Coface Group
Serbie

Serbie

Population 6,9 millions
PIB par habitant 9 178 $US
C
Evaluation des risques pays
A4
Environnement des affaires
Changer de pays
Comparer les pays
Vous avez déjà sélectionné ce pays.
0 pays sélectionnés
Vider
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Comparer

Synthèse

principaux Indicateurs économiques

  2020 2021 2022 (e) 2023 (p)
Croissance PIB (%) -0,9 7,5 2,3 2,2
Inflation (moyenne annuelle, %) 1,6 4,1 11,7 11,0
Solde public / PIB (%) -8,0 -4,1 -3,8 -2,7
Solde courant / PIB (%) -4,1 -4,3 -9,0 -8,3
Dette publique / PIB (%) 57,0 56,5 54,5 53,4

(e) : Estimation (p) : Prévision

POINTS FORTS

  • Accord de stabilisation et d'association avec l'UE permettant à 93 % des produits serbes d'entrer sans droits de douane
  • Réforme du secteur public en coordination avec le FMI
  • Ressources naturelles (charbon, cuivre, zinc, plomb, bauxite, or, argent, lithium), mais peu explorées ; production importante de céréales, de légumes et de fruits
  • Industrie automobile en plein essor

POINTS FAIBLES

  • Dépendance énergétique à l'égard de la Russie, la Serbie n'impose pas de sanctions européennes à la Russie
  • Les progrès en matière d'adhésion à l'UE restent limités par les préoccupations de l'UE concernant l'État de droit, le statut du Kosovo et les liens avec la Russie
  • Lenteur des procédures judiciaires, harcèlement douanier, corruption, manque de transparence du gouvernement
  • Importance du secteur informel : 20 % du PIB en 2021 et 14 % de l'emploi au troisième trimestre 2022

Appréciation du risque

L'économie serbe continue de ralentir en 2023

L'économie serbe devrait continuer à ralentir en 2023 en raison d'une inflation toujours élevée, d'une baisse de la demande de ses principaux partenaires commerciaux européens et d'une augmentation des coûts d'emprunt qui pèseront sur la consommation, les exportations et l'investissement privé. La guerre entre la Russie et l'Ukraine a un impact direct modeste sur l'économie serbe, car la Russie représente environ 4 % des exportations de marchandises du pays et 5,3 % de ses importations. La Serbie a condamné la violation de l'intégrité territoriale de l'Ukraine et a voté en faveur d'une résolution de l'ONU exigeant le retrait des forces russes, mais reste le seul pays d'Europe à ne pas imposer de sanctions à la Russie. Néanmoins, l'effet indirect de la guerre, via la hausse générale des prix de l'énergie sur le marché européen, s'est propagé aux prix des denrées alimentaires et des autres biens en raison de l'augmentation des coûts de production et de transport. Cela a fait grimper le taux d'inflation annuel en Serbie à environ 12 % en moyenne en 2022, soit le taux d'inflation le plus élevé depuis 2008-2009, lorsque la crise financière a frappé la Serbie. Les tensions sur les prix érodent le pouvoir d'achat des ménages et leur consommation devrait donc continuer à ralentir au cours des mois d'hiver et de printemps 2022-23. Les prix à la consommation devraient encore augmenter au cours de l'année 2023, mais à un rythme plus lent qu'en 2022. Pour stabiliser les anticipations d'inflation, la Banque nationale de Serbie (BNS) a relevé son taux directeur à huit reprises, de 350 points de base cumulés, pour le porter à 4,5 % fin 2022. De nouvelles hausses de taux d'intérêt sont attendues en 2023. La hausse des taux d'intérêt a pesé et continuera de peser sur l'investissement privé, car les coûts d'emprunt ont augmenté. Un soutien modeste devrait provenir des dépenses publiques sous la forme d'aides aux ménages et aux entreprises pour faire face à la hausse des prix de l'énergie. En outre, le salaire minimum devrait augmenter en 2023, le marché du travail restant relativement robuste. La contribution des exportations nettes à la croissance du PIB devrait rester positive, mais modérée, car les importations augmentent à un rythme plus rapide que les exportations.

 

Légère diminution du déficit jumeau en 2023

Fin 2022, le gouvernement a convenu d'un accord de confirmation de 24 mois avec le FMI, permettant à la Serbie d'accéder à un soutien financier de 2,4 milliards d'euros. Cela permettra d'alléger les pressions de financement et de contrer les inquiétudes potentielles des investisseurs concernant les risques de financement externe et budgétaire dans un contexte d'activité économique plus faible. En échange de ce soutien financier, la Serbie a accepté des réformes surveillées par le FMI. Le déficit public devrait donc se réduire en 2023, car les dépenses publiques sont limitées, mais aucune hausse des impôts n'est prévue. Par conséquent, la dette publique devrait continuer à diminuer progressivement.

Le déficit des comptes courants devrait diminuer en 2023, mais reste à un niveau élevé par rapport à celui des 7 années précédentes. L'important déficit des échanges de biens ne devrait se réduire que légèrement en raison de la dépendance du pays vis-à-vis des importations. Le léger déficit des revenus primaires devrait être totalement compensé par de modestes excédents sur les comptes des services et des revenus secondaires (notamment les transferts de fonds). Le déficit de la balance courante devrait être financé par les entrées d'investissements directs étrangers et par un accord de confirmation de deux ans avec le FMI.

 

Le Parti progressiste serbe, conservateur et nationaliste, reste la force politique dominante

Le Parti progressiste (SNS) du président Aleksandar Vučić a remporté les élections anticipées d'avril 2022 avec 44 % des voix, ce qui ne lui donne que 120 sièges au parlement serbe qui en compte 250 (-68 sièges par rapport aux élections de 2020). C'est la première fois depuis 2014 qu'il ne dispose pas de la majorité absolue, ce qui implique un certain effet de levier pour ses partenaires de coalition. M. Vucic a bénéficié de l'élection surprise et a été réélu lors de l'élection présidentielle organisée simultanément, avec 60% au premier tour. Fin octobre, après plusieurs mois de discussions, une nouvelle coalition du SNS et du Parti social pour la Serbie (SPS) a été formée, incluant un certain nombre d'indépendants et de représentants de petits partis régionaux (155 sièges sur 250), et un nouveau cabinet de 28 membres et un premier ministre ont été nommés. Pour la première fois en deux ans, il sera confronté à une opposition parlementaire formelle, composée de la principale coalition d'opposition, la Serbie unie (38 sièges), de Moramo (13 sièges), d'un nouveau parti axé sur l'environnement et d'un nouveau bloc tripartite de droite (35 sièges). L'opposition pro-UE mettra l'accent sur des questions telles que la corruption au sein du SNS, l'environnement et l'intégration européenne, tandis que le bloc de droite exigera une position ferme sur le Kosovo et de bonnes relations avec la Russie et la Chine. Le dirigeant de facto de la Serbie reste M. Vucic, qui continuera à exercer une énorme influence sur tous les aspects de la politique intérieure et étrangère. Au niveau international, le pays souhaite conserver son orientation vers l'UE, mais, dans le même temps, entretenir de bonnes relations avec la Chine et la Russie, ce qui constituera un défi. La non-application des sanctions de l'UE contre la Russie a suscité de vives critiques de la part de l'UE et des États-Unis. Dans l'ensemble, la coalition sortante devrait rester en place jusqu'aux prochaines élections législatives de 2026, mais M. Vucic pourrait convoquer un autre scrutin anticipé en vue de renforcer la position du gouvernement. Entre-temps, l'élection présidentielle est prévue en 2027, date à laquelle M. Vucic ne pourra pas se présenter pour un troisième mandat.

 

Dernière mise à jour : Avril 2023

Haut de page
  • English
  • Français