Viêt Nam (République socialiste du)

Asie

PIB / Habitant ($)
4 086,5 $
Population (en 2021)
99,5 Millions

Evaluation

Risque Pays
B
Climat des affaires
B
Précédemment
B
Précédemment
B

suggestions

Résumé

Points forts

  • L'une des économies à la croissance la plus rapide de la région
  • Bénéficiaire de la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine, ainsi que des stratégies de ‘de-risking’
  • Grand réservoir de main-d'œuvre et faibles coûts salariaux
  • Stratégie de développement basée sur la montée en gamme de la production et la diversification de la chaussure, de l'habillement et du mobilier vers l'électronique : l'industrie manufacturière représente 25 % du PIB
  • Développement de la production de poissons et de crustacés
  • Secteur touristique dynamique
  • Fort potentiel agricole
  • Bonne dotation en ressources naturelles, notamment en métaux, terres rares, et énergie
  • Fortement intégré dans le commerce mondial (18 accords de libre-échange multilatéraux et bilatéraux)

Points faibles

  • Lacunes affectant le climat des affaires, liées à la transparence des données, à la perception de la corruption et une bureaucratie encore pesante
  • Dépendance à l'égard des chaînes d'approvisionnement de la Chine, notamment dans le secteur de l'électronique
  • Réformes incomplètes du secteur public, avec un niveau élevé d'endettement des entreprises publiques
  • Pénurie de travailleurs qualifiés
  • Dépendance vis-à-vis du charbon (45% de l’énergie consommé en 2022)
  • Absence de grandes entreprises vietnamiennes
  • Infrastructures insuffisantes
  • Inégalités croissantes
  • Fragilité du système bancaire

Echanges commerciaux

Export des biens en % du total

États-Unis d'Amérique
30%
Chine
16%
Europe
11%
Corée du Sud
7%
Japon
7%

Import des biens en % du total

Chine 34 %
34%
Corée du Sud 18 %
18%
Japon 7 %
7%
Taïwan (République de Chine) 6 %
6%
États-Unis d'Amérique 4 %
4%

Perspectives

Cette rubrique est un véritable outil pour le directeur financier ou le credit manager dans l'entreprise. Elle informe sur les moyens de paiement à utiliser et sur la façon de mener des actions de recouvrement.

Les exportations et les politiques intérieures accommodantes stimulent la croissance

La croissance a sensiblement ralenti en 2023 en raison de la baisse des exportations affectant le secteur manufacturier et d'une consommation privée intérieure plus faible. En 2024, l'activité économique devrait s'accélérer grâce à de meilleures perspectives d'exportation et à des politiques fiscales et monétaires favorables. Bien que le ralentissement de la croissance économique mondiale - notamment aux États-Unis (29,5 % des exportations de biens) et en Chine (15,6 %) - devrait continuer à peser sur les exportations vietnamiennes, y compris celles de vêtements et de chaussures (13,2 % des exportations totales de biens), il est peu probable qu'elles continuent à diminuer. Un effet de base favorable devrait soutenir la croissance des exportations après avoir chuté l'année précédente (-4,6 % en glissement annuel en 2023). En outre, les signes de reprise de la demande mondiale d'électronique pourraient également aider, dans la mesure où les téléphones représentent à eux seuls 15 % des exportations totales. Cela soutiendrait à son tour l'activité manufacturière - dont la valeur ajoutée augmentera de 3,6 % en 2023, soit la croissance la plus faible depuis plus de dix ans - et pourrait améliorer la confiance des consommateurs, le secteur manufacturier employant un cinquième de la main-d'œuvre. La poursuite de la reprise du tourisme (6,8 % du PIB et 8,9 % de l'emploi en 2019) y contribuera également. L'amélioration des conditions du marché du travail devrait soutenir la consommation privée (56 % du PIB) parallèlement à des politiques expansionnistes, telles que l'extension de la réduction de 2 points de pourcentage de la TVA à 8 % jusqu'à la mi-2024 et une politique monétaire toujours accommodante dans un contexte d'inflation raisonnable. Après avoir baissé ses taux directeurs à plusieurs reprises en 2023 pour soutenir l'activité économique (le taux de refinancement a été ramené de 6 % à 4,5 %, par exemple), la Banque d'État du Vietnam devrait conserver son statu quo tout au long de l'année 2024. L'investissement privé domestique devrait également bénéficier de la politique de la banque centrale. Cependant, l'investissement direct étranger, qui a augmenté de 5 % en moyenne sur la période 2018-2022 dans le contexte de diversification de la chaîne d'approvisionnement mondiale, pourrait ralentir en raison de l'adoption de l'impôt minimum mondial sur les sociétés. Bien que l'impôt sur le revenu des sociétés au Vietnam ait déjà été fixé à 20 % - plus élevé que le taux d'imposition mondial des sociétés de 15 % - le pays a offert des taux effectifs inférieurs aux grands investisseurs étrangers. La construction (6,5 % du PIB) devrait rester tirée par les investissements publics liés aux infrastructures et par l'immobilier commercial, tandis que le secteur de l'immobilier reste à risque en raison d'une politique de répression ciblant les pratiques de financement de certains promoteurs.

L'excédent courant alimente la faiblesse des réserves internationales

La politique budgétaire s'est assouplie en 2023, avec des réductions et des reports d'impôts ainsi qu'une augmentation des salaires dans la fonction publique, puis a été gelée depuis 2019. Alors que l'orientation budgétaire devrait continuer à soutenir la croissance en 2024, le déficit pourrait se réduire grâce à une plus grande collecte de recettes publiques résultant d'une croissance économique plus rapide ainsi que de l'impôt complémentaire pour les sociétés multinationales. La dette publique restera modérée. En outre, elle est exclusivement composée d'échéances à moyen et long terme et de plus en plus domestique (30 % de la dette de l'administration centrale est externe en 2022, contre 32,8 % en 2021). Les risques liés à la dette publique concernent les passifs contingents, notamment le secteur des entreprises publiques, peu efficace mais important, et le système bancaire fragile (en grande partie détenu par l'État) qui présente une faible capitalisation.

Le déficit de la balance des opérations courantes devrait enregistrer un excédent plus important. L'excédent commercial devrait se creuser légèrement, car les exportations du Viêt Nam devraient se redresser après leur chute en 2023, tandis que le déficit de la balance des services continuerait à diminuer grâce à l'augmentation des recettes touristiques. Toutefois, le déficit des revenus primaires restera important malgré l'augmentation des investissements directs et une croissance économique satisfaisante en 2023. L'excédent de la balance courante alimentera les réserves de change, qui étaient tout juste suffisantes pour couvrir environ trois mois d'importations en octobre 2023.

Trong et le Parti communiste gardent les rênes du pouvoir

Nguyen Phu Trong effectue son troisième mandat consécutif de cinq ans en tant que secrétaire général du parti unique du pays, à savoir le parti communiste du Viêt Nam, ce qui est sans précédent dans l'histoire du parti. Sa campagne anti-corruption a pris un nouveau tournant en 2023 avec la destitution du président Phuc et de deux vice-premiers ministres. Leur départ, en particulier celui de Phuc qui était considéré comme un successeur potentiel de Trong, a consolidé la position centrale de l'actuel secrétaire général dans le paysage politique vietnamien. Toutefois, compte tenu de son âge avancé et de sa santé fragile depuis un accident vasculaire cérébral en 2019, il doit mettre en place une nouvelle direction pour le parti afin d'assurer une transition en douceur avant le prochain congrès du parti qui pourrait se tenir avant la fin de son mandat en 2026. Cela étant dit, la poursuite de la campagne de lutte contre la corruption pourrait favoriser les investissements étrangers à moyen terme, en rétablissant la confiance des investisseurs. En 2023, le Viêt Nam se classait 83e sur 180 pays dans l'indice de perception de la corruption, contre 77e l'année précédente.

Le Viêt Nam a élevé ses liens avec les États-Unis au rang de partenariat stratégique global en septembre 2023 et a accepté quelques mois plus tard de collaborer plus étroitement avec le Japon en matière de sécurité. Cette décision a été prise dans un contexte d'inquiétude concernant le renforcement militaire maritime de la Chine - Hanoi a un différend territorial avec Pékin en mer de Chine méridionale - et la rivalité sino-américaine pour l'influence diplomatique dans la région indopacifique. Elle ne néglige pas pour autant ses relations avec son voisin communiste, la Chine. Les deux pays ont convenu, lors d'une réunion en février 2024 à Ho Chi Minh Ville, d'intensifier les échanges à haut niveau.

Dernière mise à jour : avril 2023

Autres pays avec le même niveau de risque

  • Bulgarie

     

    B B

  • Pérou

     

    B B

  • Rwanda

     

    B B

  • Chine

     

    B B

  • Italie

     

    B B

  • Sénégal

     

    B B

  • Cap Vert

     

    B B