Philippines

Asie

PIB / Habitant ($)
3 623,6 $
Population (en 2021)
111,6 Millions

Evaluation

Risque Pays
A4
Climat des affaires
B
Précédemment
A4
Précédemment
B

suggestions

Résumé

Points forts

  • Population importante, jeune (50 % a moins de 25 ans), qualifiée et maîtrisant bien l'anglais
  • Accords de libre-échange multilatéraux (RCEP, ASEAN) et bilatéraux. En négociation avec l'UE
  • Diverses origines géographiques et sectorielles des envois de fonds des travailleurs expatriés (8 % du PIB en 2022)
  • Secteur florissant de l'externalisation des processus métiers (BPO)
  • Réduction de la pauvreté (programme Pantawid Pamilyang Pilipino)
  • Secteur touristique dynamique avec de nombreux atouts

Points faibles

  • Niveaux d'infrastructure inadéquats, faibles recettes fiscales (environ 16 % du PIB)
  • Déficiences en matière de gouvernance et niveau de corruption élevé selon l’indice de la perception de la corruption (classé 116ème sur 180 pays en 2022)
  • Faible diversification de la production manufacturière, dépendance à l'égard des importations d'énergie et de biens d'équipement entraînant un déficit commercial très important
  • Valeur ajoutée des exportations limitée
  • Niveaux élevés d'inégalité des revenus, sous-emploi conduisant à l'expatriation
  • Tensions accrues avec la Chine dans la mer de Chine méridionale
  • Secret bancaire strict et casinos qui facilitent le blanchiment d'argent
  • Pays exposé aux catastrophes naturelles (typhons)
  • Terrorisme dans le sud du pays
  • Querelles entre les clans politiques et les grandes familles qui les personnalisent

Echanges commerciaux

Export des biens en % du total

États-Unis d'Amérique
16%
Japon
14%
Chine
14%
Hong Kong
13%
Europe
10%

Import des biens en % du total

Chine 20 %
20%
Indonésie 9 %
9%
Japon 9 %
9%
Corée du Sud 9 %
9%
États-Unis d'Amérique 6 %
6%

Perspectives

Cette rubrique est un véritable outil pour le directeur financier ou le credit manager dans l'entreprise. Elle informe sur les moyens de paiement à utiliser et sur la façon de mener des actions de recouvrement.

L'économie philippine va continuer à être confrontée à des vents contraires

La dynamique économique restera quasiment inchangée en 2024, affichant un taux plus modéré que ceux affichés dans les années pré-pandémiques (6,5 % en moyenne sur 2015-2019). Sur le front extérieur, une modeste amélioration des exportations (28 % du PIB en 2022) est attendue, après avoir reculé de 8,4 % en glissement annuel au cours des onze premiers mois de 2023. L'électronique, qui représente environ 60 % des exportations de biens du pays, pourrait cesser de décliner, avec des signes d'une reprise naissante de la demande mondiale de TIC dans la seconde moitié de 2023. Toutefois, comme les Philippines exportent principalement des puces à faible valeur ajoutée, pour lesquelles la demande est restée atone, l'amélioration devrait être limitée. En outre, il est peu probable que l'on assiste à un rebond marqué des exportations globales, car l'économie mondiale - notamment les deux principaux marchés d'exportation, à savoir les États-Unis et la Chine - devrait afficher une croissance économique plus lente. Parallèlement, la reprise continue du tourisme (10 % du PIB) soutiendra les exportations de services. Le nombre de touristes internationaux en 2023 représentait 61% des niveaux observés en 2019, alors qu'il n'était que de 25% un an plus tôt. Sur le plan intérieur, la demande devrait continuer à être affaiblie, au moins dans la première partie de l'année, par les taux d'intérêt élevés. Le resserrement monétaire agressif opéré par la BSP - augmentation de 450 points de base du taux directeur de mai 2022 à fin 2023 - continuerait à ralentir la consommation privée (76 % du PIB) et la croissance de l'investissement. Alors que la banque centrale devrait pivoter au cours de l'année, les risques liés aux tensions géopolitiques et aux conditions météorologiques affectant les prix des denrées alimentaires - l'alimentation représente près de 35 % du panier de consommation - pourraient se traduire par une inflation toujours supérieure à l'objectif au premier semestre, l'empêchant de réduire activement ses taux directeurs. En particulier, les prix du riz et du sucre pourraient augmenter davantage en raison de la baisse des récoltes mondiales due à El Nino. Les conditions météorologiques nationales - avec plusieurs typhons en 2023 - devraient également entraver les récoltes du pays en 2024, notamment pour le riz et le maïs. Cette situation aggravera les difficultés des agriculteurs, qui devront probablement faire face à des prix d'engrais toujours élevés. La consommation privée continuerait toutefois d'être tirée par l'amélioration du marché du travail, le taux de chômage étant déjà inférieur à celui d'avant la pandémie (4,2 % en octobre 2023 contre 5,1 % en moyenne en 2019). La vigueur des envois de fonds des travailleurs émigrés la soutiendrait également. Quant à l'investissement privé, bien qu'il soit également touché par les taux d'intérêt élevés et découragé par les lacunes en matière de gouvernance, il devrait être soutenu par des incitations fiscales visant à attirer les investissements étrangers. Parallèlement, le programme d'infrastructure Build Better More stimulera l'investissement public. Ce dernier pourrait néanmoins être affecté par le refroidissement des relations avec la Chine, qui devrait financer certains projets.

Pas de risques majeurs liés aux déséquilibres jumeaux

Le déficit du budget public devrait continuer à se réduire progressivement en 2024. La poursuite d'une croissance économique dynamique et les efforts déployés pour augmenter les recettes stimuleraient la collecte des impôts publics. Ces efforts comprendraient une taxe d'accise sur les plastiques à usage unique, une taxe sur la valeur ajoutée sur les services numériques, et une augmentation de la redevance sur les véhicules à moteur et de la taxe sur l'utilisation des routes. La réforme des pensions militaires témoigne également de la volonté du gouvernement de limiter les dépenses. Tout cela compensera un budget plus élevé, toujours axé sur l'éducation, la santé et les infrastructures, et qui continue d'inclure des mesures visant à limiter l'effet des prix élevés des produits de base sur la population (par le biais de bons d'achat et de tarifs d'importation réduits). Par conséquent, le ratio dette publique/PIB n'augmenterait que légèrement en 2024. Le profil de risque de la dette est limité par la part relativement faible des financements en devises étrangères (environ 32 %).

En ce qui concerne les comptes extérieurs, le déficit courant devrait se réduire légèrement, le déficit de la balance des biens restant substantiel car les exportations ne connaîtraient pas de rebond marqué. En revanche, l'excédent des services devrait augmenter grâce à la reprise du tourisme et au dynamisme des activités de BPO dans un contexte de délocalisation de la Chine. La vigueur des envois de fonds des travailleurs émigrés, qui sont de plus en plus nombreux à travailler à l'étranger (+7,6 % en 2022), contribuerait également à limiter le déficit de la balance des opérations courantes. Les investissements étrangers, principalement sous la forme d'IDE en provenance du Japon et de Singapour, pourraient ne pas couvrir entièrement le déficit courant, ce qui pèserait sur les réserves internationales. Celles-ci restent néanmoins à des niveaux confortables, représentant 7,5 mois d'importations en novembre 2023.

Eloignement vis-à-vis de la Chine

Ferdinand Marcos Junior, le fils du dictateur homonyme qui a dirigé le pays pendant 20 ans à partir de 1965, est président depuis mai 2022. Avec Sara Duterte comme candidate à la vice-présidence, il a remporté une nette victoire - avec 59 % des voix, le score le plus élevé depuis le règne de son père - amenant pour la première fois son Partido Federal ng Pilipinas fédéraliste au pouvoir, et ses alliés, à la tête des deux chambres du Congrès. Néanmoins, certains développements politiques au cours du second semestre 2023 pourraient suggérer des tensions dans la coalition entre le camp du président et celui de l'ancien président Duterte. L'un d'entre eux est le revirement de Marcos par rapport à la position dure de son prédécesseur contre la Cour pénale internationale (CPI), qui enquête sur la guerre sanglante contre la drogue menée par M. Duterte. Comme l'enquête concerne également la vice-présidente Sara Duterte, qui était maire de Davao à l'époque, elle pourrait conduire à sa destitution. Alors que Rodrigo Duterte a amélioré les relations diplomatiques du pays avec Pékin, les tensions entre les deux pays se sont accrues depuis l'élection de Marcos, dans un contexte d'intensification de la rivalité entre les États-Unis et la Chine. Après que les Philippines ont accordé aux forces américaines l'accès à quatre nouvelles bases militaires du pays au début de 2023, l'année s'est terminée par une collision entre des navires philippins et chinois près d'un haut-fond contesté dans la mer de Chine méridionale.

Dernière mise à jour : avril 2024

Autres pays avec le même niveau de risque

  • Maurice

    Amélioration récente

    B A4

  • Uruguay

     

    A4 A4

  • Botswana

     

    A4 A4

  • Lituanie

     

    A4 A4

  • Lettonie

     

    A4 A4

  • Koweït

     

    A4 A4

  • Pologne

     

    A4 A4

  • Roumanie

    Amélioration récente

    B A4