Coface Group
Koweït

Koweït

Population 4,8 millions
PIB par habitant 28 500 $US
A4
Evaluation des risques pays
A3
Environnement des affaires
Changer de pays
Comparer les pays
Vous avez déjà sélectionné ce pays.
0 pays sélectionnés
Vider
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Comparer

Synthèse

principaux Indicateurs économiques

  2018 2019 2020 (e) 2021 (p)
Croissance PIB (%) 1,2 0,4 -8,1 0,6
Inflation (moyenne annuelle, %) 0,6 1,1 1,0 2,6
Solde public / PIB (%) 9,0 5,4 -8,5 -10,7
Solde courant / PIB (%) 14,5 9,4 -6,8 -2,8
Dette publique / PIB (%) 14,8 11,8 19,3 36,6

(e) : Estimation (p) : Prévision

POINTS FORTS

  • Importantes réserves financières pour compenser l’impact du faible prix de l’énergie sur l’économie
  • Niveau de vie élevé
  • Système bancaire solide

POINTS FAIBLES

  • Forte dépendance à l’égard du pétrole et des dépenses publiques, lenteur des efforts en matière de diversification économique
  • Retard pris par le Parlement pour adopter la loi sur la dette publique
  • Situation de blocage permanente entre le gouvernement et le pouvoir législatif dominé par l’opposition
  • Bureaucratie lente
  • Grande dépendance à l’égard des travailleurs expatriés (70 % de la population)

Appréciation du risque

Les réductions de production moins fortes décidées par l’OPEP soutiendront l’activité économique

Après avoir enregistré une forte contraction en 2020, l’économie koweïtienne devrait se redresser légèrement en 2021 grâce à des effets de base favorables, à la hausse des prix du pétrole et aux réductions de production de pétrole moins fortes décidées par l’OPEP+. Le redressement du secteur pétrolier, qui représente environ 40 % du PIB, sera essentiel pour que la croissance redevienne positive. L’augmentation du volume de la production mondiale en 2021 augmentera la demande extérieure pour les exportations du Koweït, puisque le pétrole représente 90 % des exportations du pays. En conséquence, les exportations nettes devraient contribuer positivement à la croissance en 2021. La remontée du prix du pétrole devrait également soutenir l’activité non pétrolière, qui devrait être par ailleurs stimulée par des mesures de distanciation sociale plus souples en l’absence d’un deuxième confinement. D’autre part, les services, qui pèsent autant que le pétrole dans le PIB, devraient afficher une timide reprise en raison de la faiblesse de l’immobilier et des services publics. L’application de la TVA en 2021 ne devrait pas entraver la demande privée, car le gouvernement s’est montré réticent à réduire les prestations sociales et les subventions octroyées aux travailleurs. Néanmoins, les investissements pourraient stagner en raison de la faible productivité, de la lenteur de la bureaucratie et des contraintes liées à la main-d’œuvre.

 

Risque de manquer de liquidités malgré de solides réserves financières

Le Koweït dispose de très grandes réserves financières grâce aux immenses actifs de son Fonds de réserve général (GRF) géré au sein de son fonds souverain (Kuwait Investment Authority), dont les actifs et les revenus peuvent servir à financer le déficit budgétaire. Outre le GRF, la KIA gère, pour le compte de l’État du Koweït, le Fonds pour les générations futures (FGF) du Koweït ainsi que d’autres fonds. En juin 2019, le FMI estimait que l’ensemble des actifs du GRF et l’ensemble de ses actifs liquides représentaient respectivement 56 % et 24 % du PIB. Cependant, l’utilisation de ces fonds pour financer les déficits a encouragé des déséquilibres budgétaires plus importants, ce qui a entraîné une augmentation des besoins de financement. En raison de l’absence de loi sur la dette publique (qui permettrait au gouvernement de recourir aux marchés internationaux de la dette) et de l’augmentation des pressions budgétaires, le risque de liquidité du gouvernement augmentera au cours de la période à venir. L’approbation par le Parlement de la loi mettant fin au transfert automatique de 10 % des recettes annuelles de l’État au FGF contribuerait également à l’épuisement de ces ressources. Bien que le prix du pétrole doive augmenter en 2021, il semble peu probable qu’il dépasse le niveau correspondant au seuil de rentabilité budgétaire du Koweït, estimé à 65,7 dollars le baril en 2021. En outre, comme près de 70 % des dépenses publiques totales sont liées aux salaires et aux subventions, le manque de productivité et les distorsions du marché du travail persisteront. Pourtant, malgré la récente détérioration de la situation de sa trésorerie, le Koweït ne devrait pas être confronté à des difficultés budgétaires majeures grâce aux importantes réserves dont il dispose. Le total des actifs de la KIA et des réserves de la banque centrale est estimé à 435 % du PIB du Koweït. La balance des comptes courants devrait rester déficitaire, bien qu’à un niveau moindre, en phase avec la baisse des exportations de pétrole (près de 90 % du total des exportations de marchandises) en raison de la diminution des prix et de la production du pétrole, ainsi que de l’augmentation des importations.

 

Les politiques intérieure et régionale dominent la scène politique

Le Koweït est une monarchie qui dispose d’un Parlement élu et d’un gouvernement nommé. Les élections à l’Assemblée nationale qui se tiendront au dernier trimestre 2020 ne devraient pas réduire les tensions entre le cabinet et le Parlement. En septembre 2020, après le décès de l’émir du Koweït, Cheikh Sabah Al-Ahmed Al-Sabah, à l’âge de 91 ans, le prince héritier Cheikh Nawaf Al-Ahmed Al-Sabah a été proclamé nouvel émir. Il devrait nommer un prince héritier qui devrait jouer un rôle plus important dans la gestion quotidienne du pays. Les questions les plus difficiles auxquelles l'administration sera confrontée au cours de la période à venir seront probablement liées à la pression budgétaire croissante et à une nouvelle loi sur la dette publique. L’émir devra également relever le défi d’établir des relations avec Israël en suivant les traces de ses voisins tels que les Émirats arabes unis et le Bahreïn, une décision susceptible d’être très impopulaire au sein de la population. Une autre question sera de savoir si le Koweït continuera à rester impartial dans le blocus imposé par l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis et Bahreïn à l’encontre du Qatar.

 

Dernière mise à jour : Février 2021

Haut de page
  • English
  • Français