Actualités et Publications
26/05/2021
Risque pays et études économiques

Chine : une augmentation des risques de non-paiement dans les secteurs de la construction et de l'énergie malgré des perspectives économiques plu...

Coface sur les paiements des entreprises en Chine

Après une progression de 2,3% l’an dernier, Coface anticipe une hausse de la croissance du PIB à 7,5% en Chine en 2021. Ce serait le rythme le plus rapide depuis 2013, confortablement au-dessus du minimum de 6% fixé par les autorités.

Ainsi, l'enquête 2021 de Coface sur les paiements des entreprises en Chine[1] montre que les délais de paiement se sont raccourcis de 11 jours en moyenne en 2020, tombant à 75 jours.

Les entreprises ont bénéficié de mesures de soutien budgétaire et monétaire plus importantes l'année dernière, qui devraient être réduites cette année. Coface s'attend à une augmentation des défauts et des défaillances sur les obligations en 2021, notamment dans les secteurs qui ont accumulé des risques de trésorerie plus élevés en 2020 dans un contexte de ralentissement de la croissance du crédit.

 

« Notre enquête a montré que les entreprises chinoises ont pris les mesures nécessaires pour renforcer la gestion du crédit en 2020 et permettre le déploiement d’autres outils comme l’assurance crédit, les reports ou le recouvrement et l’affacturage. Il y a par conséquent moins d'entreprises qui ont connu des retards de paiement en 2020 par rapport à l'année précédente », commente Bernard Aw, économiste pour l'Asie-Pacifique chez Coface.

« Bien que la trajectoire de la pandémie reste incertaine, les entreprises chinoises sont optimistes quant aux perspectives économiques de la Chine : 73 % des entreprises interrogées s'attendent à une amélioration de la croissance cette année, contre 44 % en 2020 » ajoute -t-il.

« Néanmoins, l'enquête a indiqué que les risques de crédit s'accumulent dans des secteurs spécifiques. La proportion d'entreprises des secteurs de la construction et de l'énergie ayant signalé des retards de paiement ultra-longs (ULPD, plus de 180 jours) représentant plus de 10 % du chiffre d'affaires annuel a doublé en 2020 pour atteindre plus de 60 %. Cette évolution a coïncidé avec la hausse des défauts de paiement sur les obligations d’entreprises en Chine »prévient l’économiste, « et Coface s'attend à ce que les défauts et les défaillances sur les obligations d'entreprises en Chine augmentent en 2021. »

 

Délais de paiement[2] : la plupart des secteurs ont connu des délais plus courts, à l'exception de la construction 

Moins d'entreprises ont connu des retards de paiement en 2020, puisque 57 % des répondants ayant signalé des retards de paiement, contre 66 % en 2019. La baisse de ces retards reflète une forte réponse du gouvernement visant à atténuer l'impact de la pandémie sur l'activité commerciale. Cette réponse comprend des allégements fiscaux, des garanties de prêts et des exonérations d'intérêts sur les prêts. Selon l'enquête de Coface, les entreprises de 11 secteurs sur 13 ont signalé une baisse des délais de paiement, malgré le contexte difficile. Parmi eux, la filière du bois, les produits pharmaceutiques, les transports et les TIC ont enregistré les plus fortes baisses, tandis que la construction a connu une augmentation des retards de paiement. Ces derniers sont restés inchangés dans le commerce de détail.

Les difficultés financières des clients ont été la principale raison pour justifier des retards de paiements. Le manque de ressources financières était la deuxième raison la plus fréquente - après la concurrence féroce - ce qui suggère que des pans de l'économie n’auraient pas accès aux mesures de soutien du gouvernement.

 

La reprise engendre l'optimisme, mais la hausse des prix reste une préoccupation majeure

La Chine est la seule grande économie à avoir connu  une croissance positive du PIB en 2020, et les données économiques récentes indiquent que cette tendance perdure au premier trimestre 2021. Selon l’enquête, les entreprises sont globalement optimistes quant aux conditions économiques. Plus de 70 % des répondants s'attendent à une amélioration de la croissance en 2021, soit une hausse considérable par rapport aux 44 % de 2020. Une part plus importante d'entreprises anticipe également une hausse des ventes et des flux de trésorerie au cours des 12 prochains mois. En conséquence, une majorité (62 %) des répondants s'attend à ce que leur entreprise retrouve les niveaux d'avant la crise de COVID-19 en moins d'un an, tandis que près d'un quart estime cette période entre un et deux ans. Près des deux tiers des entreprises interrogées ont déclaré que la pandémie avait entraîné en premier lieu une hausse des prix des produits de base, les mesures de santé publique prises par les gouvernements ayant perturbé les chaînes d'approvisionnement mondiales.

Malgré la pandémie, 47% des répondants ont admis n'utiliser aucun outil de gestion du crédit pour atténuer les risques de trésorerie en 2020, après 40% en 2019. Dans le même temps, une plus grande proportion a déployé plus d'un outil de gestion du crédit. Le pourcentage d'entreprises utilisant l'assurance-crédit est passé de 17 % en 2019 à 27 % en 2020, tandis que celles utilisant les reports de crédit étaient à 31 % en 2020, contre 19 % l’année précédente. L'affacturage et le recouvrement de créances ont également connu une augmentation par rapport à l'année précédente, atteignant respectivement 10 % et 13 %.

 

Les défauts et les faillites sur les obligations devraient augmenter en 2021

À première vue, les résultats de notre enquête ne semblent pas démontrer le lien entre les risques de trésorerie et les défauts sur les obligations d'entreprise. Cependant, une ventilation sectorielle montre un renforcement du lien. La tendance des défauts sur les obligations d'entreprises en Chine est à la hausse depuis le premier cas en 2014, passant de moins d'un milliard de dollars en 2015 à un record de 27 milliards de dollars en 2020, selon des données compilées par Bloomberg. Au cours des quatre premiers mois de 2021, les défaillances sur obligations d’entreprises ont bondi de plus de 70 % pour atteindre 18 milliards USD, principalement dans les secteurs de l'immobilier, de l'aviation et de l'électronique.

Notre enquête suggère que nombre de ces secteurs présentent également des risques de trésorerie élevés. 67 % des répondants dans le secteur de la construction font état de plus de 10 % de leur chiffre d'affaires annuel immobilisé dans des ULPD (Ultra Long Payment Delays), ainsi que 29 % dans les TIC et 19 % dans le transport.

Pour l'avenir, Coface anticipe que les défauts et les défaillances sur les obligations d'entreprises augmentent en 2021, en particulier dans les secteurs qui ont accumulé des risques de trésorerie plus élevés en 2020, comme l'indique notre enquête. Il s'agit des secteurs qui présentent la plus forte proportion d'ULPD s'élevant à plus de 10 % du chiffre d'affaires annuel, notamment la construction (67 %), l'énergie (62 %) et la vente au détail (30 %).

 

[1] Cette enquête 2021 sur les paiements des entreprises en Chine a été menée entre février et avril de cette année, auprès de plus de 600 entreprises de 13 grands secteurs situées en Chine continentale.

[2] Délai de paiement - la période entre la date d'échéance du paiement et la date à laquelle le paiement est effectivement effectué.

 

Téléchargez l'étude complète, en anglais uniquement

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Télécharger le communiqué : Chine : une augmentation des risques de non-paiement dans les secteurs... (205,79 kB)

Contact


Pour nous écrire, nous poser une question, ou simplement pour vous informer :

Contactez-nous au
Tel. : +33 (0)1 49 02 20 00
 
Contact Journalistes :
 
Corentin HENRY
Corentin.Henry@coface.com
01 49 02 23 94
 
 
Taline SARKISSIAN
coface@rumeurpublique.fr
01 55 74 52 34

Haut de page
  • English
  • Français