Côte d'Ivoire

Afrique

PIB / Habitant ($)
2 473,0 $
Population (en 2021)
28,4 Millions

Evaluation

Risque Pays
B
Climat des affaires
B
Précédemment
B
Précédemment
B

suggestions

Résumé

Points forts

  • Multiples ressources : cacao (1er producteur mondial), caoutchouc, noix de cajou, banane, or, manganèse, nickel, hydroélectricité, pétrole et gaz, tourisme
  • Appartenance à l'UEMOA et monnaie régionale
  • Classe moyenne en expansion, mais la pauvreté touche encore 30% de la population et le travail des enfants n'a pas été éradiqué
  • La réconciliation entre anciens poids lourds politiques et leur effacement progressif de la scène sont un gage de stabilité, car pansant les blessures des deux guerres civiles des années 2002-2011

Points faibles

  • Vulnérabilité au climat et au prix du cacao, principale exportation
  • Des lacunes dans la gestion et les institutions publiques, les infrastructures, l'accès au crédit et la formation professionnelle
  • Faibles recettes publiques (environ 15% du PIB)
  • Informalité massive : 90 % des emplois et 70 % de la valeur ajoutée; la production illégale de cacao nuit à son prix
  • Ecart de richesse entre Abidjan et le reste du pays, fragile cohésion sociale
  • Menaces djihadistes sur la frontière nord

Echanges commerciaux

Export des biens en % du total

Europe
32%
États-Unis d'Amérique
7%
Vietnam (République socialiste du)
6%
Suisse
5%
Mali
5%

Import des biens en % du total

Europe 26 %
26%
Chine 16 %
16%
Nigéria 13 %
13%
Inde 5 %
5%
États-Unis d'Amérique 4 %
4%

Perspectives

Cette rubrique est un véritable outil pour le directeur financier ou le credit manager dans l'entreprise. Elle informe sur les moyens de paiement à utiliser et sur la façon de mener des actions de recouvrement.

Dynamisme économique soutenu par une véritable stratégie industrielle

La croissance économique s’est inscrite au-dessus des 6% en 2023, principalement tirée par la consommation privée, en lien avec les mesures de soutien au pouvoir d’achat, la multiplication des plans de développement industriel (agro-industrie, chimie-plasturgie, matériaux de construction, pharmacie, industrie textile, emballages et pièces de recharge et automobile), ainsi que la production agricole, en particulier le cacao dont le prix garanti par le gouvernement a été revalorisé pour la campagne 2022-2023. En 2024, l’activité économique devrait rester dynamique, toujours soutenue par l’essor des activités industrielles, mais aussi la modération de l’inflation, avec un retour prévu en dessous de l’objectif régional de 3%, ainsi qu’une amélioration de la demande mondiale. Les investissements publics resteront importants, en particulier dans les infrastructures et équipements collectifs, dans le cadre du Plan national de développement (PND, 2021-2025) (extension du port d’Abidjan, construction d’un métro à Abidjan …). Ces projets du PND, ainsi que les réformes du programme PEPITE (Programme économique pour l’innovation et la transformation des entreprises) visant à améliorer l’environnement des affaires et à promouvoir le développement des chaînes de valeur dans une quinzaine de secteurs (simplification du système de taxation des entreprises, financement pour les PME, création de nouvelles zones industrielles notamment autour de la transformation du cacao, de l’anacarde, du caoutchouc et des minerais) soutiendront l’investissement privé, malgré les conditions de financement dégradées par les politiques monétaires restrictives. La tenue de la Coupe d’Afrique des nations de football début 2024, a permis de soutenir le secteur de la construction en 2023 en raison des besoins en infrastructures importants, et devrait porter le secteur touristique et, indirectement, la consommation, l’année prochaine, alors que le gouvernement a lancé un nouveau programme « Sublime Côte d’Ivoire » (coût de 3,2 milliards de FCFA) destiné à développer davantage ce secteur. Le commerce extérieur bénéficiera de la hausse de la production pétrolière et gazière en raison de la récente mise en exploitation par le groupe italien ENI d’un important gisement off-shore (projet Baleine). Le lancement de la production a commencé en 2023 et devrait s’intensifier en 2024. La croissance économique de la Côte d’Ivoire devrait donc être nettement plus dynamique que celle de la moyenne des pays d’Afrique Sub-saharienne en 2024.

Une légère réduction à venir des déficits jumeaux

Si le déficit public doit se réduire progressivement, il restera au-dessus de la cible de 3% du PIB, préconisée par l’Union économique et monétaire ouest-africain (UEMOA) en 2023 et 2024. En effet, afin d’atténuer l’impact de la hausse des prix sur le pouvoir d’achat des ménages, les dépenses sociales sont restées importantes en 2023. Néanmoins, elles devraient décliner en 2024 en raison de la réduction des tensions inflationnistes et de la volonté de l’état de remplacer les subventions (sur les produits alimentaires et les carburants principalement) par des aides financières ciblant les ménages les plus modestes. Cependant, les nombreux plans d’investissement public continueront d’alimenter les dépenses, alors que le pays rencontre encore des difficultés à mobiliser des ressources fiscales, bien que des nouvelles mesures soient mises en place. En effet, l’assiette fiscale devrait s’élargir en lien avec le nouveau programme du FMI, approuvé en mai dernier, s’étalant sur 40 mois, assorti d’un crédit de 3,5 milliards de dollars (dont 495 millions immédiatement versés), qui vise, entre autres, à améliorer l’environnement des affaires en réduisant les formalités administratives, en simplifiant l’impôt sur les sociétés et en luttant contre la corruption et l’informalité, ce qui devrait augmenter la fiscalité directe. Les revenus de l’Etat devraient donc progresser en 2024 et atteindre 16% du PIB, un niveau qui reste néanmoins bien inférieur aux 20% recommandés par l’UEMOA. L’endettement extérieur (36% du PIB à fin 2022), notamment les financements multilatéraux (29% de la dette extérieure, à comparer aux 52% et 16% représentés respectivement par les créanciers commerciaux et bilatéraux) sera privilégié à l’endettement domestique (21% du PIB), composé essentiellement de titres en franc CFA relativement coûteux émis sur le marché régional. La croissance élevée et la diminution du déficit devrait enfin permettre une réduction du poids de la dette, dont la part domestique a considérablement augmenté depuis 2019. Par ailleurs, alors que les perspectives d’inflation s’améliorent, la banque centrale régionale (BCEAO), dans le sillage de la Banque centrale européenne, pourrait stopper le resserrement de sa politique monétaire en 2024, stabilisant ainsi les intérêts de la dette, alors qu’ils absorbent une part importante des recettes publiques (15%).

La balance courante a de nouveau enregistré un déficit important en 2023, bien qu’une réduction soit attendue pour 2024. La mise en service du nouveau gisement de pétrole et de gaz (gisement offshore Baleine) allégera la facture des importations, tandis que les recettes d’exportations devraient augmenter en lien avec l’exploitation de nouvelles mines d’or, encouragée par le maintien des prix mondiaux à un niveau très élevé. Néanmoins, les importations devraient rester importantes en liaison avec le besoin élevé en biens d’équipement nécessaires aux investissements. L’excédent de la balance commerciale sera plus que contrebalancé par l’important déficit des services, liés à la construction et au secteur des hydrocarbures, ainsi que par le déficit du compte des revenus, avec le rapatriement des revenus des investisseurs étrangers. Le déficit courant sera plus financé par le recours à l’endettement multilatéral, moins onéreux que l’émission d’eurobonds, ainsi que par le regain attendu des flux d’IDE en 2024, majoritairement à destination des secteurs minier et des hydrocarbures, alors que de nombreux pays européens cherchent des alternatives au gaz et au pétrole russe.

Le parti au pouvoir conserve son avance lors des différentes élections

Réélu en 2020 pour un troisième mandat controversé, le président Alassane Ouattara, au pouvoir depuis 2011, n’a cessé de renforcer sa position lors des différentes élections. En effet, son parti, le Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP) a conservé sa majorité aux élections législatives de mars 2021 en remportant 137 des 255 sièges de l’Assemblée nationale. De plus, les élections municipales et régionales de septembre 2023, se sont soldées par une large victoire du parti RHDP. Celui-ci a remporté au moins 123 des 201 communes et 25 des 31 régions (soit 31 communes et 7 régions de plus que lors des élections locales en 2018), permettant ainsi d’évaluer la force politique du parti à l’approche de la présidentielle de 2025. Après les épisodes de fortes violences post-électorales de 2020, les tensions politiques se sont apaisées entre le Président Ouattara et ses opposants, en partie grâce à la mise en œuvre des réformes convenues en 2020 (réorganisation de la commission électorale, processus d’indemnisation des victimes des violences électorales). Si le climat sociopolitique s’améliore, le climat sécuritaire reste dégradé au nord du pays. La menace terroriste djihadiste, le long des frontières nord avec le Burkina Faso et le Mali est toujours importante, malgré la mise en place par le gouvernement d’un programme de prévention des risques terroristes. Le gouvernement ivoirien a également sollicité l’appui des autres Etats côtiers ainsi que des Etats-Unis et de la France. Un accord de coopération militaire et de partage de renseignement a été conclu en 2017 avec les pays voisins (le Bénin, le Burkina Faso, le Ghana et Togo). Par ailleurs, la France a réaffirmé son engagement début 2023 envers la Côte d’Ivoire, membre depuis 2017 du programme de l’Académie internationale de lutte contre le terrorisme (AILCT). De l’autre côté de l’Atlantique, les Etats-Unis ont annoncé une aide de long terme (100 millions de dollars sur 10 ans) pour renforcer la résilience des régions côtières d’Afrique de l’Ouest.

Dernière mise à jour : octobre 2023

Autres pays avec le même niveau de risque

  • Bulgarie

     

    B B

  • Pérou

     

    B B

  • Rwanda

     

    B B

  • Chine

     

    B B

  • Italie

     

    B B

  • Sénégal

     

    B B

  • Cap Vert

     

    B B