Malte

Europe

PIB / Habitant ($)
34819,3 $
Population (en 2021)
0,5 Millions

Evaluation

Risque Pays
A3
Climat des affaires
A4
Précédemment :
A3
Précédemment :
A4

suggestions

Résumé

Points forts

  • Au carrefour du canal de Suez et de Gibraltar, un important centre de transbordement en Méditerranée
  • La dette publique est détenue en grande majorité par les résidents
  • Pôle technologique émergent (jeux d'argent en ligne, blockchain, IA)
  • Une main-d'œuvre productive, anglophone, en croissance et à hauts revenus, une faible fiscalité
  • Une industrie du tourisme en plein essor

Points faibles

  • Flux financiers entrants/sortants importants (finance offshore, industrie des jeux d'argent en ligne, programme de citoyenneté par l'investissement)
  • Mauvaise infrastructure routière
  • Insuffisance de l'enseignement supérieur ; pénurie de main-d'œuvre domestique qualifiée
  • Lenteur de la procédure judiciaire ; copinage et corruption ; dans le collimateur des efforts mondiaux de lutte contre le blanchiment d'argent

Echanges commerciaux

Export des biens en % du total

Allemagne
18%
France
8%
Japon
8%
Italie
6%
Royaume-Uni
6%

Import des biens en % du total

Italie 22 %
22%
Canada 9 %
9%
France 7 %
7%
Espagne 6 %
6%
Allemagne 5 %
5%

Perspectives

Cette rubrique est un véritable outil pour le directeur financier ou le credit manager dans l'entreprise. Elle informe sur les moyens de paiement à utiliser et sur la façon de mener des actions de recouvrement.

Ralentissement à venir, mais les dépenses fiscales protègent contre la crise énergétique

L'économie maltaise connaîtra un ralentissement en 2023-2024 en raison de l'effet dépressif de l'inflation sur la consommation des ménages. Malte ne dépend pas de la Russie et de l'Ukraine pour des revenus touristiques significatifs ou pour la fourniture d'importations clés. Cependant, elle dépend des importations de pétrole et de gaz naturel pour l'essentiel de son approvisionnement énergétique (45 % et 40 % respectivement), ce qui la rend vulnérable aux chocs mondiaux. Étant l'un des rares États de la zone euro à respecter la règle du ratio d'endettement du pacte de stabilité et de croissance, Malte a utilisé sa marge de manœuvre budgétaire pour protéger fortement les ménages et les entreprises des effets du choc énergétique. Sa mesure phare a été de geler les prix de détail de l'énergie aux niveaux de 2014, et l'État a subventionné les pertes de l'entreprise publique Enemalta. En conséquence, Malte a connu l'un des taux d'inflation les plus faibles de la zone euro. Dans le même temps, le marché du travail, qui était déjà tendu avant la pandémie, est encore plus chaud, avec un taux de chômage inférieur à 3 %, ce qui se traduit par des pressions salariales continues à la hausse. Les effets de l'inflation sur la consommation privée sont ainsi partiellement amortis. Le secteur du tourisme (25 % du PIB et de l'emploi) devrait continuer à croître, bien qu'à un rythme plus modéré. La forte croissance du secteur de l'informatique et de la technologie - poker virtuel, jeux de casino, paris sportifs et gestion de bases de données - est susceptible de diminuer fortement en raison du réajustement mondial de l'industrie, mais continuera à soutenir les exportations de services, ainsi que les industries financières et maritimes. Malgré le gonflement de la facture énergétique importée, les exportations nettes afficheront une contribution positive. L'investissement sera en partie encouragé par l'allocation relativement faible du fonds NextGenerationEU (NGEU) (1,7 % du PIB) et par les efforts déployés par le pays pour créer un environnement favorable aux entreprises, en particulier pour le secteur technologique. Toutefois, le risque persistant de sanctions pénales liées à des soupçons de blanchiment d'argent et d'autres activités illicites est susceptible d'éroder ce potentiel.

La situation budgétaire reste solide malgré des déficits budgétaires élevés

Grâce en grande partie à son programme de citoyenneté par l'investissement ("Individual Investor Programme", IIP), Malte a atteint une position fiscale à faible risque qui a été quelque peu dégradée ces dernières années par les dépenses nécessaires pour lutter contre la pandémie et les crises énergétiques. Le déficit devrait se normaliser à mesure que l'effet de ces chocs s'estompe. Le coût net des mesures de soutien à l'énergie devrait passer de 2,5 % du PIB en 2022 à 1,7 % en 2023 et 1,5 % en 2024. Toutefois, la Cour de justice des Communautés européennes a été saisie en septembre 2022 d'une procédure d'infraction concernant le régime de citoyenneté des investisseurs de Malte, ce qui laisse entrevoir la possibilité d'une suppression du régime, comme ce fut le cas pour Chypre. On estime que cela se traduirait par des pertes d'environ 0,3 % à 0,4 % du PIB par an. Toutefois, compte tenu de la forte croissance du PIB nominal et de l'augmentation des cotisations sociales liées au taux d'emploi très élevé, la croissance des recettes fiscales restera soutenue. L'élimination complète des mesures liées à la pandémie aura également un effet favorable. Tous ces éléments se traduiront par un déficit durablement élevé, bien que modéré. Néanmoins, en cas de prix mondiaux de l'énergie plus élevés que prévu, le coût du maintien de subventions aussi généreuses pourrait rapidement grimper.

En plus de décourager les investissements, les risques liés à l'État de droit et les soupçons de blanchiment d'argent entravent également le secteur financier surdimensionné du pays (les actifs représentent 200 % du PIB). En cas de sanction significative, Malte perdrait l'une de ses industries les plus compétitives. En outre, les banques ont une exposition significative à l'immobilier et, en tant que tel, le secteur serait fortement touché par la suppression du PII, étant donné la diminution correspondante de la demande étrangère pour les logements nationaux. La position extérieure structurelle de Malte a été fondamentalement solide mais a souffert ces dernières années de la récession du tourisme induite par la pandémie, ainsi que d'un effet de valeur défavorable sur les importations d'énergie. Elle devrait progressivement regagner le terrain perdu, mais l'incertitude énergétique constitue à nouveau un risque de détérioration.

Perspectives politiques stables, mais la vigilance à l'égard de la corruption reste de mise

En mai 2022, le Parti travailliste (LP) du Premier ministre Robert Abela a remporté sa troisième élection consécutive, obtenant 55 % des voix et 50 sièges sur 79 au sein de l'assemblée législative monocamérale. Il a obtenu 8 sièges supplémentaires malgré les liens présumés du LP avec le meurtre en 2017 de la journaliste d'investigation Daphne Caruana Galizia par des associés de l'ancien Premier ministre Joseph Muscat. En l'absence de nouveaux développements, le gouvernement d'Abela devrait poursuivre son mandat jusqu'au bout, c'est-à-dire jusqu'en 2027. Les menaces qui pèsent sur la stabilité politique découlent du risque de nouvelles allégations de corruption et de la perte de confiance du public dans la classe dirigeante. Pour l'instant, ces menaces sont latentes et ne semblent pas imminentes. Le retrait du pays de la liste grise du Groupe d'action financière sur le blanchiment de capitaux est un signe d'amélioration dans la lutte contre le blanchiment d'argent, mais le pays restera dans le collimateur de la Commission européenne sur les questions de transparence, de corruption, d'évasion fiscale et d'État de droit. En particulier, la réticence du gouvernement à abandonner le PII, même après la demande formelle de la Commission, n'augure rien de bon pour les relations du pays avec Bruxelles. De plus, la situation géographique de Malte la place en première ligne des flux migratoires en provenance d'Afrique et d'Asie. Avec d'autres pays d'accueil comme la Grèce et l'Italie, elle sera une voix clé dans les débats de politique étrangère sur ce sujet.

Dernière mise à jour : octobre 2023

Autres pays avec le même niveau de risque

  • Allemagne

     

    A3 A3

  • Hong Kong

     

    A3 A3

  • Malaisie

     

    A3 A3

  • Suède

     

    A3 A3

  • Autriche

     

    A3 A3

  • Croatie

    Amélioration récente

    A4 A3

  • France

     

    A3 A3

  • Finlande

     

    A3 A3

  • Estonie

     

    A3 A3