en Chine, et par la suite sur toutes les industries et pays consommateurs. Cette pénurie d'intrants se poursuivra jusqu'à ce que la demande mondiale se calme et que l'offre soit à la fois stabilisée et élargie, ce qui entraînera une diminution de la pression sur les prix.

 

 

Marché du travail et inflation : la pression continue d'augmenter

Ce sont exactement ces deux aspects (pénurie de biens et pression sur les prix) que l'on retrouve dans l'économie allemande. Du côté du marché du travail, les choses vont relativement bien pour la République fédérale : le taux de chômage est revenu au niveau d'avant la crise en octobre 2021. Les licenciements ne se produisent que sporadiquement, mais constituent un problème persistant dans le secteur automobile, où la pénurie de puces informatiques paralyse les chaînes de montage pendant des semaines.

En outre, la grave pénurie de travailleurs qualifiés conditionne le marché de l'emploi et pourrait donc bientôt entraîner des revendications salariales plus élevées - surtout compte tenu du taux d'inflation actuel. Pour compenser cette seule situation, les salaires devraient augmenter de plus de 5 % par rapport à l'année précédente.

Plusieurs facteurs contribuent à l'inflation, notamment des effets temporaires comme la baisse de la TVA à partir de 2020 et la hausse de la taxe sur le dioxyde de carbone en janvier 2021, mais aussi le fait que les producteurs et les détaillants répercutent leurs coûts de production élevés sur les clients. Comme ce dernier phénomène ne s'estompe pas aussi rapidement, le taux d'inflation devrait en fait être supérieur à la moyenne annuelle en 2022 (3,3 % en 2022 après 3,1 % en 2021).

 

Politique monétaire : la BCE va-t-elle réagir ?

La Banque centrale européenne est très préoccupée par les taux d'inflation : si les prix à la consommation restent plus élevés pendant plus longtemps, les accords salariaux pourraient être particulièrement élevés, amorçant ainsi une spirale permanente de hausse des prix. La BCE serait alors contrainte de mettre en œuvre une politique monétaire moins expansionniste en réduisant ses achats d'obligations.

Cependant, il faudra probablement beaucoup de temps pour trouver une majorité pour cette décision. Il est plus probable que la BCE supprime l'inflation aussi longtemps que possible afin de renforcer les finances publiques de nombreux pays de la zone euro grâce à ses politiques. Ainsi, le taux de dépôt bas restera probablement inchangé en 2022.

 

Entreprises : tout est bien qui finit bien ?

En 2021, le "paradoxe" des faibles chiffres d'insolvabilité s'est poursuivi. Bien que les différents secteurs soient soutenus par l'État, les entreprises n'ont jusqu'à présent signalé aucun problème de paiement, et les enquêtes sur les paiements des entreprises montrent des taux d'insolvabilité en baisse. Ce phénomène se poursuivra probablement jusqu'à ce que le gouvernement mette fin à son intervention sur le marché. D'ici là, cependant, nous ne sommes pas sortis de l'auberge : bien que le nombre d'insolvabilités diminue, les pertes liées à l'insolvabilité augmentent. Mesuré en termes d'encours de passif des faillites (publié par l'Office fédéral de la statistique), l'Allemagne a atteint un niveau de 45,5 milliards d'euros en septembre 2021 (dernières données disponibles). C'est déjà plus que le total des passifs pour toute l'année 2020, et cela signifie que 2021 sera l'année "la plus chère" depuis 2009, car bien qu'il y ait peu d'insolvabilités en Allemagne, elles sont très importantes.  Pour l'instant, il n'y a pas de fin en vue pour cette tendance en 2022.

 

Cet article a été publié pour la première fois dans le numéro 4/2021 de Der CreditManager et a été mis à jour et traduit en français.

Contact


Pour nous écrire, nous poser une question, ou simplement pour vous informer :

Contactez-nous au
Tel. : +33 (0)1 49 02 20 00
 
Contact Journalistes :
 
Corentin HENRY
Corentin.Henry@coface.com
01 49 02 23 94
 
 
Taline SARKISSIAN
coface@rumeurpublique.fr
01 55 74 52 34

Haut de page
  • English
  • Français