Coface Group
Corée du Sud

Corée du Sud

Population 51,8 millions
PIB par habitant 31 638 $US
A2
Evaluation des risques pays
A1
Environnement des affaires
Changer de pays
Comparer les pays
Vous avez déjà sélectionné ce pays.
0 pays sélectionnés
Vider
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Ajouter un pays
Comparer

Synthèse

principaux Indicateurs économiques

  2019 2020 2021 (e) 2022 (p)
Croissance PIB (%) 2,2 -0,9 4,0 3,1
Inflation (moyenne annuelle, %) 0,4 0,5 2,5 2,9
Solde public / PIB (%) -0,6 -3,7 -4,4 -2,6
Solde courant / PIB (%) 3,6 4,6 4,5 4,2
Dette publique / PIB (%) 37,6 43,8 47,3 52,0

(e) : Estimation (p) : Prévision

POINTS FORTS

  • Base industrielle diversifiée
  • Leader dans l'électronique haut de gamme
  • Dépenses privées et publiques élevées en R&D
  • Bon système éducatif
  • IDE diversifiés en Asie

POINTS FAIBLES

  • Concurrence de la Chine (acier, construction navale, électronique, automobile, électroménager)
  • Niveau élevé d'endettement des ménages
  • Vieillissement de la population
  • Taux de chômage élevé chez les jeunes
  • Importateur net de matières premières
  • Surreprésentation des chaebols dans l'économie
  • Tensions géopolitiques avec la Corée du Nord et le Japon

Appréciation du risque

Une reprise solide mais inégale 

Alors que le PIB de la Corée du Sud devrait dépasser son niveau d'avant la pandémie en 2021, la croissance devrait s'essouffler en 2022, car le gain économique lié à la normalisation des conditions commerciales commence à s'estomper. Les exportations (environ 40 % du PIB), qui ont été le principal moteur de la croissance, resteront un pilier essentiel du soutien à l'économie, en particulier car les produits coréens de haute technologie resteront très demandés. La forte demande mondiale d'électronique et de semi-conducteurs devrait se maintenir tout au long de l'année, bien qu'une perturbation prolongée de la chaîne d'approvisionnement puisse limiter la croissance des exportations. La poursuite de la reprise des exportations devrait stimuler les investissements dans la construction et les installations (23 % du PIB en 2019). Dans ce contexte, le secteur manufacturier (26 % du PIB en 2019) continuera de bénéficier de ces investissements.

 
La reprise de la consommation privée (48 % du PIB en 2019) devrait se poursuivre sur 2022, le pays cherchant à faire la transition vers une approche « vivre avec le COVID » sur le long terme et à rouvrir l'économie dans un contexte de hausse du niveau de vaccination. Début janvier 2022, 80% de la population était complètement vaccinée et 40% avait reçu la troisième dose. L'amélioration des conditions sur le marché du travail donnera un nouvel élan aux dépenses des ménages, surtout si le taux d'activité commence à se redresser dans un contexte de renforcement des perspectives de croissance. Le taux de chômage (non corrigé des variations saisonnières) est tombé à 2,6 % en août 2021, son niveau le plus bas depuis huit ans, mais le taux d'activité est resté inférieur au niveau pré-pandémique, ce qui indique une sortie nette de travailleurs de la population active. Le risque de dégradation des perspectives de dépenses privées proviendra de l'endettement élevé des ménages (le ratio dette des ménages/revenu de cession atteignant le niveau record de 92,8 % au deuxième trimestre 2021) dans un contexte de hausse des taux d'intérêt.

 
L'inflation a dépassé l'objectif de 2 % de la Banque de Corée (BOK) en 2021 et nous prévoyons qu'elle accélère davantage en 2022. Une nouvelle hausse des prix de l'énergie et un renforcement plus important que prévu de la demande intérieure constituent des risques significatifs à la hausse pour nos prévisions d'inflation. Après deux hausses des taux en 2021, l'augmentation des pressions inflationnistes et des déséquilibres financiers devrait pousser la BOK à relever encore son taux directeur en 2022. Néanmoins, l'environnement de taux d'intérêt reste accommodant et, avec une politique budgétaire expansionniste, il apportera un soutien à la croissance.

 

Le déficit budgétaire devrait se réduire 

Le gouvernement continuera à faire face à un déficit budgétaire en 2022, bien que celui-ci devrait se réduire, passant d'une estimation de 4,4 % du PIB en 2021 à 2,6 % en 2022, malgré des plans de dépenses agressifs. Le gouvernement a proposé un budget expansionniste de 604,4 trillions de wons (530 milliards de dollars et 31 % du PIB de 2020) pour 2022. Cependant, les projections de collecte de recettes plus élevées expliquent la baisse du déficit budgétaire, tandis que les dépenses seront similaires au budget initial de 2021, plus les dépenses supplémentaires. En conséquence, la dette publique devrait encore augmenter en 2022 (50,2 % du PIB), et devrait continuer à augmenter jusqu'en 2025 (58,8 %). La hausse de la dette nationale sera partiellement financée par l'émission d'obligations d'État, le ministère des finances prévoyant de vendre 167,4 billions de wons d'obligations en 2022 (176,4 billions en 2021).

 
La position extérieure de la Corée du Sud reste solide, soutenue par un excédent soutenu de la balance courante, des actifs extérieurs nets et des réserves officielles abondantes. L'assouplissement attendu des restrictions aux frontières dans le monde entier pourrait contribuer à une augmentation du déficit commercial dans les services, mais il devrait être plus que compensé par la forte croissance du commerce de marchandises.

 

Élection présidentielle

L'élection présidentielle du 9 mars 2022 s'annonce très serrée, dans un contexte d'évolution vers le conservatisme. Le Parti démocratique (DP) au pouvoir contrôle le Parlement (57 %) jusqu'aux prochaines élections législatives prévues en avril 2024. Le principal parti d'opposition, le Parti du pouvoir du peuple (PPP), détient environ un tiers des sièges parlementaires (34,8 %). Toutefois, le DP, qui penche à gauche, a perdu un soutien plus modéré en raison des frustrations de la population face aux difficultés de l'administration Moon à répondre efficacement aux souches émergentes de coronavirus, malgré les premiers succès, et à son incapacité à maîtriser la hausse rapide des prix de l'immobilier. En conséquence, le PD a perdu les élections partielles d'avril pour les postes de maire de Séoul et de Busan, qui ont été revendiqués par le PPP conservateur. Dans le cas d'une victoire du PPP à l'élection présidentielle, l'élaboration des politiques serait compliquée avec une Assemblée nationale à majorité PD. En outre, le PPP est susceptible d'adopter une position plus dure à l'égard de la Chine, son principal partenaire commercial. Dans le même temps, les relations entre le Japon et la Corée du Sud restent tendues, le Japon refusant catégoriquement que la Corée du Sud revienne sur sa demande de compensation pour la guerre. Les tensions entre les deux Corées se sont légèrement apaisées après le rétablissement des lignes de communication bilatérales en octobre 2021, mais toute amélioration significative est difficile.

 

Dernière mise à jour : Février 2022

Haut de page
  • English
  • Français