Coface Group
Chimie

Chimie

Chimie
Amérique Latine
Amérique du Nord
Europe centrale et de l'est
Europe de l'Ouest
Asie
Moy-Orient & Turquie
Changer de secteur

Forces

  • Prix des principaux intrants demeurent bas historiquement
  • Demande américaine robuste
  • Chimie de spécialité est moins dépendante du cycle

Faiblesses

  • Pétrochimie fortement dépendante de la position dans le cycle
  • Surcapacité dans certains segments en Chine
  • Augmentation des capacités de production dans l’éthylène

Evaluation des risques

Les faits marquants
NAPHTHA AND ETHANE PRICES

NAPHTHA AND ETHANE PRICES

Les prix des principaux intrants de la production chimique (gaz naturel, naphta) ont augmenté en 2018, exerçant une pression sur les marges des entreprises du secteur, bien que le naphta ait atteint son plus bas niveau depuis huit ans. La faiblesse relative des prix du naphta continue d'offrir un certain répit aux producteurs européens. L'activité chimique dépendant de l'évolution du cycle économique a été en hausse, mais elle devrait décélérer en raison du ralentissement économique mondial. Les producteurs pétrochimiques américains continuent de bénéficier d'un accès à un gaz naturel relativement bon marché. Or, les prix de l'éthane aux États-Unis sont en hausse (+115 % à fin septembre depuis le début de 2018) en raison d'une demande accrue des produits issus de l'éthylène. Les bas prix du naphta aident également les producteurs chinois. Cependant, le développement des oléfines issues du charbon, encouragé par le gouvernement chinois en raison de son avantage en termes de coûts, a un prix élevé en termes de pollution générée.

Demande

La demande mondiale devrait augmenter en 2019, mais à un rythme plus lent en raison de perspectives économiques mondiales plus faibles.

En Europe de l'Ouest, l'activité chimique va se développer lentement en raison de la croissance économique modérée attendue (1,9 % en 2019 contre 2,2 % en 2018). Le chiffre d'affaires de l'industrie chimique européenne a progressé de 4 % en glissement annuel à fin août 2018, après avoir progressé de 7 % un an auparavant. Or, l’activité de la plupart des secteurs de l'industrie chimique devrait se maintenir grâce au secteur automobile, malgré les défis qu’il traverse.

La demande de produits chimiques en Amérique du Nord devrait continuer à croître en 2019, bien que nous prévoyions une croissance du PIB américain de 2,3 % (contre 2,9 % en 2018). Les ventes d'automobiles et les activités de construction auront un impact négatif sur la demande. Les ventes de véhicules légers en 2019 connaîtront une baisse attendue de 1 %, en raison de la hausse des taux d'intérêt, du prix des automobiles et de conditions d’octroi de crédit moins favorables. De plus, les constructeurs d'habitations sont prudents concernant l'accès à la terre, l'augmentation du coût des intrants et la hausse des prix de l’immobilier. La FED devrait continuer à relever ses taux en 2019, ce qui exercera une pression accrue sur les acheteurs de véhicules et de maisons et réduira les perspectives de l'industrie chimique.

La demande en Chine devrait être moindre en 2019, avec un taux de croissance du PIB plus faible en 2019 (+6,2 %) qu'en 2018 (6,6 %). La dette du secteur privé s'élevait à 261 % du PIB à la fin mars 2018, selon la Banque des règlements internationaux. Le secteur de la construction ne faisant pas exception, souffre d'une baisse d'activité qui se poursuivra en 2019. De plus, la construction présente le ratio le plus élevé de montants impayés ultra-longs dépassant 2 % du chiffre d'affaires annuel, selon l’enquête sur les délais de paiement en Chine de Coface de mars 2018. Un autre secteur client important, l’automobile, ne se porte pas bien non plus, avec une décélération des ventes de véhicules : elles n'atteignent que +0,6 % à fin septembre 2018, après avoir atteint 4,46 % un an auparavant. L'indice Caixin/Markit des directeurs d’achat (indiquant les activités des usines chinoises) à fin septembre 2018 montre que la croissance des commandes a stagné en raison d’une demande externe moindre.

Offre

L’évolution des prix du pétrole brut et du gaz naturel, notamment à la hausse, pourraient avoir une incidence sur les marges des producteurs chimiques.

Une croissance économique européenne plus faible (+1,9 % en 2019 après +2,1 % en 2018) et un prix moyen du Brent plus élevé en 2019 (75 USD le baril) pourraient avoir un impact négatif sur les marges des entreprises chimiques. Les prix moyens mensuels du naphta à fin septembre ont augmenté de 17 % depuis le début de 2018 (675 USD par tonne contre 576 USD/t). Le prix de la matière première précitée est fortement corrélé au prix du brut puisqu'il en est dérivé et qu'il est largement utilisé dans l'industrie pétrochimique européenne. Les marges bénéficiaires nettes des producteurs chimiques européens ont atteint 8,5 % en 2018 (contre 7,7 % en 2017). Toutefois, la pétrochimie a mieux résisté que la chimie de spécialité (dont seule la fonction importe, et non la composition), indiquant que les marges ont été stimulées par les faibles prix des intrants bruts, comme le naphta. Enfin, la volatilité des prix du pétrole est élevée, ce qui se traduit par une plus grande volatilité des prix du naphta, augmentant les risques pour les entreprises chimiques.

Il est peu probable que la demande intérieure américaine en 2019 offre des débouchés aux producteurs américains d'éthane, comme ce fut le cas dans le passé, car ils perdent de la compétitivité par rapport à ceux qui utilisent du naphta. L'évolution du prix de l'éthane à Mont Belvieu a été de 42 cents le gallon en septembre 2018, contre 19,55 cents le gallon au début de l'année, soit une hausse de 115 %). Les producteurs pétrochimiques perdent une partie de l'avantage concurrentiel qu'ils avaient par rapport aux producteurs européens en raison du large accès à l'éthane bon marché provenant des hydrocarbures de schiste. De plus, l'accumulation de la capacité de production d'éthylène exerce une pression pour rechercher des acheteurs à l'étranger, notamment en Chine. Dans le même temps, la guerre commerciale actuelle touche une grande partie des produits chimiques : la Chine applique des droits de douane allant de 5 % à 25 % à la majorité des produits liés à l'éthylène. Les produits américains à base d'éthylène se dirigeront donc probablement vers d'autres régions comme l'Europe, l'Amérique latine ou l'Asie du Sud, car les négociants chinois achèteront davantage de produits du Moyen-Orient ou de Singapour.

La production chimique chinoise est en baisse de 1,9 % sur un an à fin septembre 2018. Après avoir atteint 7,3 % en 2018 (contre 7,6 % un an auparavant), la marge bénéficiaire nette des entreprises chinoises reste inférieure à celle européenne. De nombreux sous-secteurs sont paralysés par des surcapacités nuisant à leur rentabilité. C’est le cas du polychlorure de vinyle (PVC), et du méthanol. De plus, cette technologie nécessite une consommation importante d'eau et de capitaux, entraînant de graves impacts environnementaux. Cependant, les autorités centrales semblent abandonner leur ancien plan, en raison de ses effets polluants, qui consistait à encourager ce type de technologie.

 

Dernière mise à jour : février 2019

Haut de page
  • English
  • Français