Islande

Europe

PIB / Habitant ($)
74590,5 $
Population (en 2021)
0,4 Millions

Evaluation

Risque Pays
A3
Climat des affaires
A1
Précédemment
A3
Précédemment
A1

suggestions

Résumé

Points forts

  • Niveau de vie très élevé et faibles inégalités dans la société
  • Forte industrie du tourisme
  • Abondance d'énergies renouvelables (hydroélectricité, 85 % des ménages sont chauffés à l'énergie géothermique, 100 % de la consommation d'électricité est produite à partir d'énergies renouvelables).
  • Pas un pays de l'UE, mais fortement intégré à l'Union européenne via l'accord sur l'Espace économique européen et l'accord de Schengen, un État membre de l'OTAN.

Points faibles

  • Risques volcaniques et sismiques
  • Économie petite et très ouverte : politique monétaire limitée
  • Concentration de la production et des exportations (l'aluminium et les produits de la mer représentaient 73% de toutes les exportations de biens en 2022)
  • Activité volatile en raison de la dépendance à l'égard des flux touristiques
  • Croissance des salaires supérieure à celle de la productivité

Echanges commerciaux

Export des biens en % du total

Europe
60%
Royaume-Uni
9%
États-Unis d'Amérique
8%
Norvège
5%
Danemark
3%

Import des biens en % du total

Europe 31 %
31%
Norvège 12 %
12%
Chine 9 %
9%
États-Unis d'Amérique 7 %
7%
Danemark 6 %
6%

Perspectives

Cette rubrique est un véritable outil pour le directeur financier ou le credit manager dans l'entreprise. Elle informe sur les moyens de paiement à utiliser et sur la façon de mener des actions de recouvrement.

L'inflation élevée limite la croissance intérieure

Le paysage économique de l'Islande continuera d'être influencé par ses principaux secteurs d'exportation, principalement l'aluminium, les fruits de mer et le tourisme. L'industrie de l'aluminium est confrontée à des défis liés à des perspectives macroéconomiques moroses et à la dynamique de la transition énergétique mondiale, mais les prix restent supérieurs aux niveaux prépandémiques, ce qui constitue une lueur d'espoir. Le secteur des fruits de mer bénéficie de prix élevés, potentiellement soutenus par l'effet El Niño en 2024, ce qui contribue à sa résilience globale. L'industrie touristique islandaise reste solide, avec un profil "haut de gamme" qui la protège des effets d'un ralentissement du tourisme mondial. Malgré des incertitudes économiques plus larges, la combinaison de ces secteurs montre la capacité d'adaptation et la résilience de l'Islande à relever les défis mondiaux en 2024.

En 2024, l'économie islandaise sera confrontée à des vents contraires, la demande intérieure étant sur le point de ralentir. La persistance d'une inflation élevée, qui devrait rester forte tout au long de l'année, associée à un marché du travail en perte de vitesse, contribuera à ce ralentissement. Le taux directeur particulièrement élevé, qui s'établira à 9,25 % en décembre 2023, devrait freiner l'activité économique et se maintenir jusqu'à ce que l'inflation s'aligne sur son objectif. Le gouvernement actuel adopte une approche prudente en ralentissant les investissements et les dépenses publiques afin d'atténuer les pressions inflationnistes.

Des soldes plus solides en 2024

En 2023, la balance des comptes courants devrait être positive pour la première fois depuis 2020. Cela s'explique par l'amélioration de la balance des services due à la forte reprise du tourisme. Le principal facteur négatif reste le déficit de la balance des biens, qui s'est même creusé en 2023. Les exportations de biens ont chuté en raison de la baisse de la demande extérieure, tandis que les importations ont continué d'augmenter en raison de la vigueur de la demande intérieure. En outre, la balance des revenus primaires, qui reflète les recettes d'investissement, est redevenue excédentaire.

La dette et le solde publics de l'Islande devraient s'améliorer en 2024. L'administration actuelle ralentissant stratégiquement les investissements et les dépenses publics pour atténuer les pressions inflationnistes, on s'attend à ce que le déficit public s'améliore. Par conséquent, cette approche devrait contribuer à une amélioration du ratio dette/PIB. Malgré ces efforts, le pays est sur le point d'enregistrer un déficit pour la sixième année consécutive. L'équilibre délicat entre la prudence budgétaire et la stabilité économique reste une préoccupation majeure alors que l'Islande est confrontée à des taux d'intérêt élevés.

L'éruption volcanique perturbe

Les récentes éruptions volcaniques en Islande ont jeté une ombre sur le pays, entraînant un ralentissement à court terme du tourisme et nécessitant le déplacement de près de 4 000 personnes, soit près de 1 % de la population. L'impact sur le logement a suscité un débat animé sur l'immigration, certains préconisant de donner la priorité aux citoyens islandais dans l'attribution des logements.

Les prochaines élections législatives sont prévues avant septembre 2025 et, étant donné que la coalition actuelle composée du mouvement gauche-vert, du parti progressiste et du parti de l'indépendance recueille collectivement environ 33 % des voix, on ne s'attend pas à ce que des élections anticipées soient convoquées. Les dernières élections ont eu lieu juste un mois avant la date finale possible. En 2024, la nation aura également une élection présidentielle en juin, le président sortant ayant choisi de ne pas se représenter. Les candidats s'efforcent actuellement d'obtenir les 1 500 signatures d'électeurs nécessaires pour accéder au scrutin. Malgré la dynamique électorale, il est important de noter que la présidence en Islande a un pouvoir limité.

Dernière mise à jour : janvier 2024

Autres pays avec le même niveau de risque

  • Malaisie

     

    A3 A3

  • Malte

     

    A3 A3

  • Espagne

     

    A3 A3

  • Suède

     

    A3 A3

  • Croatie

    Amélioration récente

    A4 A3

  • Portugal

     

    A3 A3

  • Qatar

     

    A3 A3

  • Autriche

     

    A3 A3

  • Estonie

     

    A3 A3